Joëlle Deniot, une nouvelle anthropologie de l'art passant par une sémiologie

 Ouvriers de Saint-Nazaire
 La Star Ac 2005
 
L'envers du décor
 
De la bricole à l'œuvre
 La passion de l'automobile
 Militer pour exister
 Parlers ouvriers 

 Nicolas et Ségolène-2007
 Le marché des services

 Ethos de la juste mesure
 Militer au féminin
 Europe et main d'
œuvre 
 Le parcours des étudiants   

 Images pour une voix E Piaf

 

Essais de Joëlle Deniot Jacky Réault

 Inter-dit sociologique

 Alter/Anti-mondialisme   
 Enjeu d'un dépassement
 Rapport à l'écriture
 Apocalypse à Manhattan
2001

 Du commun Du populaire

 Ethos de la juste mesure

 

 Les peuples de l'Art
 Libre prétexte
 De
Bretagne... d'ailleurs
 D'encre et de lumière
 En bordure de voix
 Compétences relationnel ll es
 French popular music
 Territoire&profession

 Espaces,Temps-Territoires

 
Tribune libre suivi d'un essai de Jacky Réault, Retour des peuples Voir aussi Sociologie politique (nouvelles)

Retour des peuples  ?
-Les milieux populaires

du Non français

 à l'Europe oligarchique 

 Etude sur l'évènement 2005 :

 

-Peuple politique

 peuple social

 peuple sociétal

Essai de sociologie politique.2009

__________________New-York 2011 

     Eros turannos

L'autre  pays du mensonge déconcertant

DSK  l'hyperbourgeois

ou le hoquet de la  toute puissance

dans la crise systémique de la mondialisation

_____________________________

A mes trois mères

-A propos de l'abandon

programmé de la langue française

dans la recherche.

Un manifeste de fureur amoureuse

 D'abord diffusé sur la @ liste

 de l'Université de Nantes

le 21 février 2008-

_______

Joëlle Deniot 1997 La chanson réaliste. Colloque Lestamp Université de Nantes Photo jr.

Joëlle Deniot

 La Chanson réaliste  Colloque Lestamp Université de Nantes 1997

Edith Piaf, la voix, le geste, l'icône Esquisse anthropologique

Joëlle-Andrée Deniot,

illustrée par  Mireille Petit-Choubrac

Lelivredart Edition Paris 2012

Une neuve

socio-sémiologie

de l'art 

 


Encre et Gouache Mireille Petit-Choubrac Copyright Lestamp Edition-  Pour l'Edith Piaf de J. Deniot. 2012

_____________

L'Eté du Lestamp 2012  s'est déroulé les 28 29 et 30 juin 2012

  sur le thème 

Des  Hommes Des Femmes  Inerties et métamorphoses anthropologiques


 

T 06 88 54 77 34,
0977093713

 email: jacky.reault@wanadoo.fr

Lestamp Association, Laboratire d'Etudes et de Recherches Sociologiques sur les Transformations et Acculturations des Milieux Populaires depuis 1995


 


 

























































































































































































































































































































 

 

Nathalie Halgand

La passion de l’objet : le cas de l’automobile « Des œuvres d’art sur quatre roues »

 

(Communiqué)

LES VOEUX DU LESTAMP POUR 2016

 

Voeux du Lestamp 2016 Ré-enchantez-vous.

10ieme.ete.du.lestamp.2016.le.mal.

 

 

 

 

 

 

 10° ETE DU LESTAMP

 

 30 JUIN 1° JUILleT 2 Juillet a nantes

 

le Mal

 

Aux LIMITES des sciences sociales

__________

Pour soumettre un projet de com.: joelle.deniot@wanadoo.fr

et jacky.reault@wanadoo.fr

 

Entrée libre 

________

 La passion de l’objet : le cas de l’automobile « Des œuvres d’art sur quatre roues »

 
     
 

L'automobile, en tant qu'œuvre d'art sur quatre roues, est une forme d’expression artistique mise en exergue au sein des clubs automobiles de prestige en Franc[1]. Les clubs automobiles se situent au croisement d’une socio-anthropologie des cultures populaires et d’une réflexion esthétique. A la question des fans et des fan-clubs, une réponse peut être apportée concernant la construction des identités et la production du jugement de goût dans la culture populaire. En considérant le caractère héréditaire de cette pratique, comment l’image de l’automobile a t-elle été transmise auprès du grand public et comment ce dernier se l’est-il appropriée ? Nous examinerons alors, à travers les mass-média, le phénomène de collection et les grands rassemblements commémoratifs organisés par les clubs. C’est ce que nous pouvons exprimer sous le terme d' « acculturation automobilistique »[2].

Avant de voir les processus de l’appropriation de l’image de l’automobile auprès du grand public, encore faut-il connaître les éléments significatifs à l’origine de cette attirance charnelle des hommes pour cet objet. Il s’agit de montrer par quels processus les clubmen se sont épris de l’automobile. Autrement dit, de mettre en évidence les contextes sociaux d’émergence et de réceptions de ces œuvres d’art sur quatre roues. Il s’agit donc de retrouver les formes de l’enracinement de la culture automobilistique dans notre existence collective.


Genèse de l’objet d’art

En effet, on ne peut comprendre le rapport passionnel à l’automobile et le flot de production artistique qui en découle, comme l’automobilia (bibelots, tableaux, reproductions en cristal, etc.)[3], sans prendre connaissance des raisons de son émergence. C’est pourquoi, il est important, dans un premier temps, de connaître la genèse de l’esthétique automobile en tant qu’œuvre d’art.


Comme le déclare Werner Von Broch : « l’automobile a une signification étrangère à la chose elle-même : c’est un objet d’amour, un rêve incarné, une idole, comme les hindous peuvent en avoir, couverts d’or et de bijoux, un symbole de statut, bref, l’irrationnel à l’état pur. »[4]
. L’automobile apparaît donc comme une sculpture d’une merveilleuse beauté. Elle est vue comme une « création divine », comme si Pygmalion, le héros d’Ovide dans « Les métamorphoses »[5], avait sculpté cette automobile des temps modernes dans un état de quasi perfection[6]. « Longtemps, l’automobile s’est identifiée à une femme dont Pygmalion aurait été mécanicien et sculpteur. »[7].

A la fin du XIXe siècle, les premiers sculpteurs d'automobiles s'appellent Joseph Cugnot, Etienne Lenoir, Léon Serpollet, Armand Peugeot, pour ne citer qu'eux. Ils ont donné forme et vie à leur création et leur voie fut suivie par de nombreux autres ingénieurs ou artistes tels que
Louis Sabattier, Scott, Géo Ham, par les couturiers worth, Schiaparelli, Lanvin, etc., et par les carrossiers Letourneur, Chapron, Franay, etc., qui avaient un même regard sur la pureté des lignes.
Ce qui amène Roland Barthes à voir en l’automobile « l’équivalent assez exact des grandes cathédrales gothiques : je veux dire une grande création d’époque conçue passionné-ment par des artistes inconnus, consommée dans son image sinon dans son usage par un peuple entier qui s’approprie en elle un objet parfaitement magique. »[8].



La 1ère automobile - Etienne Lenoir - Salon Rétromobile 2000 (Collection personnelle)


Pour expliquer comment l’automobile en tant qu’art populaire s’est imposée dans notre histoire sociale, nous reprendrons l’idée développée par Paul Valéry : « s’ils (les artistes) l’ont obtenu (d’être inscrits dans l’histoire de l’art), c’est par le concours de deux conditions que l’on peut toujours considérer comme indépendantes : l’une est nécessairement la production même de l’œuvre ; l’autre est la production d’une certaine valeur de l’œuvre par ceux qui ont connu, goûté l’œuvre produite, qui en ont imposé la renommée et assuré la transmission et la conservation, la vie ultérieure. »[9].

Donc, après avoir vu les conditions de production de l’œuvre d’art sur quatre roues, nous allons voir maintenant les conditions de sa renommée, c’est-à-dire comment par toute une mise en scène, l’automobile a été mise sur un piédestal et ce qui l'a fait devenir un objet mythique, donc de prestige[10].



L’objet de séduction


L’industrie automobile a principalement pris son essor à travers les courses où les hommes ont eu le coup de foudre pour ces mécaniques pétaradantes qui leur permettaient de concrétiser leur rêve d’aller plus vite et plus loin, mais, ils ont eu aussi le coup de foudre pour ce jouet luxueux qui les faisait rêver dans les concours d’élégance automobile. La France, en matière de mode, est renommée pour son élégance et son originalité dans l’art de combiner les lignes de la coupe et le jeu des étoffes. Nous pouvons comparer
un carrossier à un couturier. L’un et l’autre savent marier les lignes et les coloris. Leur art procède à la fois du grand dessin et du menu détail.


A l’image de l’esthétisme de la femme, très raffinée, l’esthétisme de l’automobile doit aussi être recherchée. La carrosserie a un rôle important dans le jeu de séduction de ces automobiles. Carrosser un châssis d’automobile, c’est l’habiller. Pour expliciter cette phrase, nous citerons cette anecdote véridique, lorsqu' Ettore Bugatti s’exclama de la sorte en offrant un modèle réduit à son fils Jean en 1927 : « cette voiture est belle comme une femme ! »[11]

L’automobile n’a pas été un simple événement industriel. Elle est mêlée, désormais, d’une façon intime, à l’histoire de l’élégance contemporaine.

« Après 1920, d’élégantes silhouettes de dames vantent le confort des automobiles : Hispano-Suiza prône un roadster conduit par une femme. Avec Peugeot ce sera, pour une femme, “être à la mode” que de conduire sa 201. Une manière de publicité indirecte invite le client à choisir le même modèle que Mistinguett, une Voisin ou une Matford, que Gaby Morlay une Mors, que Joséphine Baker une torpédo 17cv Delage, ou plus tard, le même modèle que Brigitte Bardot une Florida Renault. »[12]

L’image de la femme est pour beaucoup dans l’évolution esthétique de l’automobile. Ce sont principalement les stars qui ont joué un rôle prépondérant dans l’histoire de l’automobile de prestige. La réception et l’usage de « l’art automobile », auprès du grand public, sont à rapprocher des analyses d’Edgar Morin sur la culture de masse qui depuis « les années 1920 et 1930 [...] a proposé de nouveaux styles de vie fondés sur l'accomplissement intime, le divertissement, la consommation [...] au travers des stars [...] des sports et de la presse féminine [...] La culture de masse a exalté la vie de loisir, le bonheur et le bien-être individuels, elle a promu une éthique ludique et consommative de la vie. »[13]

Il ne s’agit en aucun cas d’opposer la culture élitiste à la culture populaire mais, au contraire, de comprendre les mécanismes de la transmission du comportement automo-bilistique au « grand public ». Nous voudrions donc montrer comment l’image idyllique, vendeuse au niveau économique et enjeu symbolique, au travers d’ingrédients issus du marketing tels que la vitesse, le luxe, l’évasion, a fait de l’automobile, un objet mythique.


L’objet mythique

Que ce soient les héros de courses tels que Fangio, les stars de cinéma telles que James Dean, ou encore les Miss lors de concours d’élégance, ils ont contribué à alimenter le mythe.
Comme le souligne Luc Boltanski, la publicité pour les voitures est souvent construite « sur le système des oppositions homologues entre les objets distingués et les objets communs, l'espace libre et l'encombrement, les élites et les masses »[14]

L’automobile a effectivement séduit tout un public à partir de l’image enjoliveuse diffusée sur les grands écrans et dans la grande presse. Nous avons assisté à la sacralisation de l’Objet avec un « O » majuscule, en tant qu’objet ludique de collection, de détente, de passion, de plaisir et d'évasion dans le cadre du loisir. En effet, c'est cet aspect ludique de l'automobile qui en a constitué le mythe.

Ainsi, dans la production artistique, d'un point de vue médiatique, nous avons la mise en évidence d'éléments imaginaires venant alimenter la relation affective à l'Objet dont l'image est partagée en famille.
Ce sont des automobiles dites de prestige[15] dans le sens où elles ont marqué, d'une forte empreinte, l'histoire de l'industrie automobile par leurs exploits sportifs ou cinématographiques. C’est le cas de Choupette la Coccinelle Volkswagen[16] dans Un amour de Coccinelle, ou de la Citroën DS volante de Jean Marais dans Fantômas se déchaîne[17] ou encore de la 2cv Citroën pulvérisée par Louis de Funès dans Le Corniau[18]. Ces automobiles sont de véritables stars aux côtés des luxueuses berlines Rolls-Royce et Ferrari. Comme le souligne Edgar Morin, « l'écran paraissait devoir présenter un miroir à l'être humain : il offrit au XXe siècle ces demi-dieux, les stars. »[19]

La culture automobilistique est née de cette image rêveuse mise en scène à travers les mass-média. On peut parler d'émotion esthétique au cœur même de l'art populaire automobilistique car, pour reprendre les propos de Bruno Péquignot, « l'art populaire est l'art qui plaît au peuple »[20]. L'automobile a profondément marqué les consciences collectives de son empreinte symbolique, largement diffusée et reproduite. En effet, certaines automobiles de constructeurs auparavant anonymes sont devenues célèbres par les courses automobiles, les Salons, la mode, les films et par l’influence d’hommes (créateurs, hommes d’institutions, pilotes ou stars de cinéma) qui les ont élevées au rang d'automobiles mythiques.

Ainsi, la légitimation et la reconnaissance sociale de l'automobile, en tant qu'Objet d'art populaire, se font via ses apparitions médiatiques ; autrement dit, via sa production culturelle dans l'histoire sociale. C'est la raison pour laquelle, comme le souligne Bruno Péquignot, « La connaissance sociologique de l'œuvre passe par la connaissance des contextes socio-culturels de son apparition et de sa réception. »

Les déterminants sociaux de l'automobile en tant qu'Objet d'art populaire sont à rechercher à la fois dans le tissu social et dans le tissu familial. C'est la jonction des deux qui, par tout un processus, apporte une culture automobilistique et donne naissance à la passion de l'automobile.

L'automobile agit sur les représentations communes. Elle émeut, elle agit sur la sensibilité, elle fait intervenir l'émotivité. L'automobile ne laisse pas insensible les individus par toute une production médiatique qui a modelé les consciences individuelles de manière à ce qu'elle soit vue sous une certaine forme sympathique ayant donné naissance au mythe de l'auto. D'où son passage d'objet utilitaire à valeur économique à Objet mythique à valeur sacrale.

Nous prendrons le cas de la personnalité de James Dean qui a immortalisé la jeunesse avec sa Porsche Grand Sport. L'image de la fureur de vivre fut reprise par la publicité pour vanter les mérites de l'Opel Corsa, dans un style toutefois très différent. Un embryon de religion se constitue autour de ces automobiles. C’est le cas pour la voiture de James Dean : « la voiture fatale est sacralisée. Pour 25 cents, on peut contempler la Porsche Grand Sport, et pour un supplément de 25 cents, on peut se glisser au volant. Cette voiture disloquée, qui symbolise la passion de James Dean, est même débitée en boulons, pièces de ferrailles tordues qui sont autant de reliques sacrées que l’on peut acheter selon la grosseur à partir de 25 dollars pièce et que l’on peut garder sur soi, pour s’imprégner de la substance mystique du héros. »[21]

D
epuis longtemps, les produits les plus raffinés de notre civilisation finissent tôt ou tard dans les musées et les collections privées. L’automobile des Stars a suivi ce chemin et est devenue à son tour un « Objet » d’art.
Une automobile devient un objet de collection pour son intérêt historique, la personnalité de son créateur, de son propriétaire, et pour son originalité technique et stylistique.


Ancêtre, Vintage ou Classique ?

Comme le mobilier ancien, les automobiles de prestige sont classées par style. Pièce d’origine, restaurée ou réplique, il convient de savoir aujourd’hui déjouer les embûches. La voiture de collection n’est pas obligatoirement une voiture très ancienne. Certains amateurs mettent un point d’honneur à collectionner des voitures « neuves » et prestigieuses comme les Ferrari, Lamborghini, Bugatti, Rolls-Royce, etc.

A l'achat, le prix de certains modèles se compte parfois en millions d’euros. Leur valeur paraît aussi sûre que celle d’un tableau de Rembrandt ou de Van Gogh. Nous citerons Eugène Slomp qui dit sensiblement la même chose dans un article de presse, en février 1981 : « des "tas de ferraille" au prix des plus grands tableaux modernes ? Après tout pourquoi pas ! Ma Bugatti est plus belle que toutes les œuvres d'art, clamait André Derain, orfèvre en la matière puisqu'il n'en posséda pas moins de quatorze. Et avec l'agressif manifeste du mouvement futuriste publié par Marinetti dans "Le Figaro" du 20 février 1909, l'automobile avait fait une entrée fracassante dans le monde de l'art où, pour la première fois, elle occupait une place à part entière ».[22]

Il existe un marché mondial de l’automobile de prestige comme pour les œuvres d’art. Le marché est organisé, structuré, avec ses rendez-vous annuels comme le Salon Rétromobile de Paris, le Clasic Car Show à Birmingham ou l’Auto Jumble à Beaulieu en Grande-Bretagne.
Au cours des années 60, l'automobile s'est démocratisée. Certains modèles de marque ayant fait les beaux jours de l'industrie quittèrent la France pour garnir les musées des Etats-Unis ou d'Angleterre entre 16 et 25 000 francs, soit aujourd’hui entre 2 500 et 3 800 euros.

Voyant partir à l'étranger ce patrimoine, des passionnés tombés sous le charme de ces automobiles démodées, décidèrent de se rassembler au sein de clubs afin de sauvegarder ces automobiles qui, pour certaines, furent récupérées au fond de granges, à l’état d'épave. Ces paléontologues de l'automobile décidèrent de les restaurer et de les conserver précieusement. Ce fut le début de la collection. Il s'agit là d'un véritable « sauvetage d'un patrimoine culturel. »[23]

Les
propriétaires sont, eux aussi, de véritables Pygmalion dans le sens où ils restaurent leur véhicule d’époque en cherchant ou en fabriquant des pièces, en le « bichonnant » et le lustrant pour lui redonner son aspect d’origine.



La pratique automobilistique et ses rituels – Pornic 1997 Rallye des
Grands-Mères Automobiles
(Collection personnelle)


L'acte de restauration est une expression artistique en soi, les manières de faire ressemblent en tous points à un véritable travail d'art puisqu'il existe, non seulement, des savoir-faire transmis de génération en génération, mais aussi, des critères de restauration supervisés par la F.F.V.E. (La Fédération Française des Véhicules d'Epoque), gardienne de l'orthodoxie, préservant toute l'authenticité de ces œuvres d'art sur quatre roues. A ce titre, nous pouvons parler de poiêsis, qui est le faire par excellence, celui qui touche la sensibilité.
Et pour mieux comprendre le désir des passionnés, nous citerons ce passage extrait de l'ouvrage de Bruno Latour : « je contemplai mon œuvre terminée dans une anxiété proche de l'agonie, je rassemblai autour de moi les instruments qui devaient me permettre de faire passer une étincelle de vie. »[24]

En effet, lorsqu'il s'agit
de restauration « d’œuvres d’art » comme une Hotchkiss, une Panhard ou une Delahaye, symbole de l’élégance française d’avant-guerre, nous pouvons parler de « haute couture » automobile.
Nous avons affaire à de véritables re-créateurs, à la fois artistes et artisans. Certains passent plus de 2500 heures à restaurer ces automobiles passées de mode, mobilisant tous les métiers annexes à l'automobile comme le carrossier, le mécanicien, le tôlier, le tapissier, le ferreur, etc. Là encore, nous avons affaire à de véritables Pygmalion désireux de retrouver L’Age d’Or de l’automobile.

Autrefois, cette automobile donnait du prestige à son propriétaire, aujourd’hui, c’est lui qui redonne son prestige d’antan.
C'est une véritable histoire d'amour qui lie ces hommes à l'automobile. Certains n'hésitent même pas à leur donner des noms de grandes amoureuses ; elles s'appellent Esclarmonde, Artémise, Joséphine, Pélagie et Julie[25]. L'automobile Galatéenne est, non seulement, rattachée à son propriétaire par des sentiments ambigus mêlés d'une certaine forme d’érotisme, mais elle est aussi dotée d'une âme.

Pour ces passionnés, une automobile immobile est un non-sens. Ils vont sur cette chose animée (anima) faire revivre le souvenir des événements qui ont fait accéder certaines automobiles au statut de véritable star. Nous sommes passés, ainsi, de la starisation de l'automobile à sa sacralisation comme Objet mythique.


L’objet d’amour

Les clubmen veulent retrouver cette image mémorielle de l'automobile qui a alimenté leur rêve d'enfant, à la fois les souvenirs idéaux de l'automobile et les souvenirs des promenades dominicales faites en famille.[26] Comme le souligne Sigmund Freud, « les désirs inconscients et […] ceux qui remontent à l'enfance, nous hantent au point de devenir passionnels »[27]. Les membres concrétisent leur rêve autrefois refoulé parce que leur automobile préférée leur était inaccessible.

L'amour qu'ont les passionnés pour l'automobile est en soi une déification ; aimer d'amour sa voiture, c'est l'idéaliser et l'adorer. Dans ce sens, tout amour pour une automobile suscite une fermentation mythique. L’homo automobilis religiosus veut tout connaître sur son automobile préférée : la biographie de son créateur, l'histoire de la marque, le nom des stars qui l'ont conduite, ses apparitions cinématographiques…

On peut dire que la starisation sert, de surcroît, de modèle à l'accomplissement de la pratique ludique de l'automobile, au sein des clubs. Le comportement social de l'individu face à l'automobile se calque sur l'univers de la production artistique. C'est le cas au sein des clubs DS France où l'image de la Citroën DS, apparue dans le film Fantômas se déchaîne, avec Jean Marais, Louis de Funès et Marlène de Mongeot, est souvent évoquée. La « Déesse »"[28], voiture aussi populaire que les acteurs cités ci-dessus, est portée en véritable star par les membres de ces clubs.

C'est par ce processus de projection/identification que se crée une relation affective avec l'automobile. C'est pourquoi, la question de la production artistique est au cœur de la passion.

De même, lors de sorties telles que le Rallye des Grands-Mères Automobiles, il existe un code esthétique au niveau vestimentaire en correspondance avec l’époque de l’automobile. Il s’agit de l’acquisition d’une culture esthétique de l’automobile au sens d’une praxis. Les membres essaient, de cette manière, de préserver la pratique traditionnelle de l’automobilisme pour retrouver la sensibilité originelle à l’Objet. Ainsi, peut-on affirmer que l'ethos de la nostalgie est à l'origine de l'effusion passionnelle régnant au sein des clubs.

Nous assistons à la valorisation du patrimoine automobile et à la transmission de la culture populaire automobilistique. Imitation et ritualisation viennent rythmer la vie des clubmen. A ce titre, nous pouvons parler d’héritage culturel. Ils veulent conserver ce qui a fait de l’automobile un mythe par toute une mise en scène au cours de manifestations commémoratives. Les clubs font donc l’apologie nostalgique du passé mythique de l’automobile, représenté comme Age d’Or, à travers lequel les passionnés viennent se ressourcer.

Les clubmen sont, dans leurs actes, portés par un sentiment affectif pour cet Objet évocateur de souvenirs d’enfance, que ce soit par un son, une odeur ou la réminiscence du visage d’un être cher. On comprend alors l’importance de la prise en considération du noyau familial des fans dans la manière de voir, de concevoir et de pratiquer l’automobilisme. On parlera d’une « esthétique de l’imitation
 »[29] car il s’agit, dans l’optique d’une sociologie esthétique, de maintenir la question de la genèse au cœur de la problématique[30]




L’élégance automobile – Pornic 1997 Rallye des Grands-Mères
Automobiles (Collection personnelle)

 
[1]  Mémoire de maîtrise de sociologie, De l'usine au club Venturi : producteurs et consommateurs d'un objet de prestige, sous la direction de J. Deniot, Université de Nantes, 1995. Mémoire de D.E.A. de sciences sociales, Introduction aux clubs automobiles : histoire, théorie et pratique, sous la direction de J. Deniot, Université de Nantes, 1996. Thèse de doctorat de sociologie intitulée, Ethno-sociologie des clubs automobiles de prestige en France, sous la direction de J. Deniot, Université de Nantes.
[2]  « C’est l’étude de la transmission culturelle en cours », comme le souligne Melville-Jean Herskovits, Les bases de l'anthropologie culturelle, Paris, Payot, 1967.
[3]  Lorsqu’on parle « d’automobilia », il s’agit d’une manière générique, de tout ce qui se réfère à l’art automobile.
[4]  Werner Von Broch, USA, société inachevée, Paris, Seuil, 1962.
[5] Ovide, Les métamorphoses, traduit du latin par G.-T. Villenave, chez les éditeurs F. Gay, Ch. Guestard, Paris, 1806, 4 tomes, partie X, vers 247 à 252.
[6] Bruno Latour, Aramis ou l'amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992.
[7] Citation de M. Déon et extraite de la préface de l'ouvrage de Jacques Rousseau (pour le texte) et Jean-Paul Caron (pour les photos), Cent ans d'automobile française, Paris, Flammarion, 1984.
[8]  Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, coll. Points, 1957.
[9]  Paul Valéry, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, 1957.
[10] Suivant la définition, c’est la séduction, l’attrait, le merveilleux, l’éclat, l’influence de quelque chose ou d’une situation qui est hors du commun.
[11] Anecdote évoquée par un membre du Club Bugatti France au Salon Rétromobile en février 2000.
[12] Citation de M. Déon, de l’Académie Française, extraite de la préface de l'ouvrage de Jacques Rousseau et Jean-Paul Caron, op. cit.
[13] Edgar Morin, « L'esprit du temps », L'empire de l'éphémère, Paris, Gallimard, 1987.
[14]  Luc Boltanski, « Les usages sociaux de l’automobile : concurrence pour l’espace et accidents », Actes de la recherche en sciences sociales, n°2, mars 1975.
[15]  Du latin praestigium qui signifie illusion. L’automobile pouvant séduire, impressionner, influencer quelqu’un.
[16]  Un amour de Coccinelle, film de Robert Stevenson, Walt Disney (1968) avec Choupette.
[17]  Fantômas se déchaîne, film d’André Hunebelle (1965) avec Jean Marais, Louis de Funès et Marlène de Mongeot.
[18]  Le corniaud, film de Gérard Oury (1964) avec Bourvil et Louis de Funès.
[19]  Edgar Morin, Les stars, Paris, Seuil, coll. Points, 1972.
[20] Bruno Péquignot, Pour une sociologie esthétique, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques Sociales, 1993.
[21]  Edgar Morin, Les stars, op. cit.
[22] Eugène Slomp, « Des œuvres d'art sur quatre roues », Economie & Finances », 14-15 février 1981.
[23]  Edgar Morin, « Anthropologie et histoire de vie », Cahiers internationaux de sociologie, n° spécial, vol. LXIX.
[24]  Bruno Latour, op. cit.
[25]  A l'exemple d’un collectionneur de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).
[26]  Michel Verret, La culture ouvrière, Paris, A. Colin, 1988.
[27] Sigmund Freud, Cinq psychanalyses, Paris, Presses Universitaires de France, 1954.
[28]  Roland Barthes, Mythologies, op. cit.
[29]  Bruno Péquignot, op. cit.[
30]
  Ibid.
 

 

Et Dieu...

SOCIOLOGIE D'UNE TRANSCENDANCE

___________________

mardi 15, mercredi 16

 jeudi 17 septembre 2015

(cliquer) APPEL à COMMUNIQUER

 

Eté du Lestamp 15-17 sept 2015. Nantes. Et Dieu...

(cliquer) APPEL à COMMUNIQUER

 

CENSURÉ PAR les petits contrôleurs d'un scientisme ringard, CALENDA Juillet 2015

                                 

                        CALENDA OU LA CRAINTE DE DIEU

 

                              CLIQUER SUR L'IMAGE

 

Calenda fait la police des pensées Juillet 2015 Le censeur

Le censeur Marie Thorndahl, acrylique sur toile

  

Colloque, La normalité, Pour des interventions de vingt à vingt cinq minutes, débat non compris, les propositions en moins de mille signes seront à adresser avant le 8 juin, à joelle.deniot@wanadoo.fr et jacky.reault@wanadoo.fr

  pour réponse avant le 10 juin 2013.

Consultez l'appel à communiquer  

 

 

 Passion automobile

 

 

 


 


LIENS D'INFORMATION

 
 

Contact  I   Équipe d'enseignants   I   Master culture 1   I   Master culture 2   I   Conférences culture    I  Infos étudiants master  I  Accueil  I  Libres opinions   Sociologie cultures   I   Publications lestamp  I  Sociétés de mondialisation  I   Publiez vos textes  accueil  I  abc de la chanson francaise  I  abc parole de chanson  I  anthropologie de la voix  I  auteur chanson francaise  I  chanson populaire  I  contact master cultureecouter chanson  I edith piaf et chanson infos master culture   I   parole chanson   I   parole de chanson francaise   I   parole et chanson  I  partition de chanson  I  starac chanson  I  lca consultants
management public   I  sociologie cultures  I  association lestampchanson réaliste  I  lca formation  I   formation formateur   I  formation communication  gestion ressources humaines  I  devenir consultant  I  texte de chanson  I  lca performances ltd  I formations gestion ressources humaines  I  prise de parole
knowledge management  I  Formation de formateur  I  Formation communication  I  Formation management  I  Formation consultants I  Gestion du temps
Bilan des compétences  I  Art  I  Formation ressources humaines   I   Formation gestion stress   I   Formation coaching    I  Conduite de réunion   I   Gestion des conflits  I  Ingénierie de formation  I  Gestion de projets   I  Maîtrise des changements   I  Outplacement   I   Formation Ressources Humaines   I   Prise de parole en public   I   Certification formateurs   I   Orientation professionnelle   I   Devenir consultant   I   Sociologie de culture    I   Laboratoire  lestamp
Master culture   I   Formation management   I  Info culture  I  Lca consultants     I   
Formation de formateur    I    Formation gestion conflit     I    Formation communication   I   Formation coaching   I    Ressources humaines Formation management   I   Conduite de réunion  I   Formation consultants   I  Gestion stress   I   Gestion du temps   I  Devenir formateur   I  Certification formateurs Consultant indépendant  I  Ingénierie de formation  I  Outplacement  I  Bilan de personnalité   I   Bilan de compétence   I   Évaluation manager 360°   I   Coaching de progression  I   Stratégies internet E-commerce   I  Management internet marketing   I   Création site internet   I   Référencement internet  I  Rédiger une offre internet Gestion de projets e-business   I   Droit des nouvelles technologies    I    Intelligence stratégique    I    Négocier en position de force   I   Conduite des changements  Management de la qualité   I    Orientation professionnelle   I   Gestion ressources humaines   I   Ingénierie de formation   I  Gestion des conflits   I  Management et performances    I    Communiquer pour convaincre    I    Développement personnel    I    Intelligence émotionnelle   I   Prise de parole en public    I    Gestion stress   I   Conduite de réunion
Formation coaching   I   Gestion du temps   I  
Conduite des entretiens   I   Réussir sa gestion carrière    I    Communiquer pour convaincre    I   Prospection commerciale   I  Formation coaching commercial   I   Formation vente  I  Management commercial  I  Négociation commerciale  I Responsable formation
Knowledge management   I   Formation leadership  I  Recrutement consultants  I  Gestion de projet internet   I   Toutes les formations LCA  
  Formation consultant  I  Direction ressources humaines  I  Formation devenir consultant  I Directeur ressources humaines  I  Formation consultant formateur   I   Vente en ligne  I  Formation marketing internet  I  Internet management  I  Stratégies internet  I  Manager commercial  I  Information et communication  I  Force de vente   I   Stratégie.communication   I   Communication entreprise   I  Stratégie de communication   I  Communication interne   I    Vendre sur internet
Formation commerciale     Conduite du changement   I   Ressources humaines   I   Gestion des connaissances   I  Formation gestion connaissance  I  Chef de projet internet  I  Management des connaissances  I  Performance management  I  Formation manager  I  Manager  I  Métier consultant   I   Consultant expert   I   Devenir formateur   I   Formateur   I   Projet web   I    Communication internet   I   Gestion de projet   I   Management de projet   I   Conduite de projet  I  Chef de projet  I  Accueil chanson réaliste  I  Contact  I Infos chanson réaliste  I  Colloque mondialisation  I Art populaire  I Newsletter sociologies
Lestamp sciences sociales  I chanson realiste star academychanson realiste silence de la voix  I chanson realiste toile noire  I  Auteur chanson francaise   chanson realiste damia frehel piaf   I   Chanson realistee
voix secrète   I   Chanson realiste orient voix   I  Chanson realiste proche et lointaine   I  Chanson realistes et peuples de l'art  I  Chanson realiste et voix de femmes  I  Chansons  I  Formation formateur  I   Formation communication  I    Gestion ressources humaines   I   Devenir consultant   I   Prise de parole en public  I  Lca consultants  I  Management public  I  Lca formation  I  Contact master culture  I  Infos

 


© Site web réalisé par lestamp association, tous droits réservés