Joëlle Deniot, une nouvelle anthropologie de l'art passant par une sémiologie

 Ouvriers de Saint-Nazaire
 La Star Ac 2005
 
L'envers du décor
 
De la bricole à l'œuvre
 La passion de l'automobile
 Militer pour exister
 Parlers ouvriers 

 Nicolas et Ségolène 2007
 Le marché des services

 La Libre Belgique cr de Piaf
 Militer au féminin
 Europe et main d'
œuvre 
 Le parcours des étudiants   

 Images pour une voix E Piaf

 

Essais de Joëlle Deniot Jacky Réault

 Inter-dit sociologique

 Alter/Anti-mondialisme   
 Enjeu d'un dépassement
 Rapport à l'écriture
 Apocalypse à Manhattan
2001

 Du commun Du populaire

 Ethos de la juste mesure

 

 Les peuples de l'Art
 Libre prétexte
 De
Bretagne... d'ailleurs
 D'encre et de lumière
 En bordure de voix
 Compétences relationnel ll es
 French popular music
 Territoire&profession

 Espaces,Temps-Territoires

 
Tribune libre suivi d'un essai de Jacky Réault, Retour des peuples Voir aussi Sociologie politique (nouvelles)

Retour des peuples  ?
-Les milieux populaires

du Non français

 à l'Europe oligarchique 

 Etude sur l'évènement 2005 :

 

-Peuple politique

 peuple social

 peuple sociétal

Essai de sociologie politique.2009

__________________New-York 2011 

     Eros turannos

L'autre  pays du mensonge déconcertant

DSK  l'hyperbourgeois

ou le hoquet de la  toute puissance

dans la crise systémique de la mondialisation

_____________________________

A mes trois mères

-A propos de l'abandon

programmé de la langue française

dans la recherche.

Un manifeste de fureur amoureuse

 D'abord diffusé sur la @ liste

 de l'Université de Nantes

le 21 février 2008-

_______

Joëlle Deniot 1997 La chanson réaliste. Colloque Lestamp Université de Nantes Photo jr.

Joëlle Deniot

 La Chanson réaliste  Colloque Lestamp Université de Nantes 1997

Edith Piaf, la voix, le geste, l'icône Esquisse anthropologique

Joëlle-Andrée Deniot,

illustrée par  Mireille Petit-Choubrac

Lelivredart Edition Paris 2012

Une neuve

socio-sémiologie

de l'art 

 


Encre et Gouache Mireille Petit-Choubrac Copyright Lestamp Edition-  Pour l'Edith Piaf de J. Deniot. 2012

_____________

L'Eté du Lestamp 2012  s'est déroulé les 28 29 et 30 juin 2012

  sur le thème 

Des  Hommes Des Femmes  Inerties et métamorphoses anthropologiques


 

T 06 88 54 77 34,
0977093713

 email: jacky.reault@wanadoo.fr

Lestamp Association, Laboratire d'Etudes et de Recherches Sociologiques sur les Transformations et Acculturations des Milieux Populaires depuis 1995


 


 










































































































































































































 

 

Sociologie de la culture sociologie des cultures populaires

______voeux.du.lestamp.2017.la.beaute.survit.a.la.sociologie.__

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du commun,

Des cultures populaires

Du sujet

About

 the Common and the commoners

 Popular cultures as cultures or a people

Human subject between social sciences and philosophy.

 

Trois essais de Joëlle Deniot et Jacky Réault

 

-Du commun ou critique d'une sociologie politique 2007

-Des Cultures populaires, métamorphoses précarisation pérennisation,2010  Cliquer ici pour compléter avec l'essai de jr Peuple politique peuple social peuple sociétal.

-L'odyssée du sujet dans les sciences sociales confrontations évitements, ruses sociologiques 2010

Lisez aussi de Jacky Réault in extenso, l'application à une vaste étude exhaustive du territoire française de sa problématique du Populaire. Nicolas et Ségolène ou le mystère de la Dame de Vix, Cliquez pour Une analyse en profondeur spatiale historique et statistique des socles sociétaux et anthropologiques, des degrés et formes de prolétarisation qui rendent compte des votes présidentiels et notamment populaires et ouvriers.
Dernière modification  19 janvier  2011

LestAmpAssociation Laboratoire d'Etudes Sociologiques des Transformations et Acculturations des Milieux Populaires. //www.lestamp.com/ ; Newsletter  www.sociologie-cultures.com
 

Joëlle DENIOT&Jacky REAULT, Du commun suivi Des cultures populaires   Jacky REAULT&Joëlle DENIOT, Du commun suivi de Des cultures populaires
 

Du commun ....
ou critique d’une sociologie politique

« Il y a forcément entre les individus, même des classes les plus opposées ou castes les plus distantes, un fond indivisible d’impressions, d’images, de souvenirs, d’émotions. L’âme individuelle soupçonne à peine tout ce qui entre en elle de vie sociale, par les oreilles et par les yeux, par les habitudes collectives, par la communauté du langage, du travail et des fêtes, par les tours de pensée et ces passions communs à tous les individus d’un même groupe que les influences multiples de la nature et de l’histoire, du climat, de la religion, de la guerre, de l’art ont largement façonné ». (la patrie) « la multiplication de l’âme individuelle par l’âme de tous »

Jean Jaurès, cité part J P Rioux Jean Jaurès, Perrin 2009. Via Philippe de Saint Robert, Valeurs actuelles 8 au 14 octobre  2009-

 

____________________

Sur les géométries variables mais néanmoins réelles du peuple et du  populaire Lire nos essais évolutifs

J Réault: cliquer sur Retours des peuples ?

   
Jacky Réault (Rome aôut 2009) L'Hermès des Medicis entre terre et cosmos  

Le commun homérique de la parole ailée

Hermès des Medicis, Photo de
Jr Rome 2009


Préalable réflexif sur le sens du commun,  dans le fil du  Manifeste Pour un lieu commun des sciences sociales - Revue en ligne

 Lestamp Association

Ce texte a constitué un appel à contribution vers revue en ligne Lestamp-association
[1]_________________________

Sur fond de dogme établi de la « coupure épistémologique », toute une sociologie bien-pensante s’est mise en devoir de débusquer le commun, toutes les formes du commun : langage, représentations, expériences, formes d’existence d’être et de vie. Cette rupture des clercs par rapport à la connaissance ordinaire (Michel Maffesoli), la transforme en tradition nostalgique ou tissu de préjugés. Cette rupture des clercs par rapport au peuple en fait un objet d’étude à désigner et à normaliser.

Cette logique débouche sur une intériorisation de toutes les coupures, incluant la censure de sa propre intuition et de ses propres savoirs. La sociologie se donne alors comme métalangage de la prénotion. Dans cette perspective constructiviste fortement métaphysique, malgré ses déclarations, l’enquête de terrain n’est plus perçue comme simple source d’information, devient une sorte de mythe - alibi de la réalité toujours gommée. L’obsession de légitimité militante par le terrain est alors l’effet pervers de la négation du réel par le construit.

Depuis plusieurs décennies d’autres réflexions y compris sociologiques se sont interrogées sur les arrière-plans, les impensés et les conséquences d’une telle séparation de l’ordinaire, du commun, assimilés au vulgaire et à l’insignifiance, c’est dans le fil de cette raison ouverte que nous situons notre appel à communication autour de quatre axes indicatifs. 
 

Tensions entre le commun et la totalité

Le premier sens de commun passé en français est celui de « relatif au plus grand nombre ». Aussi le commun nous parle t-il du populaire mais de façon usuellement péjorative. La perception du commun ne s’abolit- elle pas d’entrée dans l’opposition Plebs/Populus de la tradition juridico-politique ? La plebs dans ce schéma devient, dans les temps modernes, redoutable métonymie du peuple. On la retrouve en acte dans les dérives totalitaires de révolutions, on la voit régner dans une sociologie du mépris avec ses classes supérieures qui appellent des inférieures(Lower classes), avec sa phraséologie du haut et du bas, son romantisme frelaté des classes paria. L’actuelle opposition peuple/élite, durcit encore ce partage alors que la notion d’élite est transversale, alors que le peuple a ses élites, ce qu’une telle vision lui dénie. Le peuple ne serait-il pas désormais à penser dans une articulation entre le tout et de nouvelles oligarchies, elle-même définies comme groupes ou appareils séparés de pouvoir ? Mais une difficulté nouvelle pourrait résider dans l’éventuel délitement du tout référentiel : territoire, langue, civilisation, religion, société …Et ne faudrait-il pas aussi réinterroger le rapport classes/nations à l’instar d’Emmanuel Todd (Aux origines du malaise politique français, Cahiers de la Fondation Saint-Simon octobre 1994.) ? Le commun ou le troisième terme du populaire, à l’interférence du peuple social et du peuple national sur fond de culture et de mémoire ?
 

Les raisons du commun

Com-munis : le mot légué par Rome lie le partage des «charges», de la matérialité de l’existence sociale et le partage d’un devoir. Il lie raison du réel et raison morale.

On peut considérer la notion de Common Decency (George Orwell) comme l’intuition partagée de formes civilisatrices élémentaires d’une inter-humanité sans cesse menacée de régression et sans cesse à reconquérir. Cette strate du commun, un populaire transversal, ne se résout pas dans la fragmentation sociale des classes, elle est la base d’une normalité anthropologique dont seules les classes mondialisées revendiquent la séparation, « la libération ». De ce point de vue les média ne symbolisent plus une scène commune. Les classes populaires entendues comme nébuleuse aux frontières floues et dans un pluriel non classificatoire, à l’opposé de leur victimisation, et malgré l’écart à la norme de violence, d’emploi, constaté dans les familles apparaissent très engagées dans la défense de leur image (l’honneur, une requête populaire ?). Classes populaires gardiennes des fondamentaux moraux, scandalisées, agressées par le mépris lancé du haut. Non pas le peuple rousseauiste, mais un peuple contraint à des mobilisations morales pour survivre. Qu’en est-il d’une politique du peupleretrouvée sur le temps long par l’historien Roger Dupuy, virtuelle ou réelle selon les conjonctures ?

Loin d’être reléguable dans « un bas », le populaire en tant que commun renvoie aux grandes fonctions de reproduction de la société. Dans la culture, n’est-il pas le porteur d’une raison réaliste, celle qui selon Georges Devereux hiérarchise les pratiques sociales, leurs valorisations et leurs symbolisations? Ou le pari d’un populisme théorique, disant qu’il existe dans les classes populaires et dans d’autres une mobilisation conservatoire autour des fondamentaux ?

Mais la raison a ses envers… Ne peut-on pas aller jusqu’à établir un lien avec l’anthropologie de René Girard, de la violence fondatrice toujours latente et aussi devoir affronter l’irréductible ambivalence du commun, coagulé en communautaire de survie, éventuellement jusqu’à la désignation d’un des siens comme victime sacrificielle ?
 

 Les communs de l’expérience

Les auteurs qui se sont préoccupés de réhabiliter le commun, l’ont d’abord pensé comme monde sensible (Michel de Certeau, Pierre Sansot), ou bien comme cette trame de la vie ordinaire (Claude Javeau), ou encore comme cette trace de ritualités primordiales où s’ancrent et se transmettent des cultures de l’oralité, du langage, du silence, de l’émotion, du corps, de ses modes sexués d’apparaître et d’être. Sur ces communs de l’expérience, dont les modalités sont multiples, il convient entre autres, de s’interroger sur différents thèmes qui font débat :

•D’abord, dans le cadre des restructurations actuelles de la vie salariale et familiale, dans le cadre de cette métamorphose des temps sociaux qu’en est-il des temps communs, cadre des interactions vivantes ? Qu’en est-il des jours partageables et des fêtes communes ?

 •Qu’en est-il des repas, des pratiques alimentaires et notamment en milieu populaire ?

•Qu’en est-il des jeux communs ?

•Qu’en est-il des arts communs ? Sont-ils ces arts de rue récemment institués comme Royal de Luxe ?Ou est-ce encore la chanson, quand, à la mort de Pierre Bacheley au printemps 2005, tout le stade reprend  « Au Nord c’était les corons », on peut le penser ? Ou bien est-ce le festival de Lorient, pris ici comme simple exemple de tout ce mouvement de « revival » que l’on ne peut biffer d’un trait en le désignant comme folklore ? 

•Qu’en est-il des lieux communs :

- ceux de la langue dans un contexte médiatique, sociétal où est entretenue la plus grande confusion entre langue du clan et langue commune (cf. toute la démagogie réitérée autour de la langue « des banlieues » et l’apologie des 500 mots pour tout dire)

- ceux des espaces tels les centres commerciaux qui drainent des foules, et dans cette logique que deviennent les centres ville se dépeuplant au double sens du terme ?

•Qu’en est-il des communalités d’une autre nature (tchat, texto etc …) ?

• L ‘usage de la loi a-t-il cessé d’être un commun ?

•Qu’en est-il  de la religion populaire (Alphonse Dupront « Du sacré’ ) ?
 

Communalités historiques

Le commun, c’est aussi ce qui institue en différents moments historiques, tout ou partie des communalités, ce néologisme s'imposant de par l'épaisseur spécifique mais ici trop opaque de communautés) issues de la « société ». C’est l’encellulement d’abord, de l’espace français dans les plus de 40000 paroisses qui deviendront les communes de la révolution qui restent, et pas seulement dans l’étendue rurale, le cadre le plus vivant et le premier identifiant de la vie démocratique moderne. C’est la construction autour de ce thème d’une chaîne de formes qui, de la revendication antiféodale de la commune bourgeoise médiévale jusqu’à la Commune de Paris, développe de l’utopie réaliste entre démocratie de base et liberté à l’égard des féodaux ou des appareils d’Etat centraux ; c’est sa cristallisation fédérative, proudhonienne et anarchisante. Combien de français restent encore conscients qu'un de leurs vieux mots, passé par les normands désigne encore en anglais le peuple, dans sa dimension de multitude formant le volant anthropologique de la reproduction et de la normalité, the commoners, apport spécifique de l'anglais à la une difficile et si nécessaire  anthropologie générique du peuple, - articulation des commoners et non du trop connoté plebs, et du populus (J Réault 1995 in J Deniot, LHarmattan), alors que l'instance de  représentantation  du peuple du Royaume uni se nomme toujours Chambre des communes?

C’est la lente émergence et la cristallisation révolutionnaire du concept de nation, peuple constitué, comme monarchie parlementaire puis comme république. C’est le branchement de l’idée des communalités de classes, voire d’ensembles populaires (milieux à bases diverses), sur l’idée nationale et révolutionnaire et au-delà internationale. Mais après l’impression d’un affadissement républicain, voire pour certains, d’une obsolescence qui serait un fatal et positif effet de la mondialisation via l’européisation, sur l’organicité de la nation et sur la souveraineté du peuple, n’est-ce pas le retour d’un républicanisme de résistance anthropologique, maintien de la transcendance de la loi sur les privilèges ethniques ou régionaux, contre les re féodalisations (le réseau contre le commun ?) ? N’est-ce pas aussi le retour d’un républicanisme de résistance politique, la requête de la souveraineté comme mode d’affrontement actif à la mondialisation, la reviviscence d’une mémoire nationale après le temps immobilisé « des lieux de mémoire » ?

C’est le retour peut-être de communalités plus culturelles entre ethnicisation des revival et celui de plus redoutables identifications en de vastes ensembles religieux ou civilisationnels (l’occident, la chrétienté, l’Europe peut-être, au delà du marché). C’est l’interrogation inévitable sur le rapport de l’utopie et de la réalité du communisme avec d’autres communalités territorialisées ou familiales, seule interrogation capable de permette des hypothèses sur son épuisement historique éventuel. L’idée qui court d’un monde commun surgi de la mondialisation est-elle compatible avec le maintien des communalités concrètes qui constituent depuis toujours le tissu de la vie des hommes ?

 La partie introductive questionnant les sciences sociales dans leur rapport au commun en tous ces modes, thématique forte pour ce numéro de lancement de la revue, constitue de fait un cinquième axe de réflexion pour cet appel.

Le commun et le quotidien dans leurs redoublements J Deniot, J Réault.

Un fripier stambouliote, doublement dans son quotidien. Mars 2009 Photo Agence PMR, Pierre Manuel Réault

[1]joelle.deniot@wanadoo.fr  et/ou à jacky.reault@wanadoo.fr Titre de la revue Pour un lieu commun des sciences sociales Revue du Lestamp Association

Titre du premier numéro
Du commun … ou critique d’une sociologie politique

Objectifs de création de la revue
Dans le fil du colloque interdisciplinaire « Les sociétés de la mondialisation » des 4.5.6 Décembre 2004, Le Lestamp-Association lance, dans le fil de son site, www.sociologie-cultures.com ,  sa revue en ligne « Pour un lieu commun des sciences sociales ». Cette revue électronique en accès libre pour en assurer une meilleure diffusion, sera thématique. Chaque thématique fera l’objet d’une proposition d’axes et de fils conducteurs de la part du comité scientifique. Son premier numéro s’intitule « Du commun … ou critique d’une sociologie politique ». Le texte d’appel figure dans cet envoi. Ce sont tous les universitaires et intellectuels se reconnaissant dans une définition ouverte des sciences sociales et trouvant féconde, au-delà des disciplines académiques, la transversalité des échanges, qui sont conviés à cette revue et ses débats.

Fonctionnement, réalisation La revue aura trois numéros par an. Son premier numéro paraîtra à la fin Novembre 2010. Le comité de rédaction fonctionne comme comité scientifique ; il se compose pour l’heure des membres fondateurs du Lestamp-Association, Pierre Cam (sociologue de l’emploi et du droit social), Joëlle Deniot (sociologue, anthropologue du travail ouvrier, de la vie ouvrière, des cultures et notamment de l'esthétique populaires), Bruno Lefebvre (anthropologue de l’entreprise et des mobilités salariales), Jacky Réault (historien et sociologue des espaces-temps de la prolétarisation, des formes de vies et des cultures populaires en France), Anne-Sandrine Castelot (sociologue, ethnologue du syndicalisme des cadres), Son élargissement à des personnalités extérieures sera rendu public lors du lancement du N° 1. Alexandre Dorna pressenti a donné un accord de principe.

Contenu de la revue autour de trois rubriques

La  revue est organisée autour de trois rubrique -Une dizaine d’articles sélectionnés autour de chaque thème proposé--Deux ou trois articles hors thème donnant une souplesse de publication, - Une rubrique de compte-rendu critique sur des textes majeurs (anciens ou récents) des sciences sociales

Normes éditoriales Les articles ne devront pas dépasser 40000 signes, espaces compris. L’intégration de documents visuels (sous format JPEG)  est la bienvenue. Nous pouvons aussi envisager la réalisation d’insertions sonores, rarement utilisées mais décisives pour certains sujets. -(Les notes et les références bibliographiques doivent être établies selon le système « français », en bas de page et numérotées de façon  continue.

Soumission des textes

Les propositions d’articles doivent être envoyées par voie électronique, en format Word et RTF à joelle.deniot@wanadoo.fr  ou à jacky.reault@wanadoo.fr

Pour le premier numéro, nous proposons l’établissement d’un premier contact sur présentation brève (1500 signes maximum) de la thématique envisagée. Une réponse vous sera faite à ce premier envoi. Le texte définitif de l’article devra être proposé au comité de lecture.
 

[2] Depuis la rédaction de ce texte J Réault a publié Peuple politique peuple social peuple sociétal, dont le troisième terme est un autre mode d'approche du commun et constitution un développement relativement inédit quoique annoncé dans ce texte commun.

____________________

J. Deniot, A Mouchtouris, J Réault Eros et Liberté. Paris  Le Man2014

Des Cultures populaires

Métamorphoses précarisation pérennisation

Vous avez dit cultures populaires ?

 Ce syntagme pose toujours problème puisqu’il combine deux notions polysémiques à enjeux sociaux forts. Par cultures populaires au pluriel ( !) nous visons toute une combinaison de pratiques où se donnent à voir, à entendre, à comprendre des types de symbolisations, de stylisations du rapport à soi, à l’unité domestique, aux groupes d’affiliations informelles ou institutionnelles et ce dans des écosystèmes sociaux toujours localisés, toujours historiques [ Jacky Réault, 1989,1996, 2007]. Le terme de cultures populaires ne renvoie pas au concept d’ambition idéologique et homogénéisante de classe, mais au concept plus descriptif de milieux à paysage composite sur frontières floues. Refoulé par les discours sociologiques fuyant l’hétérogénéité (problématique des champs focalisée autour de Pierre Bourdieu en tête et problématique marxiste et néo-marxiste incluses), effacé des discours politiques délégués au novlang des experts, parlé via le seul angle de la dérision sur les scènes médiatiques, le schème du populaire se heurte d’abord à toute une série d’obstacles a priori de la représentation qui en dissuade l’approche théorique exigeante. Ces obstacles sont pourtant un peu vains puisque ou bien réinventées sous le mode du revival (langues, décors, apprentissages) ou bien souterraines (Michel de Certeau ne voyait-il pas le populaire comme cette strate la plus silencieuse de la culture attachée à nos gestes les plus quotidiens ?) ou bien résistantes ou bien simplement, radicalement diffuses, les cultures populaires ne cessent de se manifester. Elles se manifestent dans leur altérité (ne sont-elles pas cet étrange étranger de l’intérieur ? Michel de Certeau, encore) et a contrario dans leur capacité à créer des imaginations communes- cette instance décisive du passage à l’état de société selon Castoriadis. Car le populaire ne se réduit pas à sa plèbe (dans le schéma vertical des stratifications) mais renvoie également à ce qui réunit un populus dans une histoire (selon le schéma horizontal des singularités). Aussi ces cultures populaires dans leur actualité instable sont-elles l’un des topoi décisifs de ce moment critique des sociétés en ce monde contemporain dont nous cherchons les problématisations transversales.  

 

Des identifications déstabilisées

 Le temps n’est plus où l’écrin-écran d’une culture ouvrière [Joëlle Deniot, 1996] d’abord mise en cohérence et en récit par des appareils militants encore largement représentatifs, pouvait servir de fiction positivement identifiante pour des acteurs dont la subjectivité ne s’est d’ailleurs jamais réduite à cette seule dimension de métier et de rapport social. Le tropisme exercé par la culture ouvrière sur des cultures apparentées par lignage, mariage, proximité vicinale ou statutaire (paysanne, artisane, salariés intermédiaires) est par là même menacé de désuétude. Les cultures populaires ayant perdu cet emblème historique leur permettant de faire face au désaveu, à la minoration quels sont les ancrages conservatoires, les lieux et les modes renouvelés de leurs expressions, de leurs pratiques, de leurs mobilisations ?

 

-          N’est-ce pas dans ces mondes ruraux, si déniés du modernisme, que les ethnographes de la consommation (Nicole Tabard), les sémiologues de l’espace continuent de trouver le tissu le plus serré de représentations, d’émotions, d’actions, noyau d’un populaire encore rayonnant face aux cultures sans sol des mégapoles ?

-          N’est-ce pas là aussi ou dans ces ambivalents univers rurbains qu’un ultime et vivace sanctuaire se manifeste sous nos yeux, de ce que Roger Dupuy (Fayard 2002) nomme la politique du peuple, à travers les révoltes usinières ?

-          N’est-ce pas aussi ce commun du populaire que l’on retrouve sous le marqueur si trivial de la quantité marchande des cultural studies (Stuart Hall, Eric Maigret) ?

 

 

Vers un monde d’hommes dépeuplés ?

 Cette part de déréalisation du populaire est au centre du questionnement de l’habiter pris en ses sens allant du plus spatialisé au plus intime. Ce qu’un « bon sens commun » désigne comme fuite du sens, n’est-il pas la perte de ces fondamentaux anthropologiques, des sexes, des âges, des ascendances, auxquels s’accrochent – ce n’est peut-être pas seulement un préjugé- les milieux populaires qui persistent à s’identifier eux-mêmes ?  Car il s’agit de penser un monde non pas polarisé entre culture populaire et culture savante, mais un monde où se joue une mise en crise réciproque des cultures populaires et des cultures lettrées, également menacées par le nivellement médiatique et central du monde et cherchant séparément ou conjointement des modes de résistance. 

Joëlle Deniot,  Jacky Réault, 27 janvier 2010, Projet de présentation d'un axe de recherche pour l'ea Habiter-Pips de l'Université de Picardie Jules Verne 

 

Cliquer ici pour compléter avec l'essai de jr Peuple politique peuple social peuple sociétal.

  Marché aux tissus à Istanbul hiver 2008-2009 Photos PM Réault.
 

 Pierre-Manuel Réault Féminité populaire au plus près de son lieu commun le tissu. Istanbul 2009

 

Pierre-Manuel Réault Femmes du peuple au marché au tissu iSTANBUL 2007

 

Le tissu ou le commun (pour le moins) des femmes et non des seules femmes                   " du commun"
 
_________________________

L'Odyssée du sujet dans les sciences sociales: confrontations, évitements ruses sociologiques*

Jacky Réault Joëlle Deniot

*Ce texte a fait appel à communiquer du colloque l'Eté du Lestamp juillet 2010. Un livre est en cours d'édition.

Joëlle Deniot Jacky Réault, L'odyssée du sujet dans les sciences sociales Lestamp  Nantes 2010 Au regard de la troublante stratification des sens dont le subjectus (jeté dessous d’où soumis) reste le support, on peut dire d’entrée que l’odyssée, -ce retour sans cesse contrarié d’un héros dans des terrae incognitae - du sujet dans le discours commun comme dans la pensée philosophique et sociologique, constitue le nœud problématique de toute anthropologie entre subjectité, subjectivité et sujétion. Le primat dans la philosophie française - depuis les Lumières - de l’épistémologie du concept et de la rationalité sur une phénoménologie de l’expérience, du sens in fine du sujet, réduit par ses adversaires au seul critère de conscience, tel est le contexte idéel dont il faut partir. Il se présente aujourd’hui comme l’impasse d’une crise radicale celle de la séparation achevée de l’objet et de la subjectivation, déni de toute subjectivité individuelle et collective.
La nécessité morale et juridique du sujet kantien, quoique restreint à la raison, constitue un premier retour à la pratique sociale.  Le dépassement du dualisme du sujet et de l’objet se confirme dans le romantisme hégélien de l’esprit des grands hommes et de l’histoire, voire dans le Marx de la totalité reconquise via la pratique du prolétariat. Plus près de nous Lukacs élargit dans sa théorie du roman, l’expérimentation idéelle du sujet séparé, et celle des sujets de l’histoire accédant à la totalité tandis que le sujet Freudien semble mis en pièce dans l’inconscient.
La sociologie telle qu’elle se présente aujourd’hui, a porté au plus haut degré l’aporie supposée française, de la séparation de l’objet et du sujet à réduire dans l’objectivation, ce fétiche technoïde de la sociologie  « professionnalisée ». A y regarder de plus près, on est frappé par une sorte de hantise du sujet dans le discours des sociologues. D’abord dans sa version dépourvue de réflexivité l’individu - successeur du simple « agent » du moment structuraliste- véritable tic de langage des cours de sociologie. Mais il s’agit là – ruses, évitements sociologiques ?- d’un « je » délesté de sa singularité et de ses virtualités perspectivistes même s’il reste ou support dérisoire de stratégies ou support référentiel de l’individualisme méthodologique. La biographie quant à elle, reste encore, pour le sociologue disciplinaire, proche d’un modèle d’inconduite. Le perpétuel retour de l’acteur semblerait réintroduire une créativité, s’il n’était porté par des théories progressives et évolutionnistes du one best way de la modernité libérale. Quant aux bonnes vieilles consciences « collectives » ou « de classes », la mode en semble passée quoique la première soit fondatrice (Durkheim) et inséparable de l’irréductible mais ambivalent concept de culture, et la seconde sujette à des « retours » plus universitaires que réels quoique sous-jacent, l’évolutionnisme de bonne conscience est toujours vivace.

Pourtant la nécessité de refonder un statut philosophique, et pourquoi pas sociologique, du sujet a resurgi chez les plus profonds : c’est Canguilhem dans l’aventure de l’interférence des sciences du vivant et de l’anthropologie ; c’est Lacan du sein de la pensée freudienne. Pourquoi alors ne pas tenter également des ponts avec les plus audacieux d’autres rives, celle d’ Heidegger avec la parole, celle de Levinas avec le visage, celle de Zumthor avec les problématiques de la voix ?

A l’instar de l’historicité de l’individuation déjà posée entre Marx et Louis Dumont, s’est développée la problématique d’une historicité du sujet et de la subjectivation, qu’on l’inscrive dans une évolution univoque du sujet kantien revu par Freud, névrosé et critique, sujet de l’âge politique et du citoyen, au sujet postmoderne des post-démocraties acritique et psychotique ou qu’on la situe dans une polydromie ancrée dans les grandes civilisations.

Cet appel à destination des sciences sociales et humaines, invite en s’appuyant sur des enquêtes ou des auteurs, à communiquer sur un large éventail de thèmes : le sujet philosophique, grammatical, le(s) sujet(s) de l’énonciation, du langage, le sujet du droit, de l’œuvre artistique, le(s) sujet(s) collectif(s), habiter le sujet et le sujet de l’habiter, le rapport sujet/objet, le support biographique, le refoulement du sujet à l’époque de la mondialisation, les formes contemporaines de la réification contestée …

Joëlle Deniot, Jacky Réault

 

Publication de l'Odyssée du sujet JUIN 2015

 

L'odyssée du sujet dans les sciences sociales Nantes Lestamp 2015

 

 

 

Ces trois Essais axiomatiques concernent des projets de long cours utopies ou des réalisations (colloques) du Lestamp
Initialement Appel à communiquer du N°1 de la
revue en ligne  du Lestamp « pour un lieu commun des sciences sociales »  un essai de J Deniot et J Réault : Du commun critique d’une sociologie politique. Sur fond du dogme de la « coupure épistémologique », toute une sociologie s’est mise en devoir de débusquer le commun, toutes les formes du commun : langage, représentations, expériences, formes d'être, d’existence et de vie.Le projet a été suspendu par l'adhésion au CEFRESS d'Amiens et la co-organisation de l'EA Habiter-PIPS, pour qui a été produit le texte Des cultures populaires (JD, JR), le projet devenu Arts Cultures et sociétés, et sa problématisation restent propriété intellectuelle de jd et jr Lestamp et de leurs associés dans ce projet. Copyright, Tous droits réservés.

.

 

 

Evenements

Colloque (Appel à communiquer)

 

Nantes

Le 8° Eté du Lestamp JUIN 2013

 

La normalité

Une réinterrogation

-Vous avez dit normal ?

-Comme c'est normal !

 

se déroulera les 27, 28, 29 juin 2013

Un slogan au journal de TF1 fait de normal le mot élu de l’année 2012 sur les scènes mêmes qui l’en avaient banni. Si la vie normale est l’aspiration de ceux qu’elle fuit, l’idée d’une normalité des actes, idéaux, désirs est étrangère au discours admis, une faute de goût. Que signifie ce décalage, par quelles idéologies l’anormalité se fait norme, la conformité, normalité ?

Que disent encore, la sociologie hantée par les valeurs et l’évaluation, du tranchant statistique pour dire l’anormal et le normal, sinon la crise, l’ethnologie si la normalité de l’autre mue en relativisme mondain, les dites sciences du relativisme absolu du « construit social » courant à la normalisation d’Etat en tout « genre » ? A l’abrupt de la normalité s’éprouvent, l’aporie du no limit en lien aux oligarchies séparées du commun, la tyrannie d’un empire du bien fin de l’histoire en la mondialisation.

La normalité, la normativité, la norme, l'anormalité,  l'anomie, la crise, la pathologie... des clés généralistes pour les social scientists, philosophes, juristes que cet appel mène à Nantes 27, 28 29 juin 2013 ?

Pour des interventions de vingt à vingt cinq minutes, débat non compris, les propositions en moins de mille signes seront à adresser avant le 7 juin, à joelle.deniot@wanadoo.fr

et jacky.reault@wanadoo.fr

  pour réponse avant le 3 juin 2013.

Consultez l'appel à communiquer  

 

Nantes

Semaine du 4 au 10 mars 2013

 

a la Galerie Atelier-Expo

14 rue Joseph Caillé

http://atelierexponantes.blogspot.fr/2013/01/mireille-petit-choubrac-exposition.html  ,

s'est déroulée l'exposition des dessins, encres, gouaches, fusains, de Mireille Petit-Choubrac qui a illustré le livre Edith Piaf, la voix le geste l'icône.. Paris, Le livredart (cliquer).

 

Le vendredi 8 mars 2013

lors du vernissage (18 h 30), Laurent Danchin, critique d'art, a animé  à partir de 19 h 15 15 une table ronde qui permit à l'artiste, à  l'auteur, Joëlle Deniot, et à son préfacier, Jacky Réault, d'expliciter le sens et les enjeux artistiques, sociologiques et anthropologiques d'un tel ouvrage.

 

Que signifie l'insertion pérennisée dans une culture populaire et commune française  comme universelle, de la voix iconisée et des chanson d'Edith Piaf ?  : Quel est le statut intellectuel d'un tel ouvrage très singulier entre sciences sociales revisitées et culture commune ?

Un débat fut ouvert avec la salle à l'issue duquel la chanteuse Violaine Guénec et l'accordéoniste Bertrand Bugel ont interprété des chansons d'Edith Piaf.

J Deniot J Réault, av. L Delmaire, Espaces temps et territoires, Nantes Lestamp 2010

Eté du Lestamp Et Dieu... 15 au 17 sept 2015


LIENS D'INFORMATION

 

Lien


Code HTML
 

 

 

Contact  I   Équipe d'enseignants   I   Master culture 1   I   Master culture 2   I   Conférences culture    I  Infos étudiants master  I  Accueil  I  Libres opinions   Sociologie cultures   I   Publications lestamp  I  Sociétés de mondialisation  I   Publiez vos textes  accueil  I  abc de la chanson francaise  I  abc parole de chanson  I  anthropologie de la voix  I  auteur chanson francaise  I  chanson populaire  I  contact master culture ecouter chanson  I edith piaf et chanson infos master culture   I   parole chanson   I   parole de chanson francaise   I   parole et chanson  I  partition de chanson  I  starac chanson  I  lca consultants
management public   I  sociologie cultures  I  association lestamp chanson réaliste  I  lca formation  I   formation formateur   I  formation communication  gestion ressources humaines  I  devenir consultant  I  texte de chanson  I  lca performances ltd  I formations gestion ressources humaines  I  prise de parole
knowledge management  I  Formation de formateur  I  Formation communication  I  Formation management  I  Formation consultants I  Gestion du temps
Bilan des compétences  I  Art  I  Formation ressources humaines   I   Formation gestion stress   I   Formation coaching    I  Conduite de réunion   I   Gestion des conflits  I  Ingénierie de formation  I  Gestion de projets   I  Maîtrise des changements   I  Outplacement   I   Formation Ressources Humaines   I   Prise de parole en public   I   Certification formateurs   I   Orientation professionnelle   I   Devenir consultant   I   Sociologie de culture    I   Laboratoire  lestamp
Master culture   I   Formation management   I  Info culture  I  Lca consultants     I   
Formation de formateur    I    Formation gestion conflit     I    Formation communication   I   Formation coaching   I    Ressources humaines Formation management   I   Conduite de réunion  I   Formation consultants   I  Gestion stress   I   Gestion du temps   I  Devenir formateur   I  Certification formateurs Consultant indépendant  I  Ingénierie de formation  I  Outplacement  I  Bilan de personnalité   I   Bilan de compétence   I   Évaluation manager 360°   I   Coaching de progression  I   Stratégies internet E-commerce   I  Management internet marketing   I   Création site internet   I   Référencement internet  I  Rédiger une offre internet Gestion de projets e-business   I   Droit des nouvelles technologies    I    Intelligence stratégique    I    Négocier en position de force   I   Conduite des changements  Management de la qualité   I    Orientation professionnelle   I   Gestion ressources humaines   I   Ingénierie de formation   I  Gestion des conflits   I  Management et performances    I    Communiquer pour convaincre    I    Développement personnel    I    Intelligence émotionnelle   I   Prise de parole en public    I    Gestion stress   I   Conduite de réunion
Formation coaching   I   Gestion du temps   I  
Conduite des entretiens   I   Réussir sa gestion carrière    I    Communiquer pour convaincre    I   Prospection commerciale   I  Formation coaching commercial   I   Formation vente  I  Management commercial  I  Négociation commerciale  I Responsable formation
Knowledge management   I   Formation leadership  I  Recrutement consultants  I  Gestion de projet internet   I   Toutes les formations LCA  
  Formation consultant  I  Direction ressources humaines  I  Formation devenir consultant  I Directeur ressources humaines  I  Formation consultant formateur   I   Vente en ligne  I  Formation marketing internet  I  Internet management  I  Stratégies internet  I  Manager commercial  I  Information et communication  I  Force de vente   I   Stratégie.communication   I   Communication entreprise   I  Stratégie de communication   I  Communication interne   I    Vendre sur internet
Formation commerciale     Conduite du changement   I   Ressources humaines   I   Gestion des connaissances   I  Formation gestion connaissance  I  Chef de projet internet  I  Management des connaissances  I  Performance management  I  Formation manager  I  Manager  I  Métier consultant   I   Consultant expert   I   Devenir formateur   I   Formateur   I   Projet web   I    Communication internet   I   Gestion de projet   I   Management de projet   I   Conduite de projet  I  Chef de projet  I  Accueil chanson réaliste  I  Contact  I Infos chanson réaliste  I  Colloque mondialisation  I Art populaire  I Newsletter sociologies
Lestamp sciences sociales  I chanson realiste star academy chanson realiste silence de la voix  I chanson realiste toile noire  I  Auteur chanson francaise   chanson realiste damia frehel piaf   I   Chanson realistee
voix secrète   I   Chanson realiste orient voix   I  Chanson realiste proche et lointaine   I  Chanson realistes et peuples de l'art  I  Chanson realiste et voix de femmes  I  Chansons  I  Formation formateur  I   Formation communication  I    Gestion ressources humaines   I   Devenir consultant   I   Prise de parole en public  I  Lca consultants  I  Management public  I  Lca formation  I  Contact master culture  I  Infos

 


© Site web réalisé par lestamp association, tous droits réservés