Joëlle Deniot, une nouvelle anthropologie de l'art passant par une sémiologie

 Ouvriers de Saint-Nazaire
 La Star Ac 2005
 
L'envers du décor
 
De la bricole à l'œuvre
 La passion de l'automobile
 Militer pour exister
 Parlers ouvriers 

 Nicolas et Ségolène 2007
 Le marché des services

 Ethos de la juste mesure
 Militer au féminin
 Europe et main d'
œuvre 
 Le parcours des étudiants   

 Images pour une voix E Piaf

 

Essais de Joëlle Deniot Jacky Réault

 Inter-dit sociologique

 Alter/Anti-mondialisme   
 Enjeu d'un dépassement
 Rapport à l'écriture
 Apocalypse à Manhattan
2001

 Du commun Du populaire

 Ethos de la juste mesure

 

 Les peuples de l'Art
 Libre prétexte
 De
Bretagne... d'ailleurs
 D'encre et de lumière
 En bordure de voix
 Compétences relationnel ll es
 French popular music
 Territoire&profession

 Espaces,Temps-Territoires

 
Tribune libre suivi d'un essai de Jacky Réault, Retour des peuples Voir aussi Sociologie politique (nouvelles)

Retour des peuples  ?
-Les milieux populaires

du Non français

 à l'Europe oligarchique 

 Etude sur l'évènement 2005 :

 

-Peuple politique

 peuple social

 peuple sociétal

Essai de sociologie politique.2009

__________________New-York 2011 

     Eros turannos

L'autre  pays du mensonge déconcertant

DSK  l'hyperbourgeois

ou le hoquet de la  toute puissance

dans la crise systémique de la mondialisation

_____________________________

A mes trois mères

-A propos de l'abandon

programmé de la langue française

dans la recherche.

Un manifeste de fureur amoureuse

 D'abord diffusé sur la @ liste

 de l'Université de Nantes

le 21 février 2008-

_______

Joëlle Deniot 1997 La chanson réaliste. Colloque Lestamp Université de Nantes Photo jr.

Joëlle Deniot

 La Chanson réaliste  Colloque Lestamp Université de Nantes 1997

Edith Piaf, la voix, le geste, l'icône Esquisse anthropologique

Joëlle-Andrée Deniot,

illustrée par  Mireille Petit-Choubrac

Lelivredart Edition Paris 2012

Une neuve

socio-sémiologie

de l'art 

 


Encre et Gouache Mireille Petit-Choubrac Copyright Lestamp Edition-  Pour l'Edith Piaf de J. Deniot. 2012

_____________

L'Eté du Lestamp 2012  s'est déroulé les 28 29 et 30 juin 2012

  sur le thème 

Des  Hommes Des Femmes  Inerties et métamorphoses anthropologiques


 

T 06 88 54 77 34,
0977093713

 email: jacky.reault@wanadoo.fr

Lestamp Association, Laboratire d'Etudes et de Recherches Sociologiques sur les Transformations et Acculturations des Milieux Populaires depuis 1995


 
























































































 
 

 

 

 

 

 
 Sociologie politique  Political Sociology Political mutations  of the French society in the globalization Georges Frêche Ségolène Royal Sociabilité méridionale clientélisme décentralisation Saint Georges Chirico

 

 
 

Mutations politiques d'une société de la mondialisation*

 chronique indéfinie......

 

Frêche était-il Saint Georges ou le dragon ?

Jacky Réault 2015Jacky Réault,

 ici en 2015,  Sociologie Politique dernière intervention 7 Janvier 2009- Hommage à celui au dernier républicain qui vient de disparaître, au Philippe Séguin de la campagne de France de 1992 face à l'Européisme coalisé de Fr Mitterrand et de J Chirac et  quoiqu'il n'ait pas eu l'audace de forcer le Rubicon du consensus des soumis

.*Pour lire l'article scientifique correspondant au plus près à cet intitulé, et sur Ségolène Royal rapportée à des forces sociales et culturelles, voir sur ce site, Nicolas et Ségolène ou le mystère de la Dame de Vix. (cliquer)   Débandade de la raison ou mutation politique ?   J Réault poursuit un essai polémique évolutif de sociologie politique- Mutation politique d'une société de la mondialisation, la France : Le Pacte S. Royal G. Frêche :  Novembre 2008. Comme suite à son pseudo, J Lauter, Comment résister à la débandade de la raison ? (Tribune libre (2006). En réaction au communiqué de la LDH, il  s'était interrogée sur les débordements d'un notable décentralisé /féodalisé de Montpelliers Georges Frêche et sur son premier duo avec Jack Lang.  (JR 21/10/2010)

Deux essais (2006- 2008 précédés d'une notice nécrologique 2010)

 le 24 octobre 2010 La mort brutale et prématurée de Georges Frêche en pleine  crise systémique  conjuguée de la mondialisation et du système politique français prive la gauche de son seul tribun populaire, et pourtant, c'était peut-être aussi son dernier lettré.

 

 Cet ultime excès d'un homme de cœur au risque de  l'ubris dans une gauche toujours plus dépopularisée depuis 1984, ouvre plus large la voie au règne de la BCE du FMI et des media qui ont déjà lancé leur candidat, à ceci près que ce peuple est historiquement imprévisible et se moque de l'identité négative mimétique d'historiens mondialisés et irréversiblement séparés de lui, (Le Monde du 22 octobre) plaidant, -oubliant qu'ils se conduisent ainsi en oligarchie mortifère-, pour l'évanouissement de l'histoire de France dans la mondialisation.

 

 Si mal embouché qu'ait été parfois Georges Frêche, -ce que nous n'oublions pas et ce que veut lisser le concert hypocrite de louanges - mais probablement aussi parce que c'était devenu le seul moyen pour cet universitaire si nourri de culture, de forcer la porte des media de la pensée unique-, Georges Frêche croyait à la fois à l'Europe à la France et au peuple et toujours avec excès c'est à dire en vivant au risque d'Eros ou de son avatar Dionysos. 
 
Ce méditerranéen cultivait  une immense passion pour l'histoire grecque et latine et, quoique probablement agnostique, il  était par excellence le lieu commun pour le moins des trois religions du livre dont la coexistence historique à jamais nécessaire et polémique, constitue pour les latins nourris de pensée grecque que nous sommes, mare nostrum. D'excès évidemment il est mort et évidemment par son marqueur le plus signifiant, le cœur.
Après avoir été, nous l'avons dit quand l'appareil du PS le couvrait,  souvent violenté par la crudité de ses provocations verbales au regard de ce que n'était pourtant plus la république et son logos, cet ultime dérapage, sa mort,  est le seul que nous ne lui pardonnerons pas.
Reste-t-il encore,  sur les scènes de notre post-politique désouverainisée aussi exsangue que ses "historiens du Collège de France" fulminant contre l'histoire nationale, beaucoup d'hommes politiques, il était l'un des derniers Mais en reste-t-il un seul dont l'action soit animée par la rencontre passionnée le flamboyant excès de l'esprit et du cœur ? Jacky Réault 24 octobre 2010, également auteur de Nantes, l'excès la ville, un essai d'identification, www.lestamp.com  Voir aussi in fine.

 

Ségolène Royal Georges Frêche le pacte d'une post-démocratie ? - Novembre 2008   Un essai de  sociologie politique de Jacky Réault,

Comment résister à la débandade de la raison ? : Georges Frêche et Jack Lang  2006 (Tribune du pseudo Lauter in fine)
 Nicolas et Ségolène ou le mystère de la Dame de Vix Jacky Réault 2010 Texte évolutif. Ces textes insèrent des pensées réactives et d'éventuels retours réflexifs ininterrompus. Nous acceptons sans complexes cette idée d'ouverture inquiète jamais conclusive. La complexité vivante des mutations en cours doit inspirer de la modestie face à tout ce qui  a toujours le danger de tourner au catastropho-prophétisme adjugé. Dès l'origine nous avons multiplié les "?" et cela risque de durer..

Au delà de ces textes d'humeur autant que de réflexion ouverte et inachevable, inaugurée par en pamphlet et appliqués à la seule surface politique fluctuante, lisez l'étude sociologique systématique Jacky Réault, Nicolas et Ségolène, ou le mystère de la dame de Vix. In J Deniot, J Réault, Espaces, Temps et territoires. Lestamp-Edition Nantes Mai 2010

Dernière intervention 18 septembre 2010. Last not least !


 

II - Jacky Réault 

Le pacte Ségolène Royal Georges Frêche : Quelle mutation politique d'une société de la mondialisation ? 19 Novembre 2008- 30 janvier 2009
 

 Jacky Réault : Saint Michel et le dragon Rome orée de la via Appia

Photo de Jacky Réault Rome Saint-Michel à l'orée de la via Appia  2008,

 

L'archange de l'orée de la Voie Appienne. Juriste et comme tel et par sa ville, évident citoyen de la Romania, - mare nostrum où l'on passe de la Lex romana au Code Justinien, Georges Frêche est-il Saint Georges le paladin  successeur historique de l'archange Saint-Michel face au dragon (de la peste au Moyen-âge) ou le dragon. lui-même, voire  le Jorge du Nom de la rose.

Faut-il  croire, oh mon âme tressaillant comme au vent glacé d'un effroi, que seule est à considérer ta sensibilité native ?

(Attribué à Pierre Réault, brigand de la Vendée)


      Notre propos général développant une question déjà posée en 2006 (infra), se résume en ceci que nous ne considérons pas comme une anecdote tactique le pacte intervenu entre Georges Frêche et Ségolène Royal, visant pour celle-ci, à conquérir la direction du Parti socialiste, et pour celui-là à réintégrer ce parti dont il a été tardivement exclu et qu'il ridiculisa en 2009 en se faisant élire à la Région Languedoc contre lui et seul contre-tous. Ce plébiscite nous impose une permanente ré interrogation. Nous considérons cet évènement historique sur fond de mutation de la société politique en France, comme l'homologue, dans l'opposition de ce qu'a constitué la campagne du 2° tour des élections présidentielles d 2007et de ce que réalise le régime de Nicolas Sarkozy. L'autre configuration encore virtuelle mais désormais programmée : L'alternative ? (Vr notre étude, J Réault, Nicolas et Ségolène ou le mystère de la Dame de Vix in J Deniot, J Réault, avec L Delmaire, Espaces, temps et territoires. Nantes Lestamp-Edition 2010


Quelles nouvelles forme politiques sont, au regard de ces faits majeurs, en gestation dans le système politique français mutant sur fond de réversible   désubstantialisation de la démocratie d'une société de la mondialisation ?


Georges Frêche survivant d'un autre âge ou annonciateur de temps maudits ? C'est la deuxième fois qu'il nous semble interférer dangereusement avec la politique en crise à l'échelle de toute la société, et cette deuxième survient en cet automne 2008, au sein de la crise la plus radicale qu'ait jamais connu le rapport des sociétés humaines et du capitalisme. Une crise globale qui ne peut que radicaliser toutes les autres crises. Pour ce qui concerne la France, à une raison politique (Régis Debray) médiée par la réflexivité d'une système de représentation, l’écosystème sémantique et juridique jalonné par Athènes, Rome, le Paris de 1789, autour de grands récits fondateurs de peuples, et de l'homo juridicus (A Supiot, Seuil 2001)semble succéder, tant au pouvoir que dans l'opposition, une régressive gouvernance de populations interpellées comme masses. C'est moins la provocation verbale plus ou moins contrôlée qui devra in fine cependant nous retenir que la question de savoir si elle constitue la seule modalité de la résistance audible face au monopole absolu d'une pensée unique dans les media de scène nationale  intégralement financiarisés. Ce texte a d'abord assimilé le verbe et le réel quoique aucun acte de Georges Frêche ne vienne corroborer la thèse, implicite à notre première réaction que ces verbalismes permettaient d'adjuger et sa personne et sa politique. Cette dernière n'est jamais que celle de la post-gauche et jusqu'à nouveau fait ne constitue en rien une glissade caudilliste version fasciste hors le féodalisme clientélaire de la décentralisation pervertie sur les fraternités d'hommes de la société méridionale, commune à tous ses confrères beaucoup plus confits de bien-pensance expressive et même politique que lui. Reste que le langage, objet des analyses qui suivent n'est évidemment jamais totalement innocent, à ceci-près que tout le monde concourt depuis une génération à sa neutralisation comme droite expression de la vérité.

L'immédiateté d'anecdotes spectaculaires visent l'engagement pavlovien sur des affects élémentaires, voire sur le çà présocial d'un autre âge des foules (S. Moscovici) sans sols, au temps d'un virtuel asservissement en réseau. Un des mots d'ordres latents et même explicites de l'époque n'est-il pas le répugnant "Lâchez-vous". On ne peut imaginer meilleure devise pour Georges Frêche quoique ses dérapages d'universitaire populaire restent globalement contrôlés. Gardons nous d'un fatalisme catastrophique gros de résignation, notre récidiviste n'est jamais qu'un petit Sire de Coucy assez loin de Paris, mais plus roué, parce plus territorialisé, que les mannequins libéral-mondialisés qui lui opposent au sein du PS une bien-pensante résistance. Certes il fait en 2009 retour aussi par la Région Languedoc ? Certes s'il a finalement été exclu du PS, ce n'est pas forcément pour tout le monde. Certes il pourrait revenir dans un parti et un État qui auraient alors passé le cap de la post-politique, vers les rivages d'une oligarchie mondialisée régnant par les voies du non savoir binaire, de la manipulation affective, et de la spectacularisation des fonctions politiciennes, appliquées à des multitudes massifiées ? Ce n'est nous semble-t-il pas le véritable danger. Sa puissance régionale en grande connivence avec un vaste électorat populaire transclasse et passant par ses performances langagières réitérées dans le langage commun qu'ont abandonnées les professionnels de la post politique notamment dans son parti, manifeste plus la désubstantialisation démocratique de ce parti et une des ruses du retour de la politique du peuple (R Dupuy) qu'une monstruosité susceptible de menacer la République. Osons même ce jugement partagé par d'autres observateurs courageux de la politique française. A l'instar de Jean-Marie Le Pen il menace moins la République qu'il n'est un amoureux déçu de ses anciennes vertus.

 Bref, danger ou symptôme haut en couleur , jusque là, cela restait de la prospective fiction projetant à la limite, des tendances parmi d'autres de la société politico-médiatique. Les années 2000 ne nous montrent-elles pas, à l'inverse - on l'a analysé ailleurs-, des signes de retour des peuples, et même pour les savant géopoliticiens de l'ordre mondial de la publication 2008 de Ramsès, le Retour des nations. Certes s'il a abandonné sa ville à une comparse il règne tout aussi personnellement et à plus vaste échelle, dans l'Hôtel de région, le château a grossi sinon la
raison morale de l'occupant, en tout cas au regard du moralisme, mais pour nous rassurer un peu, on pouvait jusqu'à cet automne l'éprouver dans le goût amer mais réversible, si l'Europe des régions ne vient pas, de l'extérieur, défaire la France,  d'une décentralisation dévoyée et d'ailleurs désormais, au lu de robustes sondages convergents, impopulaire.(Ipsos, La gazette des communes 11 décembre 2006)


L'évènement profondément symbolique qu'a constitué en novembre 2008 le rapprochement appuyé de cette autre forme politique mal identifiée de plus redoutables temps nouveaux possibles, Ségolène Royal[1] en quête de voix par tous moyens pour s'approprier le parti socialiste, avec Georges Frêche, théoriquement exclu de ce parti, contraint à une réinterprétation générale non seulement de la conjoncture mais des mutations structurelles accélérées par la brutalité du règne de Nicolas Sarkozy, du système et des pratiques politiques en France. Cela se passe désormais dans une société rongée par le processus de la mondialisation et doublement fragilisée, par la grande crise qu'elle vient d'engendrer et par l'effondrement moral du système de représentation partisan tant dans le mode d'exercice de la magistrature suprême que par l'obsolescence, tant symbolique que fonctionnelle, du seul parti d'opposition représentant une force significative, le PS.

Dans cette situation d'où toute alternative classique à l'exercice du pouvoir semble tragiquement exclue, on ne saurait négliger ce qui se présente spectaculairement comme forme nouvelle alternative hors système par la conjonction de deux des trois personnages qui semblent manifester  le plus leur mépris actif pour toute la tradition politique démocratique de leur pays, le troisième étant à l'Élysée donc partiellement pondéré, -il faut en tout cas l'espérer, par un rapport direct aux réalités qu'affronte l'exercice effectif du pouvoir. Georges et Ségolène indépendamment de puissants réseaux bien réels, et de leurs fiefs régionaux, ne disposent, pour le moment dans leur rapport à l'État central que de la toute puissance encore largement imaginaire de leurs paroles et de leurs images sollicitées et déversées par les media avides de telles stars d'un type nouveau pour capter le "temps de cerveau humain disponible". Dans les deux cas leur puissance effective est largement populaire et passant par les formes de la politique territorialisée, leur puissance virtuelle, d'ambition nationale suppose (rait) la désubstantialisation spectaculaire du discours politique par les média financiers parisiens. Il y a là une contradiction dont la résolution n'est pas donnée étant donnée la versatilité de ce pouvoir médiatique et sa quête in fine de plus déracinés, id est de plus mondialisé. En l'occurrence le retraité de Soixante huit repeint en écologisme euro-planétaire est probablement plus redoutable quoique son absence d'enracinement ailleurs que dans le genre de vie bobo, irréductiblement bourgeois nouveau genre, rend difficile un destin national qui serait de facto post national.

Encore faut-il cependant ajouter qu'entre ces media centraux et les réseaux de la re féodalisation les interférences restent multiples et toujours manipulables par les idéologues néopangermanistes de l'Europe des régions.. Nous en avons notamment au centre des sociétés de l'Ouest français dans l'ancienne Basse-Loire industrielle tendant à devenir l'estuaire des industries culturelles et créatives ( Rapports à la commission européenne dans le fil du Traité de Lisbonne) au profit d'une classe culturelle nantaise radicalement dépopularisée, de multiples et univoques manifestations.

Quelle permanence ?

Pour analyser la nouveauté du positionnement souligné de Ségolène Royal en novembre 2008, comme alliée privilégiée de Georges Frêche, à la place occupée par Jack Lang en 2006,
 il importe de considérer d'abord la permanence sur la scène visibilisée par les media d'abord de cet homme, que chaque transgression semble renforcer pour la simple raison qu'elle se manifeste dans la langue commune qu'ont abandonnés les oligarques de ces novlangs technocratiques et déracinées qu'a si bien su pointer la verve désespérée de Philippe Muray à jamais sublimée par le géni scénique de F Luchini en 2010. Comme on l'a évoqué déjà, quittant sa ville il tient la région, confiné dans ses terres il cible le sénat républicain, maître de ses clientèles locales mais étendues à tout le sud-est,  il a visé à jouer son jeu dans la crise nationale du PS, cacique régional en s'arrimant à la candidate qui fut par les media celle des classes parlantes mondialisées à la magistrature suprême français ; l'échec probablement définitif de cette dernière le renvoie dans son républicanisme nostalgique localisé et sa popularité régionale sachant que jamais le pouvoir financier des media n'en ferait jamais un héros national.

Certes aujourd'hui comme hier son style et ses actes font toujours hésiter entre des figures du passé dont l'anachronisme serait presque rassurant, caricature du colonialiste brutal ou dévoyé liguard d'entre les deux guerres à tendance caudilliste de Méditerranée occidentale. Dans l'actuelle conjoncture de crise générale évoquée plus haut, et en 2010 ne faut-il pas cependant en rester à l'interprétation de 2006 sur le profil d'un simple candidat seigneur de la guerre prompt à ridiculiser ce qui reste dÉtat central désouverainisé donc dépopularisé et les instances emboitées de la loi désubstantialisée, celle de son pays celle des instances instituées d'un parti qui n'est plus qu'une survivance, mais finalement confiné dans son fief.

Faut-il pour cela considérer comme caduque l'alliance, apparemment dépassée de 2006 ? Ce duo formé entre Georges Frêche et Jack Lang qui nous avait retenu en 2006, il restait semble-t-il, par comparaison quasiment dans un modèle d'inconduite de la politique dé substantialisée de la mondialisation : le néo-féodal et le mondialiste ! On voit cela un peu partout depuis vingt cinq ans. On l'a vu et ce n'est plus une nouveauté, dans l'État culturel d'où Catherine Trautmann paya cher sa tentative de retour à la république. On le voit dans l'État de plus en plus délié des grandes "collectivités locales" à virtualités sécessionnistes mais gardant, même si c'est illusoire une relative légitimité populaire ; c’est déplaisant comme la mondialisation, les arrangements un peu mafieux, et le mépris des nations souveraines, mais on a eu le temps d'en baliser intellectuellement les périls sinon de la conjurer et ce n'est pas lui qui en a dépecé les attributs.[2]  

Il faut se garder d'oublier que Jack Lang, qui a pris en 2008 parti, pour le moment, contre Ségolène Royal, reste en réserve dans la pile paradigmatique des ressources pour l'invention d'une nouvelle forme post nationale possible. Ce communicateur hystérisant a de fortes connivences avec les modes opératoires de Ségolène Royal. Précisément il est sur ce plan concurrent, n'ayant jamais abandonné le fantasme d'une présidence de la république à son profit ou en personnage clé auprès d'un autre ; ses velléités pas totalement inabouties d'intégrer la forme sarkozyste de la mutation en cours doivent être prises au sérieux dans une prospective, mais manifestement ce ne serait pas avec lui que s'est profilé la forme la plus nouvelle de mutation des structures politiques. Pourtant à analyser les choses plus en profondeur, le nouveau pacte a suggéré l'hypothèse du rapport entre un processus de la mue structurale de la politique des sociétés de la mondialisation et les tâtonnements de qui prétend surfer sur elle pour la maîtriser à leur profit mais qui ne trouvent appui médiatique que s'ils paraissent aller dans le même sens, celui de l'obsolescence mondialiste de l'Etat-nation.

Une analyse structurale comparée de ces deux alliances montre un personnage pivot structurellement pivot, ce qui ne veut pas dire nécessairement principal, Georges Frêche et une classe d'équivalence d'alliés complémentaires en quête d'une forme viable encore en gestation : Jack Lang et Ségolène Royal en sont les composantes principales. Ne peut-ton pas rétrospectivement, donc historiquement suggérer que les deux jouent chacun à sa façon, une partition commune, à portée finalement modeste, celle de l'hystérisassions communicationnelle plus démagogique pour Jack-Lang (avec le créneau jeuniste et culturellement niveleur initial quelque peu voilé désormais), plus massifiante mais plus virtuellement universelle pour Ségolène Royal. D'où deux thèses que nous développerons ou avons développé ailleurs.

-Thèse étroite, Jack Lang comme personnage mediatico-politique est le véritable inventeur du nouveau morphème de la post-politique, mais trop engoncé encore dans une génération antérieure et trop étroit dans son créneau, voire plus pusillanime dans l'exhibitionnisme et la mise en pièce de la raison politique du discours, il n'a pas réussi. Jack Lang ou la Ségolène Royal inaboutie en quelque sorte ? Mais pour ce qui concerne la tendance objective du processus politique à produire par essais et erreurs, la combinaison de la post-politique mondialisée, il devait fatalement rencontrer Frêche, mais sur la forme plus que sur le fond quoique jouant désormais depuis 2008, parmi les comparses éléphantisés par SR et les media, la combinatoire resta fugace (ou en réserve).

- La thèse large est celle que nous développons dans L'État culturel et ses classes, Nantes 10 avril 2008, Lestamp, HP). Sur L'État culturel langien, voir la savoureuse caricature qu'en a faite Jacques Bertin pour Le Lestamp et le Master Culture à Nantes en 2005. Dans son ensemble structurel sémantique idéologique et plus largement sociétal et civilisationnel, il est l'anticipation des post-États de la mondialisation, l'anticipateur du secteur culturel libéral et , lui, pratiquement totalitaire explicitement programmé par le Traité de Lisbonne, l'anticipateur expérimental, -le microcosme précédant le macrocosme-. Il est crucial pour l'anthropologie politique de l'analyser comme tel, même si la crise qu'il est difficile de caractériser entre crise de (d'une nouvelle étape de...) mondialisation et/ou crise de la dé mondialisation (?), remet en cause une partie des processus, et des politiques affectant les Etats nations sous la prédation mondialiste, quoique freinée depuis le 11 septembre 2001 (?). Ces derniers objets de la prédation  euro-mondialisatrice, et des mobilisations idéologiques de l'identité négative antipeupliste depuis la génération des grandes séparations (la fracture sociale d'E Todd, Fondation Saint-Simon oct. 1994), sont brusquement et très hypocritement assaillis d'appels au secours aussi pathétiques que réversibles) de la part de tous les prédateurs financiers en quête d'une nationalisation de leurs impostures.

Pour autant que l'on puisse analyser un comportement relativement stabilisé dans ce tout début de la Crise systémique qu'après un an de latence aveugle a vu éclater manifestement l'automne 2008, et qui chaque jour, et ce n'est pas une métaphore rhétorique, s'approfondit vertigineusement.

Du duo au pacte quelle nouveauté ?

Le nouveau binôme entre le premier héros de cet article qui décidément  est le catalyseur, sinon évidemment l'auteur, de beaucoup des pathologies politiques de plusieurs époques - et  sa nouvelle partenaire constitue un phénomène beaucoup plus inventif. Il faut d'abord rappeler que cette alliance qu'ont focalisé les media à l'automne 2008 par la conjonction de son caractère spectaculaire et de son cynisme : Prendre le pouvoir dans l'ex Section Française de l'Internationale ouvrière relookée Parti socialiste par le congrès d'Epinay en passant par les réseaux d'un parrain exclu du parti pour une suite de propos et d'actions flirtant avec  l'extrême droite colonialiste et vaguement racialisante n'est certes pas une petite affaire, mais il ne s'agit en réalité si on se donne la profondeur de quelques années d'une conjonction de plus longue date.

Sans remonter à des relations de proximité plus anciennes, la candidate Ségolène Royal inaugure son OPA  de l'extérieur sur le PS à partir de Noël 2005 en activant ce rapprochement. Lorsqu'elle débute la campagne c'est sur les terres de Georges Frêche et du Front National, à Vitrolles qu'elle donne sa première réunion publique tentant de doubler N Sarkozy sur le terrain de la récupération des voix du Front et qui d'autre que Georges Frêche pouvait épauler une telle tactique sinon un tel projet. Il est effectivement là à ses côtés et les résultats du premier tour montreront qu'en dehors de son aire de vote de proximité (autour du Poitou-Charentes jointif avec la Bretagne de la 2° gauche et au  sud-ouest de l'électorat socialiste enraciné  c'est le Sud-Est des réseaux de G Frêche qui achève et clôt cette singulière géographie. Mais à l'exception de l'Aude c'est N Sarkozy qui rafle la mise. Lorsqu'il s'agit en 2008 de conquérir les militants du PS, le sud-ouest profond lui échappe, la Bretagne se partage, mais le Sud-est est bien là assez lourd avec ses fédérations unanimes, pour ne lui faire manquer la victoire que de quelques voix. 

D'abord en termes politiques ce n'est plus seulement le  coup de main défensif que fut le binôme avec Lang, c'est une alliance stratégique à vocation de long cours et à effet immédiat et dont il faudra bien à la bénéficiaire payer les intérêts. Par sa forme et par son contenu - ce qui dans la politique spectacularo-médiatique de massification devient une opposition de plus en plus vidée de sens- ce pacte s'avère plus que virtuellement subversif moins des institutions républicaines que  des partis classiques survivants qui furent longtemps, et ne sont plus,  les acteurs sublimant de la représentation des intérêts, (de ce qu'il en reste). A la valeur intrinsèque près des personnages, qui ne sont ici que de plus ou moins médiocres ( G. Frêche ne l'est pas) hologrammes,  il devrait faire penser quiconque a encore une  culture historique (sans la quelle il n'y a plus de citoyens), aux duumvirats ou triumvirats des candidats monarques de la fin de la République romaine (Pompée César etc.). Mais l'historien sait que c'est le parti des populares et non celui des oligarques de la bien-pensance républicaine qui en l'occurrence l'emportèrent.

Ce propos dira-t-on nous propulse ou trop loin en arrière ou loin en avant dans une, cependan
t nécessaire, science politique fiction. Mais la réalité des effets politiques récoltés par les deux partenaires, et spécialement pour Ségolène Royal, n'a rien d'imaginaire et sa capacité subversive n'en est encore qu'à ses prémisses puisque avec l'aide des media financiarisés elle veut le PS et le pouvoir suprême et qu'elle a une notable chance de triompher des piètres résistances qui croient encore à l'ancien militantisme et aux hommes politiques formatés dans le fil des cités antiques et de la révolution française.. Cette réalité est autrement inquiétante que ne le fut l'épisode Frêche Lang (indépendamment de son fond structural, évoqué plus haut, indépendant des personnages et qui demeure).

Elle donne à voir une convergence plus profonde de politiques conscientes surfant si l'on ose dire, sur des processus lourds touchant l'instauration de post-démocraties- E Todd- (selon la juste déclaration du président tchèque insulté dans son propre palais par l'aventurier des temps nouveaux qu'est Daniel Cohn-Bendit) dans les sociétés de la mondialisation et selon les espoirs et la formulation stricte du pape de la liquidation de la souveraineté populaire et du suffrage universel l'idéologue, dit historien des idées politiques, en réalité leur révisionniste, Pierre Rosanvallon avec la variante "Collège de France" de contre-démocratie.. Ce n'est donc pas seulement un arrangement de bêtes de scènes cherchant les caméras ou un phénomène de modernisation des rapports aux nouveaux media que décrit avec pertinence mais dans la classique clôture des tourainiens, Eric Maigret. Il faut cependant considérer que l'expression de G. Frêche trouve un appui dans un peuple bien réel et dans des formes d'expression et de légitimation électorale parfaitement démocratique, le clientélisme ne suffisant pas à conquérir tant de votes au pays de la grande révolution.

Il serait dérisoire pour une société dont les élites ont depuis un quart de siècle bradé la souveraineté et qui l'asservissent toujours plus à la société centrale d'invoquer  trop l'homologie, à certains points heuristique, avec la fin de la République Romaine puisqu'il n'y a ni des hommes de génie sublimant des synthèses civilisationnelles tel César, ni la perspective de fondation et stabilisation d'un empire.. Cela n'en concerne pas moins une mutation radicale des formes politiques issues de la souveraineté du peuple lors des révolutions américaine et française, dans le contexte de la mondialisation; L'enjeu (et non le destin adjugé) c'est la transformation en société politique asservie à la mondialisation, en société de la mondialisation, la nation qui est universellement reconnue comme la plus symbolique de l'ordre politique classique de la souveraineté populaire. Il s'agit donc de faire sauter un des verrous principaux qui retient la liberté des nations au bord de la fourmilière mondialisée. Nous ne disons pas que cela constitue un destin fatal, mais que Ségolène Royal, et l'alliance Ségolène Royal Georges Frêche en constituent surement, après Sarkozy déjà à l'œuvre, mais plus encore que Sarkozy, un des personnages clés, pour autant et pour autant seulement que les media nationaliseraient leur ambition, entre acteur et marionnette, à l'instar de la majorité des personnages historiques de tous les temps.

On voit que l'on est passé de l'hypothèse modérée, mais toujours valide, d'une pathologie de la décentralisation, (certes en danger de dérives de par les thématiques délétères et ethnicisantes de l'Europe des régions, qui reculaient d'ailleurs depuis le 11 septembre 2001 et le 21 avril 2002). On a assisté à  une propulsion de la scène régionale à la scène nationale des possibilités d'intervention du pivot ne demandant qu'à devenir acteur au sens plein Georges Frêche. Ses objectifs visibles sont des plus clairs, au minimum reconquérir une place dans l'appareil du parti en instrumentalisant  à son profit la crise finale du PS pour en devenir aux côtés de Ségolène Royal, un des jokers, au maximum dans une alternative stratégique nationale liée au sort de Ségolène Royal au sommet des institutions d'une (post?) république. En 2010, cette hypothèse nous paraît dépassée.

Qu'on pense, et ceci est sans doute plus grave, à l'éventuelle adéquation de son propos antimusulman et à virtualité raciste survivant de la Guerre d'Algérie du temps de Guy Mollet, avec une radicalisation Huntingtonnienne d'une rampante guerre des civilisations que tant de forces mènent déjà ouvertement en France comme ailleurs en Europe et aux États-Unis avec sa fiction " de gauche", la croisade laïciste (Dj Heuzé, La laïcité et ses ennemis...", Nantes Lestamp 1999). Et c'est évidemment cette perspective de la conjonction de la joueuse de flute de la
débandade de la raison politique bien au delà des essais Frêchiens, et du parrain de croisade au verbalisme provocateur jouant plus ou moins dangereusement dans la connotation racialiste. C'est là qu'il faut désormais penser eu égard à la configuration complémentaire des deux nouveaux alliés. Pour autant évidemment que l'alliance s'approfondisse et ne s'institue dans le parti d'abord (si c'est encore nécessaire) dans l'État enfin ?

Quelle singularité avec la substitution de Ségolène Royal à Jack Lang ?

La nouveauté radicale réside en effet dans le formatage pré-présidentiel d'une candidature relativement crédible de la nouvelle venue sans cesse réitéré et le cas échéant induit par les media qui restent l'expression directe de la financiarisation mondialiste du "secteur culturel et créatif" qui constitue un pan fondamental, le plus totalitaire, il faut oser le mot, du Traité de Lisbonne.  Le programme du nouveau personnage féminin qui vient croiser la saga sinistre de l'homme de Montpellier, ne s'exprime t il pas résolument dans ce qu'on pourrait qualifier d'immoralisme radical d'un j'moi-mêmisme[3] infantile et pervers, son Désir de ...

Tout, ses j'aime.. j'aime pas. Aimez-moi, Aimons nous les uns les autres (cynique instrumentalisation d'un sacré !), qui se condensent encore mieux dans sa litanie du J'ai envie de.. sa loi et ses prophètes. Mais on ne peut en rester à une critique morale ou psychologique quoiqu’on touche là à des composantes essentielles du nihilisme chosifiant qui est le discours latent de la mondialisation, en l'occurrence de la circulation de la marchandise dans la fiction de la concurrence parfaite, dans les mœurs le discours manifeste des classes parlantes qui le relaient.  En tout cela l'essentiel est qu'elle a radicalement coupé les ponts avec l'esprit des lois comme avec la common decency républicaine. A l'instar de Nicolas Sarkozy, dira-t-ton ? Certes il y a convergence, mais l'homme de Neuilly fasciné par l'hyperbourgeoisie américaine s'ancre encore dans des références historiques et mémorielles, en tout cas celles que son entourage républicain, en l'occurrence Henri Guaino, lui suggère ; il bouscule les institutions met en pièce certains garants civilisationnels de l'ordre sociétal, le droit du travail le rapport aux temps sacrés etc.

Ségolène ou la prédation active de la raison politique en symbiose avec le discours latent des media et le discours manifeste d'une partie de leurs maîtres.

Mais c'est Ségolène Royal qui met en pièce dans ses modes d'exposition prédateurs le lien fondateur entre la raison et la politique. Son génie, si l'on peut dire est dans cette indépassable radicalité. Sa cible est, dans la société comme dans le parti, l'appel contre la fonction réflexive et médiatrice des représentants, aux multitudes plus ou moins acculturées politiquement (quoique gardant leur capacité spatialisée à retrouver une politique du peuple (R. Dupuy) autonomisée), au sein des audiences médiatiques, à la fraction massifiable d'individus séparés de leurs communautés, ou à certains resurgissements des communautés en perdition, tel un certain catholicisme d'ancien régime dévoyé de l'ouest de la France, une terre d'élection de son dévoiement.  

Ainsi identifié à ce niveau civilisationnel où interfèrent rien moins que le langage et la politique, cet autisme répétitif de l'affect et de l'instinct relié à une information binaire virtuellement manichéiste, serait déjà une première compréhension  utile pour des esprits névrosés et critiques (Dany Robert Dufour) issus des Lumières et de la Révolution française,  si la désintellectualisation par le haut de l'époque en cours n'avait pas tant refoulé l'intelligence de l'apport freudien et  nécrosé la culture de l'histoire nationale support irremplaçable de l'intelligence politique ! Celle qui compte, pour capter des partisans, essentiellement sur la réduction de tout message à un arc réflexe de la séduction ou de la répulsion, mu par le çà instinctif de l'émotion immédiate et de l'affectivité fusionnelle,  peut certes être pensée de façon indulgente comme le  médiocre instrument d'une mondialisation liquidatrice de toute culture politique démantelée par l'action massifiante de ses écrans financiarisés dont la fonction spécifique d'un point de vue civilisationnel, est de transformer les peuples en masses [Serge Moscovici)]

Cette autre alliance là, absolument manifeste et pour le moins structurelle, entre une candidate à la fonction républicaine suprême et les écrans de la massification, même si elle peut  être pensée comme mutuellement instrumentale ne constitue-t-elle pas déjà en elle-même un inquiétant symptôme de la crise de la culture politique démocratique reposant en son cycle de 2500 ans, depuis l'agora d'Athènes, sur un discours rationnel invoquant des valeurs fondatrices d'une communauté politique? Son extrémisme dans l'expression est une autre évidence indiscutable et c'est une prodigieuse aubaine pour les media de la spectacularisation financièrement valorisable, sans fin ni limite. Qu'importe ici de distinguer entre une hystérisation symptôme personnel et/ou jeu maîtrisé de la spectacularisation dont sont affamés les media, la psychologisation serait ici déplacée. Ce qui est manifeste aussi c'est l'audace avec laquelle elle se surpasse sans fin, au delà de tout cynisme dans le dépassement permanent de la, jusque là, common decency politique et républicaine la plus élémentaire. On pense à sa mise en spectacle au Zénith cet automne. De ce point de vue son jumeau au pouvoir, est largement surclassé quoique jouant en grande partie dans les mêmes registres.

Une psychologie ad hoc ? Mais là n'est pas la question.

Les folies de la société trouvent toujours leurs types de personnalité adaptées et d'un point de vue relativiste normales. Sur ce point toute une littérature critique du 20° siècle de Bruno Bettelheim à Georges Devereux par Emmanuel Todd, doit être relue d'urgence.

Elle en fait tant, Ségolène ( au passage notons la dé patronymisation des identités qui est plus qu'un symptôme de la crise culturelle en même temps que celle de S.G.)  avec une telle candeur délirante et mimée ou si l'on préfère, une telle impudeur déroutante, que l'analyste trop intellectualisé pourrait, guetté par la tentation légitime du simple mépris, la réduire au registre un peu vain du pur spectacle au point que sa performance politique en tant que telle ( l'emprise fusionnelle sur des esprits, finalisée sur la prise du pouvoir politique) en semblerait presque irréelle. A un autre niveau d'analyse, le déréalisme (Devereux, Essais d'ethnopsychiatrie générale, Gallimard), référé à la raison politique sublimée de la tradition démocratique, est peut-être aussi un se ses symptômes - le paralogisme de tant de propos ne peut tenir dans la durée qu'étayé sur un fond schizoïde-; mais cette structure de la personnalité n'est-elle pas commune, - à lecture de l'ethnopsychiatrie de Devereux à D N Dufour - à nos contemporains voire à nous même ; le Todd de Le  fou et le prolétaire le confinant au 20° siècle totalitaire mériterait d'être relu avec une vision élargie. Qu'importe ce débrayage apparent d'avec une certaine réalité n'en est pas moins d'évidence chez elle manifestement exacerbé, et il est comme elle, bien réel.

Les effets de son pouvoir d'influence sur une société politique à tous égards déboussolée, porté (suscité ?)  par les media financiarisés pourraient, si le corps politique (la nation instituée) ne se ressaisissait pas à temps, peser du plomb sur des populations affolées, - pensons aux années Trente-, par les effets peut-être cataclysmiques de la crise du monde qui se creuse chaque jour. Et ce jour qui pourrait être le moment d'une radicale mutation de la politique - d'ailleurs largement entamée par l'occupant actuel -,  n'est pas si lointain. Institutionnellement, l'horizon c'est trois ans et demi, mais rien ne prouve que Nicolas Sarkozy, son compère au pouvoir et rival en modernisation de la démocratie, pourra tenir jusqu'au bout. Sa propre logique d'excès - agonistique ?- face à la crise systémique va de plus en plus montrer les limites de ses verbalismes brutaux et de ses réformes prédatrices.

La vraie nature du duo  :

- un simple épisode de la prise du pouvoir au PS ?

- le catalyseur d’une métamorphose déjà entamé du système politique français vers  une oligarchie démagogique  de media ? Mais les media n'adorent G Frêche qu'autant qu'il reste dans sa province.

- ou, déjà l’amorce d’une diarchie singulière entre un pôle jouant sur le maternalisme castrateur, tel que le décrivait déjà sur des données américaines le Georges Devereux des années 60 et un pôle caudilliste tendance réseaux clientélistes, pour rester dans une expression modérée. Mais Ségolène Royal de 2010 tend à retrouver un langage et plus ou moins tactiquement un comportement moins éloigné de la raison républicaine.

- et de facto en termes d'assises territoriales dans la France-diversité de F Braudel à E Todd, une conjonction des pathologies politiques propres aux décompositions sociétales de l'Ouest français (S. R.), et des pathologies politiques d'un Sud-est (G. F) bien connu de la géopolitique critique de l'espace français (Y Lacoste et la revue Hérodote). Cela reste un vrai problème mais il n'est pas neuf.

- La fiabilité culturelle et politique d'une telle alliance ne saurait donc s'analyser uniquement au travers de la scène centrale que nous avons principalement évoqué ici avec un rôle dominant des media, mais passerait par la mise en musique d'une résultante plus ou moins durable d'une telle conjonction qui semble dérouter, à ce niveau des cultures régionales, toute logique et tout antécédence historique.

- Peut-être donc que cette conjonction ne pourra rien fonder mais sa fonction prédatrice est d'ores et déjà irréversible sur le Parti socialiste où le renfort des voix méridionales de clientèle de son nouvelle allié  a donné à S.R. Ces quasi cinquante pour cent de voix qui lui permettent de rendre la vie impossible à l'élue légitime héritière de la tradition démocratique du dernier grand parti qui pouvait en revendiquer une après l'alignement brutal de l'UMP à la tyrannie de spectacle et de réseaux de Nicolas Sarkozy. Que la bête PS meure serait ne serait sans doute pas un drame civilisationnel. Mais ni l'un ni l'autre n'y suffiront.
 

 La politique de proximité en acte Chat saisissant un oiseau 

 

La 'politique De proximité " en acte ? Mais on reste au seul niveau du langage et de la politique spectacle, à l'instar de cette image également provocatrice ici et volontairement abusive.

 ou

le temps des grands prédateurs de la re féodalisation ?

Cela seul est indéniable mais si commun dans toutes les régions conquises par le PS

Limite de la partie revue


Imaginons donc, ce qui n'est que jeu nécessaire mais purement hypothétique, que sonne l'heure de cette alliance de Georges Frêche et de Ségolène Royal et sa victoire au sommet de l’État. Il le faut. Cela n’a rien d’impossible. On sait désormais que leurs sorts sont liés, mais on ne peut dans l’état actuel de la saga que comparer les attributs respectifs et non penser leur résultante, là où réside le plus grand péril. Certes elle n'a pas les mêmes modalités de brutalité, doublée sur l'insulte, genre un tantinet mineur, c'est elle qui va le plus loin dans la destruction systématique de toutes les médiations idéelles de la pensée réflexive dans un discours politique. C’est elle qui assène à jet continu des absolus réduits au binaire manichéen dans une incantation sans fin.

Certes Frêche semble banaliser l'inégalitarisme et le mépris raciste, mais c'est dans la forfanterie et le scandale dont il se délecte en narcissique vaguement ridicule, sans oublier la pêche aux voix pieds-noirs irréductibles mais c'est Royal, beaucoup plus radicale dans la prédation anthropologique, qui désymbolise (Dany-Robert Dufour) tous les adultes assez âgés, - pour représenter l'autorité civilisationnelle de l'ascendance (Son père et les pères, les institutions, les statuts et valeurs de son parti), - pour être porteurs de mémoire et/ou représentants, intermédiaires démocratiques nécessaires entre populations relativement massifiés et pouvoir émetteur. Au nom de ce jeunisme à connotation toujours fascisante dans l'histoire contemporaine, les dits éléphants du PS et d'ailleurs, sont démolis en chœur par madame Royal et ses media. G Frêche est plus circonspect.

D'autre part, issu des terres méridionales d'une culture juridique du préciput et du paterfamilias il pourrait avoir du mal à intégrer l'effondrement symboliques des pères qui semble l'axe biographique principal de sa comparse. Évidemment ils ont d'égales capacités à invoquer la base contre les sortants, et toute démagogie qui puisse être relayée par les media de la mondialisation, mais c'est elle qui a le plus éprouvé les virtualités lyncheuses (elle l'a prouvé) du jeunisme, d'un pseudo-féminisme rance, de l'encouragement donné à délation dressée contre de supposés déviants sexuels.

En tout cas l'ensemble ainsi collecté à charge des réalités manifestes et des perceptions plus largement admises de son action que thésaurisent ses détracteurs, apporte plus d'arguments qu'il n'en faut à  Lionel Jospin qui a eu la contr'audace - alors que la candidate de la légitimité d'une tradition politique séculaire, Martine Aubry,  semble médusée et déjà vaincue -  de radicaliser une interprétation fondé sur la comparaison historique. Selon lui SR, dont le discours constitue la plus radicale et élémentaire novlang[5] d'une époque qui, à l'instar des années Trente, en a vu surgir de partout, fait irrésistiblement penser quiconque garde une culture historique, à ce néo-socialisme d'avant-guerre ( et d'abord de Marcel Déat), qui fut d'abord, sous couvert d'appels plus ou moins hystérisés à la modernisation,  une des modalités du fascisme auquel il se rallia au détour la défaite.

Quelles défaites pour quelle mutation ?

Les défaites qui nous guettent à cette orée d'une crise systémique sans précédent dans l'histoire humaine, seront d'un autre ordre que l'effondrement militaire - et d'abord moral sans doute - de juin 1940, mais elles sont aussi prévisibles qu'elles sont déjà légions, morales, intellectuelles,  politiques, sociales, quoique  aucune ne soit jamais fatale. Peut-être Jospin exagère t il  par dépit ? L'homologie heuristique et critique ne saurait dispenser de l'analyse nécessaire de multiples et radicales nouveautés sans sombrer dans les leurres, gros d'impuissance présente, de l'anachronisme. Notre thèse est que toute interprétation et donc toute prospective concernant SG doit passer désormais par l'évaluation de la résultante que peut engendrer son duo avec GF. Notre intuition d'historien c'est qu'il est possible sinon sur qu'avec cette rencontre de deux modes de perversions politiques, également avérées, c'est là que tout a commencé [[6]. Tout mais quoi ?

Le duo dont la radicalité de la lutte au sein du parti socialiste et l'incroyable partage en deux a précipité ressemble à tout sauf à une anecdote mais peut-on déjà dire que vient de se profiler une diarchie ? Les personnalités d'évidence complémentaires, (mais on ne sait rien de leur compatibilité durable) et leur conjonction appelée à durer ( la conquête du pouvoir reste à faire), renvoient plutôt à un récit noir désormais embrayé, profondément troublant, terriblement suggestif.. Mais de quoi ? L'histoire qui galope en ces années 2000, risque de vite trancher. Il importe que dans cette histoire encore suspendue, il reste des sujets pour la faire. Les sujets c'est tout ce que tout, de la mondialisation à la déresponsabilisation idéologique relayée par le sociologisme, en passant par les media massifiant, tend à détruire. Devereux notait déjà dès les Essais d'ethnopsychiatrie générale que c'est l'adulte normal, concept anthropologique très précisément élaboré, qui tendait à s'effacer.

Mais ce sont aussi dans le registre du politique les sujets collectifs qui semblent plus cruellement encore, aujourd'hui faire défaut. Un sujet historique c'est toujours la combinaison d'une conscience (si possible réflexive en l'occurrence mais ce n'est hélas pas général) et d'une force sociale indexée à des ensembles sociaux aux intérêts et aux valeurs relativement unifiables, au sein d'un État ou pour en détruire ou construire un. Pensons en attendant mieux (toutes les forces organisées classiques des deux siècles précédents, s'étant à peu près effondrées symboliquement et politiquement), à cultiver au moins ce qui dépens de nous, la réflexion, et pour cela le savoir, notamment historique, la vigueur critique, et la vertu de force.

Quel jeu sur les champs nouveaux de la lutte politique entre ce qui dépend de "nous", sous réserve de réseaux, le web, et ce qui n'en dépend plus depuis longtemps, le pouvoir médiatique ?

Désormais c'est entre la spectacularisation dépolitisante du politique par les media[4]   et la relative anarchie de l'expression - cependant très manipulée par les réseaux- par le canal des sites web relayée par les moteurs de recherche, qu'l convient de chercher les symptômes visibilisés des transformations sociétales. Il est d'autant plus significatif de constater que les multiples sites relais en réseaux qu'actionnent les appareils post-politiques, ont concernant Ségolène Royal, été capables de littéralement inonder le web d'un leurre protecteur pour invisibiliser ce pacte qui a visiblement fait scandale et que ses auteurs considèrent sans doute désormais comme trop précocement avancé.

Ces sites relais convergents ont systématiquement rediffusé des déclarations antérieures de plusieurs années qui font apparaître en première page des moteurs de recherche, une condamnation et non une défense de Georges Frêche par Ségolène Royal. Cette manipulation grossière montre la force des réseaux ségoléniens qui passent, nous en avons de multiples preuves sur le terrain nantais, par le quadrillage de multiples associations ou organes micro-presse culturelle locale. Il serait en effet sans doute naïf d'accuser les moteurs de recherche eux-mêmes comme sujets politiques directs quoique ce soit un objet de vigilance à ne pas oublier. Elle montre aussi la faiblesse de l'opposition socialiste ou autre à SR, contrairement au mythe entretenu d'un bloc TSS (Tout Sauf Ségolène) ils n'ont dans les écosystèmes d'expression des media et du web, pas de cohérence stratégique résultant d'une convergence des actions spécifiques à ces nouveaux champs d'expression. Ils ne font pas assez nombre pour peser sur la résultante la plus précieuse politiquement, la captation de la première page des moteurs de recherche.

Le joueur (la joueuse) de flute d'une néo politique fusionnelle [[7]] et le parrain croisé ?tendus vers la servitude de la nation française mondialisée ? Cela pourrait provisoirement baliser les quelques interrogations urgentes que l'on suggère d'approfondir si on refuse la tentation d'autres formules des années 30 qu'on aimerait croire anachroniques ?

Une chanson des temps passés, nous a trop de fois parlé - d'une rose sur la chaussée... du château d'un duc insensé et des cygnes ( des signes ?) dans les fossés... et si c'est en général au creux d'un désastre, c'est aussi à l'heure où naissent les résistances. Reste cependant une autre hypothèse, au vu du puissant plébiscite qui en 2009 porta de nouveau Georges Frêche à la tête de la région Languedoc-Roussillon, dans une des aires culturelles les plus démocratiques de la France, au cœur de l'électorat de gauche historique, depuis 1848 et surtout depuis le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte : L'hypothèse est que, indépendamment des pratiques clientélistes propres à tous les hiérarques socialistes de l'Etat reféodalisé par la décentralisation sur fond d'euro-mondialisme, - Jean-Marc Ayrault le si korrect nantais compris, le profil de Georges Frêche y compris ses gesticulations verbales provocantes mais si médiatiques, constituent contradictoirement une autre forme, certes moyennement conséquente, de résistance populaire, aussi désespérée que celle de Le Pen depuis 1984, mais se situant, dans le système politique électoral, et si ces mots ont encore un sens, à gauche. Il faudrait dans ce cas reconsidérer toute l'analyse sans l'abolir mais en la re pondérant dans sa contradiction, une voie finalement assez sûre pour saisir la complexité de notre monde entraîné dans une transition sans fin.


Jacky Réault
___________________________

[1] LEMONDE.FR avec AFP | 18.11.08 | 17h52 Royal prend la défense de Georges Frêche Ségolène Royal a estimé, mardi 18 novembre, qu'il y avait eu "beaucoup d'injustice" envers Georges Frêche, exclu du PS en 2007 après les dérapages à répétition de l'homme fort de Montpellier. LePost  Lundi 10 novembre 2008, 18h50 : Georges Frêche réintégré? "Ségolène Royal n'est pas une femme de manigances." "Si Ségolène Royal gagne, je serai réintégré." C'est ce qu'affirme, le plus simplement du monde, Georges Frêche, dans Dimanche Plus, sur Canal Plus. La leader socialiste a-t-elle donc dit à l'exclu qu'il serait réintégré en échange son soutien? "Bien entendu", répond le ..Président du conseil régional de Languedoc-Roussillon. Site Web Europe I, article  créé le 18/11/08 - Dernière mise à jour le 19/11/08 à 9h14. Royal tend la main au sulfureux mais influent Georges Frêche En course pour le poste de Premier secrétaire du Parti socialiste, Ségolène Royal a pris la défense de Georges Frêche à  deux jours du vote des militants sur le nom du nouveau Premier secrétaire du Parti socialiste, et après un congrès de Reims où la famille socialiste est apparue complètement déchirée, Ségolène Royal a pris mardi la défense du cousin qui a été mis au ban : Georges Frêche, exclu du PS en 2007 après des propos controversés sur les harkis."Il y a eu beaucoup d'injustice à l'égard des déclarations de Georges Frêche", a estimé Ségolène Royal, en soulignant que ce dernier avait été relaxé par "une décision de justice". "C'est un élu important, c'est un maire qui a transformé la ville de Montpellier, c'est un homme cultivé, c'est un homme intelligent", a-t-elle ajouté. Et de fait localement, Georges Frêche reste bien l’influent leader de la fédération socialiste de l’Hérault qui a déjà voté massivement pour la motion de l'ex-candidate à la présidentielle avant le congrès de Reims. Mais soupçonnant, selon elle, une volonté d'"instrumentaliser" sa réponse, Ségolène Royal a refusé de se prononcer sur une éventuelle réintégration du président de la région Languedoc-Roussillon au sein du PS. "Ma volonté ce n'est pas d'exclure, c'est de rassembler", a-t-elle simplement expliqué. (Le titrage en gras est fidèle à l'original) On laissera ici la question de son sexe, elle qui joue pourtant cyniquement et hystériquement de son genre, qui risquerait d'inclure dans ce propos  une confusion inutile, ouf Martine Aubry est une femme aussi.

[2]et on le redit la conjoncture du monde depuis le 11 septembre à Manhattan et dans le monde, et plus encore avec la crise est plutôt dans un certain retour certes précaire des états nations que dans leur déréliction radicale,  Sur ce point on renvoie aux analyses de l'édition 2008 de Ramsès, relative autorité en langue française de l'analyse des conjonctures géopolitiques, et aux analyses unanimes du retour des États depuis l'automne 2008

[3]  Renaud Camus, La grande déculturation, Fayard 2009.

[4]  Sur la nécessité de mettre au centre de l'analyse, comme dans la premier vingtième siècle, la grammaire désormais bien connue et les enjeux (dé) civilisationnels de la massification, on renvoie aux fondamentaux que la sociologie disciplinaire, dans son rapport phobique à la psychologie sociale n'enseigne plus. (A Nantes, toujours exemplaire dans ce registre du nivellement des savoirs non disciplinaires, elle a été supprimée du cursus étudiant à la rentrée 2008-9). On citera pour mémoire outre Gustave Le Bon (ses préjugés d'époque ne suppriment pas son rôle fondateur) et Gabriel Tardé (sur le mimétisme), les Essais de psychanalyse du Freud de la Première guerre  mondiale(1917), et la synthèse magistrale de Serge Moscovici. L'homme des foules.

[5] Novlang, Archélang, renvoie très volontairement au Discours de la méthode des temps qui adviennent, le 1984,d'Orwell. 

[6] La chaîne I Télé par exemple diffuse en direct la moindre déclaration de SR, et ne cite que par allusion réductrice toutes celles de la secrétaire générale du PS, Martine Aubry qui n'a donc plus ni voix ni discours

[7] Il importe de ne pas oublier les thèmes primordiaux de l'imaginaire germanique quand la raison romaine du droit et de ses montages civilisationnels (P. Legendre) reculent dans les institutions et pas seulement dans la socialité .On sait que le personnage musique du  joueur de flute est un jeune homme séduisant dont la musique entraîne à l'instar du personnage féminin de l'ondine, tous les enfants dans les profondeurs de l'étang.

[8]  Aragon 1940,


J'ai traversé les ponts de Cé. C'est là que tout a commencé.
Une chanson des temps passés parle d'un chevalier blessé,
d'une rose sur la chaussée et d'un corsage délacé.

 Du château d'un duc insensé et des cygnes dans les fossés,
de la prairie où vient danser une éternelle fiancée.
Et j'ai bu comme un lait glacé le long lai des gloires faussés.

La Loire emporte mes pensées avec les voitures versées
et les armes désamorcées et les larmes mal effacées.
Oh ma Franc
e, oh ma délaissée. J'ai traversé les ponts de Cé.


Seghers. 1962 p.55. Les yeux d'Elsa.1942.
Cette année là je suis né en terre française de colonisation allemande

J.
Lauter 2006, alias Jacky Réault 2009




Comment résister à la débandade de la raison ?

En réaction au communiqué de la Ligue des Droits de l'homme du 15 février 2006 sur les "propos scandaleux" de Georges Frêche
couvert par Jack Lang
[1]

Enfin, la Ligue des Droits de l'Homme française a quand même entendu les débordements disons provisoirement et pour faire simple, mussoliniens du maire socialiste de Montpellier. On commençait à craindre que ce propos ne vienne pas et que la LDH qui s'éparpille dans tant de positions secondaires ou confuses et qui  parfois semble se confiner dans des attitudes partisanes n'en oublie ses missions fondamentales d'ordre anthropologique, avec pour nécessité de parler peu pour dire l'essentiel, au nom d'un idéal de démocratie et au service de l'esprit des lois. Ce que nous venons d’entendre ce week-end de Montpellier va même plus profond encore et l'adjectif "scandaleux" purement dénonciateur reste par trop à la surface de l'évènement. Ce qui est à considérer ce sont les fondamentaux d’une raison démocratique dont l’usage public de la langue est le premier marqueur. Nous sommes toujours 1984. Le novlang est toujours rampant.

Un grand notable de la république, membre éminent d’un des deux partis qui se partagent le pouvoir de la France en mondialisation, le plus haut personnage de l’État sur un vaste territoire régional, vient de s’oublier ( ?) dans le vocable de sous-homme et qui plus est en l’appliquant au représentant d’un groupe historique à qui l’histoire n’a épargné aucune de ses cruautés, les harkis. il faudrait d’ailleurs dire, si l’on n’oublie pas d’hêtre historien, les harkis survivants des massacres de l’indépendance… Un détail ?


S’oublier ou se réfléchir ?


L'essentiel c'est ici, pour nous, révélée en clair, la vérité des pouvoirs oligarchiques qui sous nos yeux se substituent à la souveraineté des peuples et au droit démocratique que seule elle peut fonder ; cette vérité n’est celle de l'ubris, la démesure tragique de l’ensemble des castes régnantes, désormais sans aucun tiers référent, fut-ce la loi (et plus seulement des soi-disant métarécits fondateurs, cibles d’une postmodernité aux frontières du nihilisme) ? Très classiquement, et c’est en cela aussi que l’histoire humaine est toujours tragique, c’est en se condensant dans une personnalité à la fois publique et limite[2] qu’elle devient monstration, dans tous les sens étymologiques de ce terme.

Ce théâtre  certes ne vaut pas le vrai, - la catharsis suppose la sublimation d’un beau texte qui fasse communauté, l’espace commun du dialogue avec un public-peuple - , mais contentons nous en attendant mieux, - le retour d’un Vilar en Avignon  - de ce qu’il nous apprend : G Frêche n'est qu'un des représentants les moins dissimulés des oligarchies régnantes en France au temps de la mondialisation qui est aussi désubstantialisation de la démocratie
[3]
Qu’est-ce qui occupe le vide de cette perte de substance dans les institutions et dans l’esprit des hommes. Beau cas, Georges Frêche est une des réponses !

La vérité de cet événement-expérimental c'est bien la culture du mépris pour tout ce qui représente le peuple - en gros (l'appartenance à une communauté de destin - ou simplement à un langage de raison civilisatrice, une nation), - ou en détail (tel sous ensemble de sans pouvoirs et sans position de scènes dans les villes archipels de la mondialisation). Ce qui nous a été donné à entendre ce dernier week-end grâce à une improbable diffusion par une chaîne habituellement plus favorable à l’un des deux grands partis du consensus mondialisé[4], c’est l’unité d’une double rupture, rupture avec la loi comme avec le sens commun démocratique inscrit dans le langage public possible d’un représentant de la république ; un des grands esprits expert de ce lien organique entre la régression totalitaire et la subversion de la langue, George Orwell[5] a nommé common decency ce partage de valeurs et de raison (intellectuelle et morale) commune à l’universel concret de la multitude historique à laquelle on appartient pour y être né et pour avoir été par elle humanisé. George Frêche en basculant au dehors sur une scène de pouvoir, vend la mèche mais tant d'autres pensent ainsi (dans le racisme de classe et de peuple) en restant plus hypocrites.

Un binôme quasi expérimental Georges Frêche et Jack Lang ?

La présence et l’acquiescement tacite puis actif de Jack Lang fait de ce sociodrame une véritable achèvement en typicalité ;  l'inventeur de cet Etat culturel qui s’avère également une montagne de pouvoir, d'argent et de mépris[6], est très complémentaire de l'énergumène de Montpellier qu'il conforte activement (qui ne dit mot consent[7]) par son immanence biographique et politique d’icône ; n'a t il pas réussi à transformer la cathédrale de l'art ouverte au peuple instaurée par André Malraux en ce prodigieux machin combinant la pensée unique étatique et contrôlée, le bazar marchand, et le nihilisme théorique et pratique du cultureux de bureaucratie et de caste substitué à l'art, à la culture cultivée[8][8] comme à l'éducation populaire.

N’a t il pas été l’actif désymbolisateur (D.R. Dufour, l'art de réduire les têtes) et l'auteur du refoulement  étatique de cette immense et belle mobilisation historique à la fois lettrée et populaire, - cet impossible du sociologisme binaire qu’adorent invoquer les langues de bois politiciennes-, qu’avait engendré la conjonction séculaire du mouvement ouvrier et du militantisme des classes moyennes référés à l’école ; cette école était faite pour instruire et promouvoir et avait largement entamée sa tâche (irréductible à  la logique quasi éthologique de domination de classe du gauchisme sociologique) avant d'être dégradée y compris par ce même Jack Lang (auteur du décret sur les masters du nivellement européen du savoir fondamental  à cet autre événement moment de vérité scandaleux d’avril 2002, l'éviction du chef du parti socialiste par Jean-Marie Le Pen.. Certes d'une certaine façon n'est en cela que le digne successeur de Lionel Jospin à l’Education nationale sous la dite gauche plurielle, de 1997 entre le pédagogisme idéologisé et l'inversion des transmissions contenue dans cette exemplaire manifestation de la souveraineté du fantasme (P. Legendre) qu'est l'enfant au centre.

Deux faces de l'oligarchie, deux modalités de la re féodalisation dans la conceptualisation de Pierre Legendre, sont ainsi, et de façon malgré tout étonnante, réunies dans cet évènement au sens fort ; cette révélation expérimentale peut faire histoire pour peu que nous ayons des yeux des oreilles et de la mémoire ; bien qu’il  s'agisse, pour lui, d'une nième édition d'abus totalitaire du langage à partir d'une position institutionnelle abusée, ce nouvel écart de Georges Frêche absous par un ministre de la culture historiquement référentiel, n'a rien d'anecdotique. Une "condamnation" verbale par le PS évoquée par la LDH, ne suffirait pas à nous exonérer du devoir d'analyse.(Note de 2008, cette condamnation d'ailleurs suivie d'une exclusion est finalement advenue, mais c'est finalement ce qui semble aujourd'hui remis en question

Un symptôme mais de quoi ?


Qu'est-ce qui engendre depuis plus de vingt ans cette décrépitude morale (et intellectuelle, et pas seulement dans les institutions, les partis ou les syndicats, -allez donc voir ce que deviennent, après les IUFM et dans la même veine idéologique et nivelante, les universités dans leur rampante autonomie, ce leurre délétère ?- ), et
comment se développe  ce processus de nécrose de la démocratie qui est d'abord effondrement civilisationnel et personnel de ceux qui se prétendent les "élites"  qui plus est dans les positions usurpées de "représentants".  Il ne suffit plus de dénoncer en se mettant toujours dans le camp commode de la bien-pensance, il est urgent de se risquer à penser pour de bon et d'abord de dire haut et clair que la sortie de Georges Frêche n'est pas une éructation malvenue, en quelque sorte un oubli, mais bien le passage au visible, expérimental, de la vérité profonde d'un processus , redoublé et accentué par des politiques convergentes, et qui couvre déjà un quart de siècle, touchant les sociétés de la mondialisation et ici la notre. Georges Frêche, par sa position institutionnelle (maire de grande ville président du conseil régional, cacique socialiste et tête de réseau dans un vaste sud-est), cumule de triples effets pervers,

> de la séparation oligarchique à l'égard de la société considérée comme peuple national comme à l'égard du peuple social, des partis et des tenants (Poulantzas, Pouvoir politique et classes sociales Maspero 1975) des si interférentes scènes médiatiques et (post?) culturelles d’avec la nation, à la fois résultante et, pour autant qu’elle ait des centre d’action, logique sinon cible politique de la mondialisation,

> d'une décentralisation certes ambivalente mais qui, (sur fond de délitement de l’Etat et de la référence à la souveraineté du peuple, de confusion libérale autour d’une dite société civile et du hochet de la proximité), tend si souvent à se résoudre  en une re féodalisation et un contournement mafieux de la loi, par de nouveaux notables au centre de leur nébuleuse clientélaire,

> et enfin d'une déstructuration sociétale malgré tout inégale et qu'il convient de différencier à dans les termes d'une géopolitique des régions françaises,[9]
touchant la société du quart sud-est de la France qui condense et grossit  beaucoup des dérélictions de la société nationale mais y rajoute les siennes propres. Cette singularité relative s'inscrit contradictoirement dans son interférence avec ce qui constitue à la fois son berceau civilisationnel principal (mare nostrum, Mère Méditerranée, écrit joliment Dominique Fernandez) et, plus ambivalente, l'histoire de sa première périphérie coloniale et postcoloniale , qui se condense lourdement lorsque Georges Frêche s'oublie, c'est à dire se souvient. Il faut se souvenir aussi que ce même espace historique, - pourtant matriciel d'une vigoureuse culture démocratique, (exprimée dans la sociabilité méridionale illustrée par l'œuvre de Maurice Agulhon) -, avait engendré en 1815, la Terreur blanche . En 1962 il offre le principal terrain d'accueil, non seulement des malheureux réfugiés de la décolonisation, pieds noirs et harkis, -en tout cas ceux qui ont échappé au massacre de l'indépendance-, mais de l'OAS, ce terrorisme d'un désespoir devenu pervers de la fin du colonialisme. Il nous profile aujourd'hui un des types de personnages publics qui intègrent le plus, au risque d'en être quelque peu fêlés, les effets délétères sur les personnes, et pas seulement sur la société et le droit, d'une démocratie sans peuple  alias on le redit, désubstantialisation de la démocratie (G. Bois, op. cit. 2003)

Cela, en revanche, n'a rien de spécifique à notre bordure méditerranéenne, ni même à la France, mais procède de la tendance oligarchique des sociétés de la mondialisation. Frêche en sa citadelle par trop décentralisée et de facto mondialisé (via l'Europe réellement instituée, ce relai multiplicateur de déconstruction des nations), illustre à quel point il devient urgent de prendre conscience d'un noyau nihiliste (?) de la crise actuelle du monde et pas seulement de notre société. Prendre conscience mais aussi, littéralement s'insurger, comme nous l'avions suggéré en septembre 2001[10], face à une nouvelle débandade de la raison, qu'il nous semble heuristique de penser dans le vaste contexte de  la fin d'un cycle civilisationnel d'un demi millénaire après la précédente Grande crise, celle de la fin du Moyen-âge.[11]  Dans cette relecture de novembre 2008, au temps de la très possible crise systémique désormais engagée (et de façon indécidable entre de dé mondialisation et/ou de sur mondialisation), la débandade de la raison s'est universalisée ; sans que l'on sache cependant si de la Chine, de l'Inde d'où surgira une raison alternative relativement universalisable aussi.

Bien à vous et merci pour cet envoi [12].

Jules Lauter (alias Jacky Réault)
___________________________

ANNEXE

COMMUNIQUÉ LDH Paris, le 13 février 2006
  Après la « racaille », les « sous-hommes ».

Une fois de plus, le président de la Région Languedoc-Roussillon Georges Frêche a tenu en public des propos scandaleux. La Ligue des droits de l'Homme s'indigne de ce que, lors d'un rassemblement organisé par lui samedi 10 février devant la Maison des rapatriés de Montpellier, où il a regretté la suppression de l'alinéa 2 de l'article 4 de la loi du 23 février 2005 qui soulignait le „ rôle positif ‰ de la colonisation, et vanté longuement les bienfaits de celle-ci, il s'en est pris violemment à un représentant d'une association de harkis. Selon la presse, Georges Frêche a tenu les propos suivants : « Vous faites partie des harkis qui ont vocation à être cocus jusqu'à la fin des temps [...] Vous êtes des sous-hommes ! Vous n'avez rien du tout, vous n'avez aucun honneur ! » ; « les harkis se sont fait égorger comme des porcs ». Étant donnée l'appartenance politique de Georges Frêche et la présence du député PS du Pas-de-Calais Jack Lang à ce rassemblement, la Ligue des droits de l'Homme attend du Parti socialiste une condamnation claire de ces propos.


Notes de Comment résister à la débandade de la raison ?

[1] Ce texte est une version un peu étoffée en novembre 2008, lorsque Ségolène Royal rejoint la bande des copains de Georges Frêche, du texte Comment résister à la débandade de la raison, titre de la première édition sur ce site d'un courriel de  (jacky.reault@wanadoo.fr Date : Wed, 15 Feb 2006 15:09:54 +0100 à : LDH-Nantes ldh.nantes@rezocitoyen.org Objet : Re: Communiqué LDH "Après la « racaille », les « sous-hommes »), envoyé à la LDH 44. Le style originaire réactif d'un courrier explicitement militant subsiste sans retouche, le texte étant édité dans une Tribune, donc doublement réfutable. Nous avons joint un minimum de notes en 2008.

[2] borderline diraient les psychiatres.

[3] Guy Bois, Une nouvelle servitude, essai sur la mondialisation. François-Xavier de Guibert. 2003.

[4] France-Info. Information entendues lors de l’émission débat sur la chaîne LCI le 18 février 2006 avec Patrick Buisson, Stéphane Rozès,

[5] J Claude Michéa George Orwell anarchiste tory. Editions Climats.

[[6] Sur le Langisme, outre l’ouvrage référentiel de Fumarolli inventeur de la formule de l’Etat culturel,  lire la conférence du journaliste culturel  d’investigation, Jacques Bertin sur la newsletter du Lestamp http://www.sociologie-cultures.com, ou sur son site

[7] Sur le site de Jack Lang, un texte se borne à neutraliser et à justifier l’incident rapporté à une interpellation inattendue d’un représentant des harkis, et ne dit mot de ce détail, "les sous-hommes".

[8] Sur cette courbe historique sinon évolutive (les inversions viendront ?) Michel Del Castillo, Sortie des artistes, De l’art à la culture, Chronique d’une chute annoncée. Seuil 2004.

[9] Sous la direction d’Yves Lacoste. Seuil.

[10] J Réault, Apocalypse à Manhattan. In Libre Prétexte. Nantes, Lestamp 2002, reproduit in Pour un lieu commun des sciences sociales, la newsletter Lestamp, www.sociologie.cultures.

[11]Emprunté à Guy Bois citant, à propos des sociétés et des intellectuels de la mondialisation, Jean Delumeau, historien lui aussi de la précédente grande crise d’un encore virtuel « occident », celle du 14° siècle.  Crise du féodalisme. P.F.N.S.P., 1

[12] Nous avons répondu par courriel à ceci : ----- Original Message -----From: Infocom Ldh <mailto:infocom-ldh@ldh-france.org>Sent: Monday, February 13, 2006 6:08 PM Subject: [infocom-ldh] Communiqué LDH "Après la « racaille », les « sous hommes", texte intégral en annexe. Les  trois derniers paragraphes très remaniés sont datées des 12 novembre 2008 quand le texte initial fut revu corrigé complété. Avant le pacte de Georges Frêche et de Ségolène Royal qui a inspiré une postface qui est finalement devenu un essai original immédiatement indexée à ce qui constitue à nos yeux un  évènement historique, ce que n'était pas la grossière complicité de larrons apparemment ordinaires avec J Lang

       ____________________

 

Jacky Réault Directeur du GIRI CNRS- Sociologie politique 2008, 2010Georges Frêche,  je tournais autour depuis quelque temps,

 

... voilà ce que j’avais envoyé à un site de commentaire des œuvres en quête des dénotations et connotations de Saint Georges et du dragon (collé ci-dessous), dans le fil du Saint-Michel que j’avais mis depuis longtemps avec mes articles très peu contradictoires ( je visais le PS plus que G. F.). Dans ce fil j’avais modifié des formulations et rajouté au titre Frêche est-il Saint-Georges ou le dragon (sachant que Saint Georges, cf .  Didi Ubermann etc… condense les trois fonctions de l’ « imaginaire du féodalisme » de Duby les  laboratori, milites, orantes. Je pense que le prodigieux succès populaire de G. Frêche tient  à ce qu’il concentrait lui aussi ces trois fonctions , ceux qui travaillent ceux qui combattent ceux qui prient…. Et puis deux jours après le torchon d’historiens du collège de France et d’ailleurs contre l’histoire de France, dont le récit national est devenu "roman", le voilà qui meurt.

 

Je suis frappé par son Eros cultivé et populaire plus que par ses provocations verbales ( aucun de ses actes ne confirme autre chose qu’un gros narcissisme méditerranéen,). Je rajoute donc une petite notice nécrologique – sous la scandaleuse femme nue de Chirico ( sur www.sociologie-cultures.com ) qui contrebalance la sévérité de mon approche initiale et  me permet de régler un compte avec les Roche et autres faux culs d’Arlette Farge crachant sur l’histoire de France… je m’identifie aussi comme l’unité d’un laborator, d’un miles et d’un brahmane. Pourquoi le cacher.

jr 25 oct. 2010

 

Saint Georges terrassant le dragon

Œuvres, Regards
19 juil. 2009

Saint Georgeset le dradon Emprunté le 12 octobre au site Regard

Saint Georges terrassant le dragon est un peinture de Giorgio de Chirico datée de 1940.

  1. Réault Jacky dit :

"Votre commentaire est en attente de modération"

12 octobre 2010 à 16 h 05 min (Le site de l'intervention est oublié. La modération est venue, elle s'appelait censure.)

 

Ce Saint Georges là est merveilleux de trouble et d’épaisseur perverse. Le ciel obscurci ne l’empêchera pas de rejoindre la femme nue, d’évidence accueillante, (la fente de la falaise) quoique séparée par une ombre quelque peu infernale, qui fait semblant de ne pas regarder mais attend le vainqueur. Quelle œuvre illustrerait mieux l’ambiguïté politique de Georges Frêche si proche d’un bord de mer de la culture méditerranéenne; c’est sur la pourpre du pouvoir que cette femme s’offre. Ne pourrait-elle pas être aussi l’allégorie d’une forme du pouvoir ? Allez les retrouver dans l’analyse ouverte offerte par http://www.sociologie-cultures.com sous réserve de ne pas assimiler cette séduisante créature à la femme politique d’un moment dont il est question aussi dans cet article mais qui n’est pas moins trouble que ce personnage caudillesque (saint Georges Frêche) et que cette toile merveilleuse. Elle montre que tout l’art du 20° siècle ne menait pas au nihilisme de l’abject de l’ainsi nommé « art contemporain » réduit à la conjonction du mécénat du pouvoir financier et de l’Etat culturel post-anthropologique. Frêche au moins, heureuse exception parmi les féodaux socialistes se rattache plus à la grande culture transmise qu’au culturel des cultureux de la "grande déculturation".

 

 

 

 


LIENS D'INFORMATION


  
 

Contact  I   Équipe d'enseignants   I   Master culture 1   I   Master culture 2   I   Conférences culture    I  Infos étudiants master  I  Accueil  I  Libres opinions   Sociologie cultures   I   Publications lestamp  I  Sociétés de mondialisation  I   Publiez vos textes  accueil  I  abc de la chanson francaise  I  abc parole de chanson  I  anthropologie de la voix  I  auteur chanson francaise  I  chanson populaire  I  contact master culture ecouter chanson  I edith piaf et chanson infos master culture   I   parole chanson   I   parole de chanson francaise   I   parole et chanson  I  partition de chanson  I  starac chanson  I  lca consultants
management public   I  sociologie cultures  I  association lestamp chanson réaliste  I  lca formation  I   formation formateur   I  formation communication  gestion ressources humaines  I  devenir consultant  I  texte de chanson  I  lca performances ltd  I formations gestion ressources humaines  I  prise de parole
knowledge management  I  Formation de formateur  I  Formation communication  I  Formation management  I  Formation consultants I  Gestion du temps
Bilan des compétences  I  Art  I  Formation ressources humaines   I   Formation gestion stress   I   Formation coaching    I  Conduite de réunion   I   Gestion des conflits  I  Ingénierie de formation  I  Gestion de projets   I  Maîtrise des changements   I  Outplacement   I   Formation Ressources Humaines   I   Prise de parole en public   I   Certification formateurs   I   Orientation professionnelle   I   Devenir consultant   I   Sociologie de culture    I   Laboratoire  lestamp
Master culture   I   Formation management   I  Info culture  I  Lca consultants     I   
Formation de formateur    I    Formation gestion conflit     I    Formation communication   I   Formation coaching   I    Ressources humaines Formation management   I   Conduite de réunion  I   Formation consultants   I  Gestion stress   I   Gestion du temps   I  Devenir formateur   I  Certification formateurs Consultant indépendant  I  Ingénierie de formation  I  Outplacement  I  Bilan de personnalité   I   Bilan de compétence   I   Évaluation manager 360°   I   Coaching de progression  I   Stratégies internet E-commerce   I  Management internet marketing   I   Création site internet   I   Référencement internet  I  Rédiger une offre internet Gestion de projets e-business   I   Droit des nouvelles technologies    I    Intelligence stratégique    I    Négocier en position de force   I   Conduite des changements  Management de la qualité   I    Orientation professionnelle   I   Gestion ressources humaines   I   Ingénierie de formation   I  Gestion des conflits   I  Management et performances    I    Communiquer pour convaincre    I    Développement personnel    I    Intelligence émotionnelle   I   Prise de parole en public    I    Gestion stress   I   Conduite de réunion
Formation coaching   I   Gestion du temps   I  
Conduite des entretiens   I   Réussir sa gestion carrière    I    Communiquer pour convaincre    I   Prospection commerciale   I  Formation coaching commercial   I   Formation vente  I  Management commercial  I  Négociation commerciale  I Responsable formation
Knowledge management   I   Formation leadership  I  Recrutement consultants  I  Gestion de projet internet   I   Toutes les formations LCA  
  Formation consultant  I  Direction ressources humaines  I  Formation devenir consultant  I Directeur ressources humaines  I  Formation consultant formateur   I   Vente en ligne  I  Formation marketing internet  I  Internet management  I  Stratégies internet  I  Manager commercial  I  Information et communication  I  Force de vente   I   Stratégie.communication   I   Communication entreprise   I  Stratégie de communication   I  Communication interne   I    Vendre sur internet
Formation commerciale     Conduite du changement   I   Ressources humaines   I   Gestion des connaissances   I  Formation gestion connaissance  I  Chef de projet internet  I  Management des connaissances  I  Performance management  I  Formation manager  I  Manager  I  Métier consultant   I   Consultant expert   I   Devenir formateur   I   Formateur   I   Projet web   I    Communication internet   I   Gestion de projet   I   Management de projet   I   Conduite de projet  I  Chef de projet  I  Accueil chanson réaliste  I  Contact  I Infos chanson réaliste  I  Colloque mondialisation  I Art populaire  I Newsletter sociologies
Lestamp sciences sociales  I chanson realiste star academy chanson realiste silence de la voix  I chanson realiste toile noire  I  Auteur chanson francaise   chanson realiste damia frehel piaf   I   Chanson realistee
voix secrète   I   Chanson realiste orient voix   I  Chanson realiste proche et lointaine   I  Chanson realistes et peuples de l'art  I  Chanson realiste et voix de femmes  I  Chansons  I  Formation formateur  I   Formation communication  I    Gestion ressources humaines   I   Devenir consultant   I   Prise de parole en public  I  Lca consultants  I  Management public  I  Lca formation  I  Contact master culture  I  Infos


© Site web réalisé par lestamp association, tous droits réservés