Ouvriers de Saint-Nazaire
 Ouvriers nazairiens-annexe
 La Star Ac 2005
 
L'envers du décor
 
De la bricole à l'œuvre
 La passion de l'automobile
 Militer pour exister
 Parlers ouvriers
 Nicolas et Ségolène 2007
 Le marché des services
 La libre Belgique Piaf - JD
 Militer au féminin
 Europe et main d'
œuvre 
 
Le parcours des étudiants

 Images pour une voix
 De classe au peuple
 

 Inter-dit sociologique
 Apocalypse à Manhattan
 En bordure de voix
 Sociologies ouvrières
 Ethos de la juste mesure
 Du commun du populaire
 Enjeu d'un dépassement
 Rapport à l'écriture
 Alter/anti-mondialisme
 
Peuple politique sociétal
 
Lieu commun s. sociales 
 
 Les peuples de l'Art
 Libre prétexte
 De Bretagne et d'ailleurs
 D'encre et de lumière
 En bordure de voix
 Compétences relationnelles
 Le sentiment esthétique
 French popular music
 Territoire et profession
 Espace, Temps, Territoires

 
  Rupture écologique sur le front des  manipulations sur l'humain    
     
  Retour des peuples  ?    
     
  Les milieux populaires    
  Du Non français à l'Eurpe oligarchique      
     
  Etude sur l'évènement 2005  
  Peuple politique  
  Peuple social  
  Peuple sociétal  
     
  Essai de sociologie politique.2009  
     
  New-York 2011   
  Eros turannos  
  Pays du mensonge ?  
  DSK  l'hyperbourgeois  
     
  A mes trois mères  
  A propos de l'abandon programmé du français dans la recherche  
     
  Un manifeste de fureur amoureuse  
     
  Joëlle Deniot 1997 La chanson réaliste. Colloque Lestamp Université de Nantes Photo jr.  
     
  Joëlle Deniot Sociologie de la chanson  La Chanson réaliste  Colloque Lestamp Université de Nantes 1997  
     
  Edith Piaf, la voix, le geste, l'icône Esquisse anthropologique Joëlle Deniot, illustrée par  Mireille Petit-Choubrac. Le livredart Edition Paris 2012 Une neuve socio-sémiologie de l'art.   
     
  Joëlle Deniot Sociologie de la chanson Edith Piaf La voix le geste l'icone. Lelivredart 2012  
     
  Encre et Gouache Mireille Petit-Choubrac Copyright Lestamp Edition-  Pour l'Edith Piaf de J. Deniot. 2012  
     
  En anticipation du cataclysme anthropologique d'Etat de l'année 2013  
     
  L'Eté du Lestamp 2012 s'est déroulé les 28 29 et 30 juin 2012 sur le thème Des Hommes Des Femmes  Inerties et métamorphoses anthropologiques.  
     
   
     
 
     
   Joëlle Deniot&Jacky Réault L'odyssée du sujet dans les sciences sociales Nantes 1, 2, 3 lt 2010  
     

 


 Tél :   06 88 54 77 34
 eMail: jacky.reault@wanadoo.fr

 



 


 















































































































































































































 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 









 

 
 
 
Les ouvriers de Saint-Nazaire ou la Double vie
 
26 octobre 2019
Ouvriers de l'Ouest- II
 
1° Edition 1991 JR Lersco,  GIRI,- CNRS,  titre les ouvriers nazairiens ou la double vie, in Ecomusée de Saint-Nazaire, Saint-Nazaire et la construction navale.  Réédition 2006, site sociologie-cultures Actualisé, exclusivement pour la partie actuelle, depuis 2008 au fil de l'histoire présente. Dernière intervention 26 JANVIER 2015 -Edition web depuis 2006-2009
 
www.lestamp.com/livre.ouvriers.de.l.ouest.jacky.reault.l.ouest.bouge.t.il.htm  POUR LIRE, SELECTIONNER si nécessaire LES PASSAGES EN BRILLANCE Variantes  pour plus de confort de lecture, 

1°) sur ce site,  Cliquer ici ou 2°) réduite à l'article sur le très substantiel site référentiel du LESTAMP par Jacky REAULT 1991 alors directeur du GIRI CNRS Lersco 1971-1995, Giri 1984-1994, Lestamp ea Université de Nantes 1995-2004, Lestamp depuis 2004, Habiter-Pips UPJV  2008-2012
 
 
Jacky Réault Janvier 2015 
 
   Dernières publications de Jacky Réault co-fondateur du Lersco Laboratoire d'Etudes et de Recherches Sociologiques de la Classe Ouvrière (1971), il  a le premier formulé la conceptualisation des "mondes ouvriers" alternative à la "classe" dans l'édition du Colloque (1992) Crises et Métamorphoses ouvrières l'Harmattan 1995), que l'Encyclopedia Universalis emprunte sans citer ni redouter l'anachronisme ; Il a inscrit sur ce site en 2007 un autre article de référence, "Les ouvriers de la classe au peuple", actualisé les années suivantes... Cliquer ici
 
 
GILETS JAUNES FEVRIER 2019 
 
LE SECTARISME DELETERE DES "ZADISTES" DEBARQUE A
SAINT-NAZAIRE
 
 
"Politique et pouvoir : c’est Dallas chez les Gilets jaunes de Saint-Nazaire"      Emprunté à Breizh-info.com  16/02/2019 06:13
 
Après Saint-Brieuc et Dinan où les référents élus des Gilets jaunes ont été débarqués par leurs troupes il y a quinze jours, c’est maintenant Saint-Nazaire qui connaît des tensions entre Gilets jaunes. Un homme a été molesté sur un rond-point occupé. Au cœur du problème : non un « différent amoureux », comme l’ont trop vite avancé des médias locaux, mais des enjeux politiques et de pouvoir.

Un communiqué de la Maison du Peuple retrace un incident survenu le 11 février : « Dans la nuit du lundi 11 février, des faits d’une extrême gravité se sont déroulés au sein du mouvement des gilets jaunes du bassin nazairien… Une femme malheureusement bien connue du mouvement est entrée dans la cabane de l’Air Bleu, accompagnée de 2 hommes de main, de forte carrure appelés pour l’occasion ainsi que de 2 autres personnes. C’est dans le cadre chaleureux et familial de la cabane de l’Air Bleu, que ces individus se sont rués par surprise sur l’un des gilets jaunes présents, l’ont traîné au sol, et l’ont roué de coups. Les personnes qui ont tenté de s’interposer se sont vues elles aussi molestées. Les victimes cumulent aujourd’hui plus d’une dizaine de jours d’ITT ».

Au coeur du problème, non un « différent amoureux » comme l’a vite avancé la presse locale, mais des enjeux réels de politiques et de pouvoir. « Les gilets jaunes de Saint-Nazaire sont divisés en trois groupes – la maison du peuple, de tendance plutôt zadiste, proche de ceux qui ont été récemment arrêtés pour séquestration et violences en réunion – qui ont signé avec la Préfecture et ont des projets agricoles, les Gilets jaunes de Philippe Kerloch, qui sont en association et sont proches de la CGT, et ceux des ronds-points, plus proches de la base – des ouvriers et artisans nettement moins politisés et s’ils le sont, moins à gauche », nous explique un Gilet jaune mobilisé depuis le 17 novembre à Saint-Nazaire.

« En réalité, si la Maison du Peuple est très visible et qu’elle parle au nom des Gilets jaunes nazairiens, elle ne représente rien qu’elle même. Certains de ses occupants sont sur les ronds-points, ils contrôlent celui de Trignac qu’ils n’occupent pas du reste, et ça se passe de plus en plus mal tant avec les Gilets jaunes de base qu’avec ceux de Philippe Kerloch ». La Maison du Peuple a du reste annoncé ce samedi à partir de 8 heures la construction d’une nouvelle cabane.

Au sein de la Maison du Peuple, la situation s’est aussi tendue ces dernières semaines : « on a vu apparaître des commissaires politiques, qui décident qui a le droit de cité et qui peut parler, qui traquent les fachos dans toutes les paroles, qui décident en petit comité des actions. Très proches du mouvement zadiste, ils sont allés à Commercy [à l’assemblée des assemblées], un événement aussi très proche des zadistes, et ont annoncé qu’ils organisaient la seconde édition. Moyennant quoi il y a de moins en moins de monde à la maison du Peuple ».

Bien qu’ils squattent un bâtiment, les pouvoirs publics semblent vouloir attendre que le mouvement meure de lui-même plutôt que de les expulser au risque de les requinquer.  Pendant ce temps les relations continuent de se tendre entre la Maison du Peuple et la CGT, mais aussi entre la maison du Peuple et diverses personnes qui essaient d’accaparer le pouvoir… ou en ont tout simplement marre que l’on parle en leur nom et à leur place.

« Les Gilets jaunes étaient un mouvement contre le poids de l’impôt, pour qu’on écoute les volontés du peuple et pour libérer les citoyens. Résultat on se retrouve avec un grand débat inutile qui va déboucher sur des hausses d’impôts, et des commissaires politiques qui décident tout à notre place et préfèrent la violence inutile en manif à l’action réelle pour le peuple », constate un Gilet jaune nazairien. « Ils voudraient tuer le mouvement ou désespérer les gens qu’ils ne s’y prendraient pas mieux, car les causes du mécontentement sont intactes ».

Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine
 
 
LES VOEUX DU LESTAMP POUR 2019
 
Guillaume Budé par Jean Clouet, extraction des mains JR janvier 2019
 
 
EROS ET LIBERTE 
Trois essais de sociologie et d'histoire.
Paris Le Manuscrit 2014 avec J Deniot... Cliquer sur les images 
 
 
 
A Nantes à l'Université de 1968 à 2008, De Nicos Poulantzsas à Cornelius Castoriadis, deux ponctuations grecques grecques d'un itinéraire sociologique en France à Nantes (1968-2009). in A Mouchtouris, P Christias, Actualité de la pensée grecque. Paris Le Manuscrit 2014  
 
 
Pourquoi Saint-Nazaire s’en sort bien malgré la crise ?
 
Thierry HAMEAU Ouest-France –Commentaire (édité) de Jacky REAULT. Modifié le 11/09/2017 à 12:36 | Publié le 11/09/2017 à 07:44 - 1  
 
Symbole du dynamisme observé sur le territoire, la jeune usine de générateurs d’éoliennes (General Electric) Ouest-France  
 
 
Thierry HAMEAU Ouest-France  
 
Adossé à Nantes, Saint-Nazaire est le seul bassin industriel français en vraie croissance depuis la crise. Que signifie l’économie bleue ? Quels sont les atouts nazairiens ? Un débat tente de répondre à ces questions mardi 12 septembre.

« Saint-Nazaire avec Nantes, c’est l’économie maritime la plus dynamique de France, estime Paul Tourret, de l’Institut supérieur d’économie maritime Nantes Saint-Nazaire. On a un port ouvert sur le monde, un gros constructeur naval, une filière des énergies marines (éoliennes) en plein développement. J’ai calculé, cela représente 9 000 emplois directs. »10 % de l’économie bleue en France !

Pourquoi cette santé ? « Le fondement historique de Saint-Nazaire, c’est le port et la construction navale qui sont arrivés en 1857. Un ADN que le territoire a toujours su entretenir. »
 
 
Clé à molette et matière grise
 
Ici, avec Nantes à côté, on préserve la compétence à la fois des cols bleus et des cols blancs :« C’est l’équilibre entre la clé à molette et la matière grise », poursuit l’intervenant de la soirée de demain sur la croissance bleue. Certains grands acteurs ont conscience de cette force du territoire, mais pas tous : « Alstom, qui avait quitté Saint-Nazaire il y a quelques années, a choisi d’y revenir pour les EMR. Ce n’est pas un hasard. » Airbus passe par le port de Saint-Nazaire pour ses solutions logistiques.

Autre atout : la réactivité et la capacité d’innovation. « L’économie bleue promet du futur si on est capable de s’interroger en permanence. Saint-Nazaire, c’est 100 % d’international et de compétition. » Le chantier naval a su développer le concept d’usine intelligente. Avec les collectivités locales, un quartier du port est aussi en pleine transformation pour répondre aux besoins des industriels.

« Nous sommes un territoire naturellement fort, mais pourtant pas assez reconnu au niveau national, nuance Paul Tourret. Vu de Paris, Saint-Nazaire est une première zone de construction navale, en restant une seconde zone portuaire. » Un sujet sur lequel il faut travailler. « Le Havre s’est développé avec les entreprises installées le long de la Seine, même chose pour Marseille et le Rhône. »

L’arrière-pays économique de Nantes Saint-Nazaire ne travaille pas encore assez avec son port. Mais ça change peu à peu. Le terminal roulier (qui accueille tout ce qui roule) s’est développé et subit une vraie montée en puissance. D’autres quais ont été rallongés pour accueillir de plus grands navires. « Ce qui manque aujourd’hui, c’est peut-être de grands entrepôts logistiques et portuaires. À Marseille, ça représente 5 000 emplois, et peut-être 3 000 au Havre. »
 
 
Commentaires Jacky.reault  11/09/2017 - 18:03
 
Seuls ceux qui ne veulent pas comprendre que la transmission, (malgré l'incurie ou la malveillance des politiques accompagnant la désindustrialisation) d'une véritable culture industrielle polytechnique constitue le seul atout de survie dans l'euro-mondialisation, peuvent être étonnés de cet apparent miracle nazairien, par ailleurs multiplié par la valorisation (si mal aimée également des post-politiques), du trésor du potentiel marin de la France.

Ici ce sont les salariés, ouvriers techniciens et ingénieurs, qui, malgré, les sirènes nanto-estuariennes de "culture" d'Etat et de tourisme, ont maintenu cette ultime île des Trente Glorieuses dans notre pays. à laquelle tous les candidats présidentiels se croient encore obligés de faire signe en passant. Cependant, il serait un plus conséquent, du point de vue de la vérité, de ne pas oublier que toute cette maintenance historique résistant à l'euro-mondialisation, et à la désouverainisation de la France, reste précaire et peut basculer si ce qui reste d'Etat-nation finit par s'incliner sur l'exigence de mise en concurrence bruxelloise.

En clair, si l'Etat accepte de brader la souveraineté sur la compétence et la technicité de niveau mondial. En l'occurrence, c'est (provisoirement) en Italie que se joue le sort de toutes ces belles perspectives, et peut-être celui d'un dernier espoir de sauvegarde des bases économiques de la France, si ce dernier maillon à la fois symbolique et si réel, venait à céder. Bref un appel à la plus extrême vigilance doit accompagner cet optimisme par trop unilatéral quoique dans l'instant, mais dans l'instant seul, justifié (Lestamp)..  1°)
 
 
A Propos de
 
Les ouvriers de Saint-Nazaire ou la double vie - Ouvriers de l'Ouest -2  Workers of Saint-Nazaire in France or a double life West or France'Workers
 
De l'ex classe ouvrière à l'histoire et sociologie de la prolétarisation (achevée/inachevée), de la déprolétarisation et des acculturations populaires dans un milieu historique localisé, l'aire d'emploi nazairienne dans la Basse Loire Nantes-Saint-Nazaire au sein des sociétés de l'ouest français. Ce concept Siegfriedien a été ré-élaboré par Jacky Réault et donné comme cadre à son premier grand texte publié, resté seul en son genre, une sociologie spatialisée des mobilisations ouvrières tant privatives que collectives,, dans l'Ouest de la Contre-révolution, devenu celui de l'accumulation primitive continue (Claude Meillassoux) du capital lors des Trente Glorieuses.  Jacky Réault Ouvriers de l'Ouest, In ATP CNRS, L'Ouest bouge-t-il ? ... Nantes A Vivant, 1983 Cliquer ici
 
Article de référence sur le relatif   temps long y compris actuel nazairien, français et mondial, depuis sa première édition papier en 1991, épuisée, "Les ouvriers nazairiens ou la double vie"  est depuis en réédition  revue et complétée en 2006 sur   www.sociologie-cultures.com , tant sur les notes documentaires que sur les transformations des luttes sociales, le néo-municipalisme et l'intégration à l'estuaire culturel et politique d'une féodalisation centrée sur Nantes via l'estuaire de son aire d'hégémonie rampante sous le pouvoir socialiste.

Il doit être lu dans le fil d'Ouvriers de l'Ouest, la première et  plus vaste synthèse régionale sur la pluralité des milieux ouvriers dans l'espace français, accueilli par Pierre Naville qui y voit l'amorce d'une étude "en réseau" reléguant les entités désubstantialisées, notamment l'usine et de fait la "classe". Il  a été été intégré dans les grands ouvrages devenus  "classiques", de Bernard Kayser.

La Renaissance rurale, Michel Phliponneau in Yves Lacoste, Géopolitique des régions françaises, Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, voire, plus allusivement, voire plus allusivement, Bernadette Bucher, Descendants de Chouans Histoire et culture populaire dans la Vendée contemporaine, et très explicitement dans la sociologie politique des Briérons de Julian Mishi. 

Ouvriers de l'Ouest, seule mention régionale de référence dans l'article canonique de Michel Verret, Regard sur l'histoire de la sociologie ouvrière française, Politix n° 13 1990. réédité par Persée est utilisé et référé, (sinon admis dans sa critique d'un concept de classe réduit aux rapports de production), dans les trois livres classiques du fondateur du Lersco, autour de l'Ouvrier français comme dans son recueil Chevilles ouvrières.

Une actualisation permanente  de Les ouvriers nazairiens ou la double vie (Ecomusée de Saint-Nazaire, Saint-Nazaire et la construction navale. 1991)- Réédité en l'état en 2006 sur ce site et périodiquement actualisé. Voir, par exemple, la note [1] et la note  [50] ...et sur Nantes, pour lire aussi de J Réault, Nantes, l'excès la ville un essai d'identification, Cliquer ici News actualisées au 12 avril 2014, lire in fine.
 
 
 
 
 
  Les ouvriers 
de
Saint-Nazaire
ou
la double vie
 
L'Histoire ouvrière nazairienne pourquoi ne pas la lire hégélienne ?
 
[1] (mars 2014) N'y aurait-il qu'un Napoléon à cheval qui fascina le philosophe allemand d'une raison historique quasi divinisée, pour incarner ici ou là l'esprit sinon du monde pour le moins de peuples divers ? De la "politique du peuple" dans une de ses grandes patries universelles, la France, la geste nazairienne fut en certains moments (1955) la vibrante métonymie et demeure en 2013 encore vivante et normative, toujours bien offerte à une lecture réflexive et même pour tous, visible, sous réserve qu'on ne l'affuble pas des attributs d'identification idéologique des âges révolus et des novlangs d'artifice de représentants post-politiques survivants et soumis au mauvais "temps du monde".

Cette histoire manifeste en France une des rares forces sociales en milieu historiques concret, en réserve peut-être de l'histoire nationale comme elle le fut pendant les Trente Glorieuses, par la quelle on peut dire que notre société malade de l'euro-mondialisation, garde encore aux yeux du monde, des flambeaux non éteints des producteurs directs encore sujets de l'histoire, en tout cas de la leur et, de facto, de la notre, si résistant à l'identité négative active de nos représentants depuis 1984, le peuple de France parvient à rester dans l'histoire. JR 24 mars 2014]

[1991] A chaque grand moment, chaque marée d’industrialisation, domine l’esprit d’un des trois peuples ouvriers qui la constituent, se référant en frontières mouvantes à deux grands blocs culturels sous l’égide arbitrale d’un centre autoritaire personnalisé, la magistrature singulière du maire de Saint-Nazaire entre coutume et institution. La survie culturelle de chaque peuple alors que son moment de scène historique est passé, leurs conjonctions en mobilisations unitaires ou polarisées, constituent sur fond  territorial d’intense insularité mentale, la spécificité nazairienne. Son milieu intelligible n’est pas la ville qui en constitue la scène mais un pays invisible manifesté en gestes épiques dans l'après-guerre, que résume la conquête d'une toison d'or en été 1955, découvert statistiquement en 1967 comme aire d’emploi, au tournant récessif des Trente Glorieuses engendrant la mondialisation.

L'espace temps du Saint-Nazaire d'aujourd'hui, plus agrippé que jamais à ce que les soumis du consensus de 1984 laissent subsister de République française, est celui  de la grande crise explosée à l'automne 2008, celle du recentrage du monde, de la désouverainisation des peuples par les financiers et l'appareil européen, du retour violent de la prolétarisation de par la cruauté sociale de la  normalisation Verte, vecteur cynique de l'expropriation tendancielle, de la propriété populaire.  

Plus que jamais les peuples ouvriers de Saint-Nazaire types vivants de la prolétarisation sans fin recommencée qu'engendre désormais dans la pire brutalité, la mondialisation, offrent le prisme idéal pour décrypter, et toujours avec ce concept que nous avons promu depuis 1977, le devenir des sociétés humaines considérées (ce qui ne les épuise évidemment pas) sous l'angle de "Sociétés de la mondialisation", J. Deniot, J. Réault, LCA Performance Paris 2007.

Jacky Réault 1991, revu 6 janvier 2011
 
 
 
 
Première édition  Ecomusée de Saint-Nazaire1991 épuisée
 
 
Penser les ouvriers nazairiens exclut d’entrée de penser simple ; nous n’offrirons ici aucune munition pour aucun camp ! Trop d’idées toutes faites trop d’histoires de convention très contrôlées assaillent, trop de mémoires heureusement communes, plurielles mais surtout vivantes : ni 1984, scission de la gauche et de la nation de 1789 ni 1991 implosion ici indolore de l'URSS, ni 1992, asservissement à l'artefact-Europe, ni 2005 sa reprise démocratique aussitôt trahie ne sont ici fin de le l'histoire ! Et d'ailleurs la suite des Sept boules de cristal n'est-elle pas Le temple du soleil ? Octobre 2016, Hergé via Ouest-France...  Inépuisables ...

Certes c’est par la ville site de ses géants chantiers[2a] qu’on les nomme ; elle fut leur seule "scène nationale", leur matrice unificatrice. C’est dans ses rues qu’affluent et dans ses places que se concentrent, visiblement et cycliquement, les multitudes ouvrières qu’attirent encore en 2009, ( quand se rue au galop le fléau prédateur de la crise des crise), ses doubles chantiers de l’air, de l’eau... Celui du feu de la forge est mort à Trignac en janvier 1932 mais il engendra ce feu humain qui brule encore «marche (dite) de la faim » des ouvriers nazairiens  qui, le 23 janvier 1933[2b], atteint sans gagner, Nantes, - vu d'ici,  trop ou trop peu "chef"-lieu de cette pourtant si populaire république des départements de 1789. Ne fallut-il pas six mois pour qu'arrive la commande d'un nouveau navire.

Et tant qu'il y aura une république française un tant soi peu souveraine un nouveau navire viendra encore. La crise en cours sera de ce point de vue le moment de vérité. Régulièrement Nicolas Sarkozy soi-même croit devoir venir y réaffirmer l'antique contrat. C’est dans la ville que siègent, longtemps et encore temple de la République, la Mairie arbitrale, la Bourse du Travail, les Unions Locales, centres de conquête de l’aire et un, -devenu si improbable en 2008- encore Centre de culture populaire toujours géré par des militants syndicalistes que la dite Deuxième gauche n'a pu libéraliser ?.Certes il fallut deux générations pour que le tissu urbain reconstruit à la soviétique et tournant le dos à la mer retrouve quelque peu une vie urbaine charnelle et dense quoique les cafés populaires aient en grande partie laissé place aux espaces neutralisés et musicalement mondialisés de la moyenne jeunesse urbaine.

C’est là cependant qu’une monadique mais encore classe ouvrière, comme séparée d'une société qui l'a reléguée au musée social, ordinairement virtuelle hors l’usine ou le chantier, se donne brusquement à voir en immenses messes unitaires de rue, - réassurance rituelle face à l’Etat, au patron à l’hydre des sous-traitants, à la mondialisation - ; mais elle sait encore s’y ranger aussi en ordre de batailles, épopées de rue et d’usines où excellent (aient ?) des multitudes viriles : Culture de fierté et de force chez les hommes assemblés dans cet Ouest de la dispersion bocagère : précieuse survivance !   C’est par définition la ville-commune, peut-être pourrait-on dire la commune ville, espace du rassemblement comme le fut si longtemps l'Eglise,  pour la dispersion bocagère des hameaux de l'ouest (Ch. Tilly, The Vendée), qui permit l’institution de cette fonction municipaliste, sans doute d'abord plus  corporatiste que tribunitienne, du maire-notable populaire du temps du bordereau[3a] et peut-être encore par réminiscence sourde, de la mairie mutante d’aujourd’hui, fascinée par Nantes, la dépopularisée[3b].

Mais la mairie s'abolirait-elle dans l'estuaire cultureux d'une agglomération néo-féodale "européenne", que l'espace de la ville resterait, les jours de manifestation, le propre des peuples de l'aire. Le propre c'est, ici comme partout où subsiste, (à l'encontre d'un nomadisme de grands urbains mondialisés), le lien de  collectifs travailleurs, de groupes domestiques et lignagers et de territoires, pour des politiques du peuple ( R. Dupuy), voire pour cette étonnante et multiséculaire culture historique de la rébellion française (J. Nicolas), une victoire du lieu sur le temps (Michel de Certeau, cité par J Deniot&J Réault, Préface à Espaces, temps et territoires. Lestamp-Edition Nantes mai 2010.)

C’est pourtant de plus large que de cette ville très moyenne mais jamais médiocre que l’on va parler ici  et que résume joliment un vocable identifiant emprunté à l’espace on l’on battait le blé,* l’aire. L'aire de la force féconde dénotant l'aigle autant que  le blé, et non le bassin (de  vie d'emploi) dont on suit la pente vers le bas, formule qui l'a emporté en un temps où la culture est plutôt hantée par Big Mother (M Schneider). Le syntagme aire d’emploi est né d’un temps historiquement unique (l’apogée des Trente Glorieuses) où le travailleur libre[4] se sait encore par définition « précaire » ce qui n'est pas forcément triste, c'est l'attribut ambivalent du salariat, mais il se sait peut-être plus encore ici empaysé (J R 2004).

Il éprouve donc contradictoirement que sa liberté est l’unité tenue de tout un complexe de déterminations à la fois organiques et séparées. La première est évidemment le salariat même, son fragile lien (d’emploi) y compris sa capacité de le délier lui même en licenciant son patron, en détail les jours de grève ou en gros quand joue dans le haut des cycles Kondratieff, et à son avantage, la tension du marché du travail. La seconde est la  paradoxale garantie d'un Etat à la fois combattu (l'anarchisme de l’ambivalent «  bocage mental » de l'ouest) et toujours sollicité pour civiliser les contrats léonins par un plus ou moins quasi-droit. La troisième, irréductible à l’idéologie marxiste ( sauf à y introduire l'anthropologie braudélienne de Claude Meillassoux), est  l'assurance palpable, quand il le peut, d'un patrimoine familial et lignager sauvegardé ou reconquis dans des emboitements de territoires qui font pays.

Le "prolétaire" aussi réel qu’ inachevable a beaucoup de patries contrairement à son congénère idéel du Manifeste communiste. Tout cela fait beaucoup de réels mêlés pour les manuels prémâchés d'une  pseudo Science Economique et Sociale. Cette dense réalité là est décidément insupportable et globalement hors d'atteinte même d'une authentique sociologie devenue disciplinaire et "undercontrol" de quelques clans au savoir achevé. Les travailleurs libres d'ici pratiquent sans fin ces contradictions qui sont la dynamique même de leur vie et du rapport de leur vie à leur travail. Pas étonnant qu’ils se divisent en plusieurs pensées et qu’il se divisent eux-mêmes et parfois contre eux mêmes, pour ne se retrouver que dans d’exceptionnelles mais si puissantes retrouvailles collectives !

Ce n’est pas la ville qui les a seule engendrés par quelque parthénogénèse mais ces pays si divers entre terre mer et fleuve, Presqu’île guérandaise, Pays de Retz, confins de Nantes aux bords du sillon de Bretagne ; c’est de là que sourd (ent) la vie (les vies) diverse (s) qui les ont modelés. La ville-scène-de-jour, ne les connaît que comme un vaste chœur qui ne serait même plus la métonymie du démos mais sa seule réalisation cyclique et  rituelle, d’où la tentation d’insularité mentale que cultive encore la forte sous-culture, aristocratique, celle-là,  de l'anarcho-syndicalisme en ses métamorphoses contemporaines. Et pourtant, si la « ville ouvrière », « la capitale (avec Nantes alors) de la contestation sociale », fut promue scène nationale des luttes sociales des années 50 et 70 n’est-ce pourtant pas surtout par la geste fondatrice (1955) de bataillons juvéniles en vies et solidarités villageoises encore vivantes[5], les soudeurs ruraux, arrivés  de la dernière pluie.

Les ouvriers nazairiens d’aujourd’hui toujours nombreux - tout l'Ouest de "l'accumulation primitive continue"  (Meillassoux 1975) a vu croître le nombre d'ouvriers du temps même de la mondialisation - baignant toujours, fait exceptionnel en France à cette échelle, dans leurs propres traditions et cultivant leurs propres mémoires. Ils travaillent et surtout vivent plus que jamais dans la dispersion, entre Pontchâteau, Donges et Paimbœuf. Moins urbains par le travail, ils habitent toujours moins la ville même mais toujours plus ses périphéries.

D’origine Saint-Nazaire est habituée à mourir un peu chaque soir, mais désormais, à l’ère de la mondialisation, et comme toutes les autres, la ville tend toujours plus à refouler ses peuples hors  ses murs à l'instar des media qui les refoulent dans le néant et des oligarchies continentales et mondiales qui prétendent les abolir comme mode, avec leurs femmes "employées" du peuple social et comme producteurs directs de biens et services, noyau dur avec  les paysans et les artisans, d'une nation souveraine. Au moins Saint-Nazaire-ville si enracinée dans un bout du monde si matériellement présent de mer de fleuve et de roc, restée industrielle et ouvrière, échappe encore à l’insupportable arrogance des bobos[6] déterritorialisés qui se sont appropriés les capitales y compris celle des Pays de Loire[7], même si les derniers infléchissements de la mairie donnent l’impression d’un affadissement d’une imitation de l’exemple nantais qui tendrait à ne plus proposer d’identification collective que celle très déréalisée que se donnent partout les  hauteurs des "classes culturelles" (E. Todd, 

L'illusion économique, PUF 1997) qui restent maîtresses des centres villes. A Saint-Nazaire l’heure est cependant loin d’être venue où la vie publique et les respirations de l'imaginaire, pourraient ignorer qu’elles doivent toujours compter avec les « politiques de peuples »[8a] toujours latentes et prêtes à resurgir parmi ces derniers créateurs d'univers que sont les constructeurs de maisons de bateaux et d'avions. Dans les moments de crise intense, telle celle qu'a engendré le carnage de la passerelle du Queen Mary II le 15 novembre 2003, par l'unité et la coloration de l'émotion qui entoure les gens de la navale, c'est empiriquement un bloc populaire, social et sociétal (accrochant au noyau travailleur les valeurs communes) qui s'affirme, comme d'ailleurs quand revient la très grande crise et l'extrême péril en janvier et mars 2009[8b]. Capitale de cette aire salariée ouvrière et rurale, Saint-Nazaire ne deviendra pas si facilement cette Saint-Nazaire sur mer, ilot "branché" de l'archipel d'un déclinant mais prédateur Etat culturel asservi à l'idéologie de la mondialisation.

La navale au cœur
 
 La Navale nazairienne, cette industrie par excellence, celle qui engendre le seul monde complet autosuffisant à l'exception de la planète, le navire, et  que célébrait l'ouvrage aussi immédiatement référentiel que vite enterré par les notables - Saint-Nazaire et la construction navale- où s'inscrit à son origine cet essai, symboliserait leur unité ? Mais quelle assemblée de peuples désassortis que le soir disperse entre Vilaine et Vendée au delà des deux ponts si beaux et qui enjambent si large qu’on est, les ayant franchis, dans des au-delà qu’aucune annexion ne menace, construits qu’ils sont entre mythe et histoire dans l’imaginaire[9]

Quelle armée ouvrière fut plus divisée contre elle-même, inégalitaire, si peu citadine, quoiqu'elle ait fait récemment, et ceci contradictoirement aussi grâce à son ambivalent dernier maire, d'évidents progrès : L’usine de la ville, celle des producteurs citadins désormais si intriqués de l’économie du savoir, ingénieurs techniciens ouvriers, c’est l’aviation, l’actuelle Airbus industrie avatar provisoire de la virtuelle Europe[10], mais si enracinée aussi dans la ville, le territoire et l’État français. Reste que si les effectifs de la Navale fondent lentement, ni le pétrole ni la chimie ou même l’Aérospatiale ne modèlent toujours en 2008 aussi large territoire de vie quand le travailleur rentre chez lui.

Le salarié modal résiste à la lénifiante et confuse "tertiarisation", prêt à penser globalisant des manuels scolaires ;  il reste ouvrier, et l’ouvrier modal est toujours le « métallo » masculin qualifié quoique toujours plus imprégné de sciences et de techniques[11a]. Penhoët ! Le sanctuaire du métallo est peut-être encore le Chantier naval si fortement nommé par le sonore vocable breton intégré dans ce tissu vivant, borderline entre la terre et l’eau, de la métallurgie d’après Vulcain, celle des constructeurs de mondes. Penhoët est encore le sujet historique flamboyant de 1932, 1936, 1955, 1967, etc. , où travaillent soixante pour cent encore de cette improbable classe-ouvrière-cyclique anachronique et contemporaine, si intense dans ses brusques et aléatoires renaissances quand elle se manifeste apparemment à contre histoire et se fait, ce faisant, de temps en temps, l’histoire même.[11b].

Pas plus que la forme de la ville ni même la forme utérine où naissent les navires, le seul travail ouvrier ne résume les vies ouvrières séparées et communautaires, les vraies vies qui intègrent ce travail à leurs propres fins, dessinant des territoires variés. L’expression moderne d’aire d’emploi les condense en les trahissant. L’offre d’emploi centralisée, le marché les unifièrent, mais il les voile : Sous l’aire  une poignée de cantons des dizaines de communes[12a] où les ouvriers restent, - ce qui n’est plus le cas de la ville, majoritaires, n’en finissent pas d’exister pour eux mêmes.

Sur ces fiefs ficelés par le réseau de transports, sur les travaux divers de l’industrie tant unifiant que diviseurs, une geste ouvrière historique unifiée, s’est faite mémoire, institutions, rites, identité ouvrière voire, on l’a suggéré, ouvriériste, mais en plus, pas à la place, d’autres  identités. Le mode capitaliste de production n’a pas détruit  leurs propres modes de reproduction.[12b] A l’inverse, leurs manières d’être en villages, en  lignages, sur leurs terres et sous leur toit colorent leurs actions de classe. Grèves, votes, appartenances, jusqu’aux  ficelles  des métiers ne sont déductibles de la seule usine, ou du travail salarié.

L’aire est quasi-organisme Centre et périphérie. Sur une vaste marge rurale et rurbaine, des travailleurs libres à la fois salariés et petits possédants. Doubles donc. Collectivistes et libéraux, autonomistes forcenés et nostalgiques de communautés fusionnelles. Au centre s’installe d’abord le premier, un peuple sans héritage, sans maison, sans qualification souvent, entre le port, Méan et un glacis asséché de la Brière, Trignac. En 1991, -en 2006 plus encore ?-, il reste plus dépossédé. Plus habile à l’action collective qu’aux stratégies privées, il à bien du mal à conserver simplement l’emploi.

Marquée par ce premier peuple prolétarien, peu consensuel mais égalitaire, et par l’aristocratie d’hommes de métier moins consensuels encore, la ville[13a] ne devint centre d’un consensus de classe et pas seulement de coexistence commune que tardivement quand la loi impose la trinité syndicale, emblème ici de ses trois peuples, contre l’ancien monopole des professionnels puis du bloc laïc. Le monopole municipal céda plus tard encore, il y fallut la guerre, l’occupation, la Poche…. Si elle offrit ses rues à l’intense et précaire unité de ces peuples, le sujet de l’histoire nazairienne n’est pas sous le pavé urbain mais dans les arcanes fluviaux maritimes maraichins et bocagers de toute l’aire ;  c’est là qu’il faut creuser.
 
Cet article bat le rappel des trois formes de vie ouvrière engendrées par l'histoire industrielle moderne au sein des trois "peuples" de l'aire sous ce qui risquerait de devenir l’histoire sainte d’une seule classe qui n'eut jamais ici les mêmes formes et les mêmes modes de vie. [13b] Trois peuples, trois territoires, trois fils historiques et  deux blocs  culturels. Voila pour tant de moments singuliers résultantes de leurs enlacements ou affrontements entre eux et avec "le temps du monde", comme avec "l'identité de la France" (Braudel et Braudel), nos clés.
 
Double vie ?
 
La vie entre deux monde, le pays le villages, le domaine domestique versus l'intense univers productif et l'espace public de sa ville. La logique séparée privative d’un côté, le travail industriel concentré, la logique socialisée collective, de l’autre. Champions de la Double vie, les briérons puis les dépaysannés de l’Expansion. Simple vie ? Le premier peuple ouvrier de l’estuaire est plus moniste par sa nudité prolétarienne à Saint-Nazaire, sinon à Trignac où il redevint villageois et tardivement accédant.
 
Trois peuples ouvriers
 
- Des hommes dépourvus de biens et de métier, des deux fois prolétaires donc, prolétaires achevés dans notre typologie - citadins de Saint-Nazaire ou néo villageois de Trignac, de culture laïque, bleus puis rouges, puis.... voila le premier peuple, plutôt seul, le plus proche d'une classe ouvrière assimilée à un prolétariat réduit aux ressources du salaire voire, dans la vie pavillonnaire trignacaise au travail domestique plus ou moins des deux sexes.
 
- Des hommes encore, mais professionnels qualifiés citadins, laïcs aussi, bleus jamais très rouges longtemps hégémoniques, rejoints par ces briérons  double possédants, entre ville et îles, du métier et de la terre : C’est le  deuxième peuple, il connait la promotion scolaire et croise la militance qu'engendra l'école publique, plus peuple que classe sauf souvent verbalement plus classe que moyen sauf à penser comme l'essentiel du peuple sociétal, le vaste volant de pérennité que doit défendre sans fin le travail paysan puis le salaire précairement patrimonialisés.
 
- Des hommes et des femmes, ruraux apparemment sans qualité, dépaysannés des années, Trente déjà mais surtout des Trente Glorieuses (1944-1974)[14], le troisième peuple encore immergé dans la terre, liée aux lignages paysans, longtemps relié par les paroisses, il  s’abolirait lentement dans les précédents si son mouvement n’avait institutionnalisé une autre culture, via le syndicat « chrétien » qui aida leurs passages, introduisant en le civilisant le dualisme de  l’Ouest d’après 1793 dans le mouvement ouvrier. Double dualisme de la religion et de la propriété: antithèse du premier peuple, prolétaire inachevé (?)

Et par-dessus (ou par  dessous) tout ça deux socles de symboles deux blocs culturels. On dira par convention bloc chrétien (ou mieux catho),  bloc laïc, guerre civile pacifiée en interaction devenu mutuellement civilisatrice.
 
 
DOUBLE VIE  DOUBLE CULTURE ?
 
Bloc catho et bloc laïc
 
En 1936 encore, sous la bannière républicaine et laïque, les deux premiers peuples semblent culturellement n’en faire qu’un, s’opposant en bloc au monde paroissial et rural dont maints enfants sont déjà dans l’usine, mais un peu à l’écart. Ils sont exclus du mouvement ouvrier surtout s’ils veulent s’y intégrer à leur manière, via le syndicat chrétien, mais jusque dans les années 50 en passant sans façon mais non sans traces langagières, par les paroisses catholiques, confirmant ainsi, plus que par leurs stigmates linguistiques et comportementaux ruraux, leur soumission sur la terre des prêtres et des marquis. L’isolat nazairien pousse à l’extrême ce dualisme de Guerre civile froide de l’Ouest post-vendéen.

La C.F.T.C. se nourrit certes du réseau paroissial mais comme à Saint-Etienne vise aussi dans l'usine même, les oubliés d'une conscience de classe sous l'hégémonie aristocratique des métiers sinon de  l'avant-garde communiste: manœuvres, ruraux, soudeurs, ... jusqu’aux aux femmes, femmes de ménages ou pontonnières. Le discours du militant ouvrier chrétien, personnaliste, solidariste et par les ouvriers plus que par les employés, populaire, est en porte-à-faux avec la doctrine collaborationniste voire libérale de la confédération liée à l'Eglise. Contre le monopole de la C.G.T., et de facto souvent à côté du militant C.G.T.U. qui l'effraie mais le fascine,  il intègre nolens volens, l'esprit de  revendication et se frotte pratiquement à la lutte de classe. Ce vocable longtemps honni, qui prendra un goût si troublant de transgression permise lorsque entre Vatican II et la signature du Programme commun de la gauche, il sera surinvesti via la confuse autogestion, puis neutralisé. Ce sera bref.

Entre 1936 et1947, par glissement puis saut institutionnel, la C.F.T.C. devient une forme légale, puis instituée[15] du mouvement ouvrier et non plus son antinomie. Il lui restera à devenir légitime dans l’insurrection populaire de toute l’aire en 1955. Pour que la mutation se concrétise, il faudra que soit isolé dans le bloc laïc - la scission de F O de 1948 y aidant -, le noyau intégriste et que soit marginalisé dans la C.F.T.C.. un monde frileux d’employés bigots, selon l’expression de l’un des fondateurs nantais du mouvement Reconstruction acteur régional et national de cette mutation[16] Le Bloc chrétien peut ainsi s’ouvrir par l’entreprise, et non plus par la paroisse, au flux de la seconde (dernière ?) industrialisation.

La nouvelle culture gagne son brevet de classe en 1955, atteint le parti socialiste dans les années soixante dix s’accomplit dans l’Union de la Gauche ; en passe de devenir politiquement hégémonique saura-t-elle éviter la décomposition de son personnalisme communautaire dans l’idéologie dominante individualiste et privative et le ralliement acritique mais surtout libéral post-catholique à l’Europe ? Ces deux blocs nés de la Révolution et de la Contre-révolution étaient bien toujours là, actifs et pertinents en 1991, à la veille de la ratification acrobatique du Traité de Maastricht ; ils ne le sont pas moins quoique autrement en 2006 et 2008, après le massif Non français de 2005 ; les trois peuples ouvriers de l’aire, urbains et ruraux ont cependant presque également et fortement voté non, en forte rupture avec la « gauche » culturelle[17] et tertiaire supérieur de Nantes.

Si la réalité se montre régulièrement ici si adéquate à son concept, il ne faut pas prendre à la lettre la dénomination commode, idéaltypique de ces deux blocs qui se réalisent en formes historiques mouvantes. La rencontre du troisième peuple et des militants du Bloc chrétien institutionnel et culturel, n’implique pas que ce dernier flux soit plus chrétien que, par exemple, privatif, égalitaire, patrimonial et en tout cas il n'est plus majoritairement sous emprise d'église. Mais, historiquement, ce bloc fut le relais de l’acculturation douce du troisième peuple, sas entre la ferme et l’usine, accompagnateur de ses radicalisations, éclaireur de sa mutation politique, acteur de son nouvel enracinement[18a]. Il est encore la base principale de la C.F.T.C., à peine moins de la C.F.D.T. dont les militants sont cependant plus divers. [18b]    Double vie a donc un sens plus profond. Le long frottement des blocs finit par tout rendre un peu dualiste ici, du mouvement syndical au Parti socialiste dominant, des ruraux confrontés à l’usine et aux valeurs prolétariennes, aux citadins compromis avec l’Ancien Régime. Double identité partout ! Comment les actes ne seraient-ils pas à la fois ancrés dans des permanences et inattendus, en un mot, historiques.

Nous  survolerons l’irruption historique des trois peuples dans cette aire et cette ville, pour faire le point, ensuite, dans les groupes de la vie privée ouvrière de la prolétarisation dont l’inachèvement ou l’inversion reproduisent la double vie ; et conclurons sur le vote syndical et politique rapporté aux trois peuples, aux deux blocs.
 
 
 L'UNITE RESULTANTE PROBLEMATIQUE DE TROIS HISTOIRES ENLACEES OU DELACEES
 
 
Les prolétaires immobilisés
 
La mémoire souterrains d’un passé offensifqui s’institua  dans le communisme. Le premier peuple, sans biens, ni lignages, ni métiers, nu déjà dans la paroisse bretonne ou plus lointaine qu’il a laissée, aménage l’estuaire, au mitan du siècle de Germinal,  construit, le port, puis le chemin de fer, la ville. Terrassiers, maçons, débardeurs et autres hommes de peine puis  dockers, charbonnier, manœuvres aux forges ou cheminots, ils n’intègrent  le sanctuaire naval que dans les années vingt, avec des emplois d’aides, riveurs, élingueurs ou autres matelots[19], servants des hommes de métier autant que du capital.
 
 
  Hergé (via Ouest France 2016)





Le port des années 30,  matelots, dockers
et grutier.
 
Les ouvriers nazairiens originels ce sont eux ;  installés d’entrée dans la boue et la vie vraiment précaire, entre Méan et Trignac par les villages sans églises. Leur conscience s’ancre plus qu’en un  travail particulier, dans la précarité qui les poursuit. Les débuts sont terribles, morbidité, mortalité;  sans eau potable, sans hygiène. Ils perdurent dans le risque et les violences du chantier avec l’alcoolisme compensatoire, le taudis, le salaire dérisoire, l’emploi rompu chaque soir ! Reste un style marquant la culture urbaine: un goût pour la prouesse violente spectaculaire à connotation virile, mais aussi un certain fatalisme, une immobilité, une clôture ouvriériste.

Leur  misère frappe  en 1900, les frères Pelloutier dans la Vie ouvrière en France. En 1936, au vu du recensement les choses ont peu bougé. Réduits au salaire de l’homme, démunis de tout moyen d’autoproduction, culturellement étrangers aux stratégies privées, ils restaient  condamnés au collectivisme de masse.

 Si leur histoire propre leur fut ravie par les professionnels stabilisés, les briérons et plus tard les ruraux plus lointains qui investissent la ville au cours du siècle, Ils ne furent pas toujours des loosers. Les luttes trignaçaises, l’appropriation de la rue, par les dockers et les charbonniers nazairiens, leurs pugnacité et leur rationalité revendicatives manifestent surtout avant 1914, un monde jeune et conquérant. Loin d’être résumés par l’ouvriers professionnel de la Navale et ses servants ruraux, l’histoire ouvrière est leur affaire jusqu’au désastre trignaçais de 1933[20], Le déclin du port, la fermeture des forges et la fin du charbon, puis la guerre, l’exode se liguent contre eux. Dès les années vingt, la culture des chantiers évince la leur. Ce sera le temps du “bordereau"[21], l’institution de la négociation collective du salaire monopolisée par les professionnels.

La C.G.T.U., en dehors de rares professionnels sous-traitants de la chaînerie trouve ses maigres troupes du côté des riveurs et chanfreineurs, des cheminots, des dockers, des charbonniers, épousant de facto leur marginalisation ;  mais la masse reste distante. Le municipalisme personnalisé fascine leur faiblesse ;  leur goût de la violence immédiate se plie mal à la bolchevisation. Actifs en 1936 et 1938, l’unité les étouffe un peu mais la concentration en cités de relogement en 1945 les soude comme jamais. Le quartier d’Erbins sera une véritable base rouge[22].

En 1947, une C.G.T. nouvelle qui ne les marginalise plus, les organise et les accroche au communisme mais, réduite à leur soutien, elle passe très près de la marginalisation[23]. Ils doivent en passer par le rapprochement avec les autres refoulés sur d’autres marges, les chrétiens et ruraux, alliance vitale pour la survie de la C.G.T., selon Paul  Malnoë, dirigeant historique de Force Ouvrière. Cette incongruité produit de l’histoire en 1955. La marque des prolétaires de force se mêle à une action directe violente et anti-intellectuelle propre aux jacqueries. Le lien privilégié C.G.T.-C.F.D.T. reproduira cette conjonction jusqu’à la fin des années quatre-vingt où semblent se dessiner les prémices d’une nouvelle marginalisation. Seul l’anticléricalisme de F.O. semblait freiner encore le changement de bord du bloc chrétien vers un bloc réformiste du salariat installé ; en 2006 la perspective de ce bloc réformiste s’est éloignée avec le reclassement de fait des choix politiques autour de la mondialisation et de son vecteur principal l’Europe libérale opposée aux acquis ouvriers nationaux. Ne va t on pas vers un rapprochement des frères ennemis de l’ex. CGT unifiée contre une CFDT toujours plus politiquement intégrée à la deuxième gauche libérale et européiste. C’est l’hypothèse que nous faisions déjà en 1995, à Nantes, lors du Colloque pour le centenaire de la CGT.
 
Mais il faut distinguer pour le moins trois mi-lieux prolétariens dans l'aire ?
 
- Isolés dans un tissu résidentiel qu’envahit le tourisme marchand, les pêcheurs prolétariens du Croisic maintiennent une de ces identités résistantes qu’induit la communauté de travail affrontant une nature redoutable, sur la mer ou dans la mine, dans l’extrême dureté d’une discipline et d’un arbitraire hiérarchique d’un autre âge, mais le temps joue contre eux, qui réduit l’emploi comme le revenu, qui ferme les conserveries où leurs femmes trouvaient l’appoint irrégulier mais récurrent du salaire misérable, sinon une véritable salarisation. L’alcoolisme et l’anomie des adolescents creuseront toujours plus la précarité de leur vie et leur marginalisation sur leur propre sol par une petite bourgeoisie marchande et immobilière impitoyable et âpre au gain ? Cette typification est évidemment abusive et datée ;  en 2006 rien ne permet de tenir un propos si assuré.
 
- Trignac, le village estuarien en amont de Méan, passe au socialisme  municipal bien avant Saint-Nazaire. Un village à soi ce n’est pas rien même si c’est le triste Trignac et sa forge sauvage et ruineuse de vies puis ses irrécupérables ruines industrielles qu'aucun bobo ne tenta heureusement d'esthétiser en friches postindustrielles pour palier l'ennui des classes (en réalité "post" ) culturelles. Le village prolétarien si longtemps même sans église gère toujours son destin qu'aucun touriste morbide ne vient polluer, gardant ses fidélités politiques propres. On y conquiert (mais il s’agit d’abord de nouveaux arrivants), en nombre, la maison individuelle à la fin des Trente Glorieuses.
 
- Les prolétaires de la ville de Saint-Nazaire semblent, eux, ne plus rien maîtriser, trois fois dissous, par la fin des cités de relogement, l’exclusion du travail, l’obsolescence ou l’affadissement du lien communiste. Le groupe éclaté entre le surclassement acrobatique (une frange trouve in extenso, via l’Aide Personnalisée au Logement, l’aubaine de la maison individuelle et des traites ) et la  marginalisation, a perdu sa cohérence socio-spatiale. Combien d’héritiers  du premier peuple dans les 22 % de chômeurs du canton de Saint-Nazaire-Est  en 1991? Stigmatisés par un genre de vie qui détonne dans un univers ou tout le monde, sauf eux, est maître en son domaine, privés des deux messianismes social-chrétien et communiste qui furent porteurs de fraternité et d’intégration légitime, qui dirait leur révolte et leur désespoir ? Si le Front national, (la seule alternative encore tribunicienne ( Z. Stirnhell) que s'inventèrent les ouvriers abandonnés par leurs partis ?) ne trouve pas cependant parmi eux les scores que lui donne les territoires de la désindustrialisation sauvage des années 81-86 dans le Nord et l’Est de la France, il y puise cependant des électeurs à son apogée et qui préfèrent de toute façon l'abstention consciente à la désidentificatrice soumission.
 
De la quasi ethnie briéronne à l’hégémonie des hommes de  métier
 
Deuxième peuple : Tradition millénaire certes pour le bois, la Navale moderne du fer et du pétrole est seconde, la construction des navires ne se pérennise qu’au début des années 1880 ;  les ouvriers du port, des forges même sont déjà là. Comme par miracle ces hommes vont renaître vers 1884 du sol Briéron où ils bricolaient leur vie avec un prodigieux patrimoine de techniques polyvalentes en se passant du Capital comme ils s’étaient passés des nobles sinon des prêtres. Ils deviendront ses salariés mais jamais exclusivement; gardant leur savoir polyvalent y compris dans le Chantier jusque dans les années soixante et sur leur terre comme dans leurs eaux si belles au soleil des matin d’hiver.[24].

Produit d'une manufacture hétérogène dirait le Marx lumineux de la Section IV du Capital, le navire requiert une armée différenciée d’hommes de métier et une marge de quasi-domestiques que la périphérie de l’aire fournit d’abord avec d’ex-vrais domestiques ruraux, âgés souvent. L’armée navale atteindra 11000 hommes à son apogée dans les années cinquante quand elle se concentre en un seul chantier, flanqué d’établissements mécaniques ou chaudronniers. Rien d’un Léviathan capitaliste faisant de petits producteurs des prolétaires achevés, isolés, hétéronomes, et sans qualité. C’est comme si les Chantiers avaient passé contrat tacite(?), voire fait alliance quasi politique avec une communauté (quasi) ethnique entière.

Au patron la plus-value née de leur savoir, pour eux la normalisation du travail, la chefferie sur les autres ouvriers ;  leur force de marchandage restant leur capacité à se passer du patron en assez longue période grâce à la double activité[25]. Ils le prouvent en vivant sur leur fonds dans les temps de chômage ou de grève. Après avoir longtemps brisé les grèves des citadins, ils inventeront la grève du temps récupéré ;  le salarié redevenant par elle petit producteur à son compte. Il a fallu presque un siècle pour briser dans la division du travail leur force encombrante, devenue celle de tous les professionnels de la Navale. D’autres[26] ont décrit ce processus d’Organisation Scientifique du Travail précoce mais limitée, l’école des apprentis, la sérialisation relative des années soixante. On se limitera à l’aspect historique et anthropologique global.

Organisation du temps, hiérarchie interne et partage des tâches de l’équipe de base, formation finale - même après son amputation par l’école (patronale) des apprentis -sont un compromis bilatéral, pas une pure domination du capital. La coutume du chantier, si bien rapportée par, cet ouvrier de l'ouest autodidacte devenu technicien puis écrivain, Louis Oury, la norme de la dépense de force, la maîtrise des temps du boni , qu’imposent les professionnels pèse autant que la loi du patron.

L’exclusivisme briéron, culture de pays ethnicisée par les urbains, archaïque, hostile aux nazairiens finira par se fondre au Chantier, sinon dans les iles briéronnes, dans une caste unifiée de professionnels. L’hégémonie des professionnels, à partir de 1920, repose d’abord sur des citadins de souche, des promus du premier peuple et une minorité d’ouvriers exogènes(des gens de Montluçon sont dans les années vingt parmi les premiers semeurs communistes). Mais beaucoup de ces  citadins sont des briérons plus ou moins intensément et précocement séparés du marais.

La finale loi de ce milieu fut un compromis très proche de la coutume briéronne après la fin de leur la bouderie corporatiste entre 1921 et 1933.L’idéologie du contrat, valeur culturelle centrale et commune, constituera le socle culturel de la C.G.T. confédérée et de son monopole de négociation. C’est le temps du bordereau, l’institution de la négociation collective du salaire monopolisée par les professionnels dans les années vingt.
 
 
« Le temps du bordereau » L’ensemble de l’’iconographie de l’article de 1991, ici reproduite, est l’œuvre de Thérèse Dumont (Ecomusée de Saint-Nazaire, Saint-Nazaire et la construction navale)

Le contrat collectif précoce survivant ici à l’économie de Guerre s’ancre dans cette culture de professionnels monopolistes de type anglo-saxon que décrit Benjamin Coriat dans l’atelier et le chronomètre. La grève n’est qu’une figure limite. On frisera  le corporatisme autoritaire excluant, les femmes, les non qualifiés, aussi bien que la lutte véritable. Le modèle organiciste et inégalitaire de l’Ouest des notables n’est pas loin. La mairie de Saint-Nazaire noue le système sous son patronage. Il faudra la conjonction de deux égalitarismes, le prolétarien et le paysan, pour le briser entre 1936 et 1955.

La C.G.T- Force Ouvrière gérera cet héritage, sur Saint-Nazaire plus qu’en Brière, sans plus pouvoir ni vouloir l’ouvrir que la C.G.T. de 1935. Les salariés garantis de la construction aéronautique, les services de l’Etat à l’exception des chemins de fer étaieront cette base dans le même esprit contractuel avare de grève, fièrement élitiste et masculin. L’effritement s’accélère dans les années quatre-vingt... C’est dans les années 60 à 80 le syndicat des pères de familles professionnels autochtones citadins ou côtiers et laïcs. Son lien au militantisme de l’école laïque fait cependant perdurer une sensibilité politique anarchisante que la montée en puissance de la deuxième gauche post-catholique a contribué à maintenir mobilisée. Une fraction du vote d’extrême gauche nazairien induit par l’éloignement des partis de gouvernement et des classes populaires y trouve toujours un vivier.

La Brière ouvrière  se clivera, entre les marges encore très paysannes et le Centre, aux nombreuses générations ouvrières selon le chanoine Vince inventeur d’une analyse des espace-temps de la salarisation dans l’aire de Saint-Nazaire. Au cours des  années trente, la C.F.T.C.. gagne St André-des-Eaux, Besné, Crossac sur les thèmes culturels de la mère au foyer, et du salaire minimum indexé au nombre d’enfants. Dans le centre historique à Saint Joachim, Saint Malo-de-Guersac, voire à la Chapelle, F.O.. et la C.G.T. d’après1947 fidélisent une base à la fois possédante et revendicative. Le P.C. suit ; il y résiste encore. Dans les secteurs indépendants de la hiérarchie des métiers de la Navale, l’Aéronautique et la pétrochimie la C.G.T. et le P.C. captent entre 1936 et 1950 une  seconde base. Ce sont des ouvriers qualifiés, modernes, chers aux auteurs du Manifeste, qui furent ses meilleurs zélateurs; citadins, exogènes souvent ou transfuges du premier peuple passés par l’école des apprentis puis par l’enseignement technique. D’abord non possédants, ils rejoignent, dans l’Après-guerre, la cohorte des accédants à la propriété sans pour cela changer de bord.

Le syndicalisme nazairien est très représentatif : des adhérents nombreux et une participation élevée des salariés aux élections professionnelles.
 
 
20 Septembre 1948 : meeting interprofessionnel à ST-Nazaire.
 
Après la Libération, un équilibre relatif s’instaure entre les trois principales organisations syndicales ( CGT, CGT-FO et CFTC )
 
 
La troisième vague : l’ouvrier rural sans qualification des Trente Glorieuses et l'irruption des femmes
 
Le troisième peuple, la Navale l’attire d’abord dans ses flancs lors de la mutation technique de la soudure au rivet à partir des années Trente, mais la gésine d’une nouvelle force sociale attendra la Deuxième et dernière industrialisation, étayée par le boom du Bâtiment de la Reconstruction.

Bien avant 1945 un monde ouvrier organisé par le métier, le bâtiment, perdure en entreprises dispersées de la côte bauloise et pornicaise. Il sera gonflé par la Reconstruction, le tourisme marchand, la ruée vers la maison. Les hommes de métier urbains et laïcs dominent un peuple rural de manœuvres, de compagnons, pour qui le bâtiment n’est qu’étape ou appoint et qui ne devient visible qu’en 1955 au sein du  troisième Peuple.

C’est, dès les années vingt, plus que l’organisation scientifique du travail, largement volontariste, la révolution technique de la soudure à l’arc chassant le rivet qui ouvre la Navale aux nouveaux ruraux. Le soudeur de première génération n’est pas l’homme d’une formation mais d’une maîtrise des gestes et d’une sensorialité fine aléatoirement distribuées par la nature et l’enfance. Un flux de jeunes hommes, euphorisés par la liberté du salariat au regard des dépendances rurales, supplante le manœuvre rural et soumis d’âge mur, ou le riveur urbain prolétarien. Sacrifiés d’office du temps de l’hégémonie de la C.G.T.(confédérée), ils vont être captés un peu par les unitaires de la C.G.T.U.. par le contact au travail des jeunes prolétaires, par la C.F.T.C.surtout, au village même.

Entre 1930 et 1965, les adaptions de la Navale s’accompagnent de recrutement neufs et se doublent d’une deuxième industrialisation propre à l’Ouest Français des Trente Glorieuses mais engagée, ici comme au Mans, dès les années trente. Paimbœuf, Donges, Montoir, accueillent la  chimie demandeuse de ce travail posté non qualifié, si adapté à la double-activité de l’ouvrier paysan, puis la construction métallique, le biscuit à St Michel, l’habillement etc.;  La pétrochimie (étudiée par Danièle Kergoat), à côté d’un travail de haut niveau, requiert des manœuvres puisés dans les villages de Donges. Chimistes, pétroliers, femmes de l’alimentation et de l’habillement, travaillent sur place, mais le nouveau flux naval tendra à se rapprocher de l’agglomération. Les trois flux (Navale, Bâtiment, industries de process) se gonflent entre 1950 et 1955 en une cohorte massive, juvénile, impatiente, optimiste sur le changement social bousculant la tradition ouvrière de la ville.

Entre 1947 et 1962 on observe plus de 4% de progression annuelle des salariés de l’industrie, encore 3% de 1968 à 1982.En1968, 72 % des actifs de l’aire sont salariés, 83% en 1982, plus que la moyenne française. Le nombre absolu des ouvriers croît jusqu’en 1982.Rien à voir avec la France industrielle du Nord-est! La salarisation des actifs variait en 1968 de 86, 4% dans le canton de Saint-Nazaire à 37, 6% dans celui de Saint Père en Retz, en 1982 le minimum est de 63%, Saint-Nazaire atteignant 92%.
 
 
Les trente glorieuses nazairiennes*
 
*Sur ce thème Persée a réédité en 2011 l'article très complémentaire paru in Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest,  Jacky Réault, Les Trente glorieuses de la CGT nazairienne et les aléas de la mondialisation. Il est désormais disponible in extenso (note de l'éditeur)

Les Glorieuses, on croirait la formule faite pour eux, leur mouvement s’inscrit sur la scène nationale ou il donne le ton, dans l’ensemble plus vaste de la Basse Loire. Les livres disent Nantes-Saint-Nazaire ! Renversement d’une clôture localiste ! Les porteurs de mémoire de la nouvelle identité ouvrière unifiée qui surgit s’affirment, exceptionnels et exemplaire ! Comme ouvriers d’abord, une conscience aiguë d’être à part, et comme nazairiens.

L’isolement géopolitique nazairien est double, finis-terrien quant à l’Europe, longtemps coupé de la société française par la contre-société post-vendéenne ! Si leur mouvement social rompt l’isolement en 1955, 1957, 1964, c’est par l’improbable conjonction derrière le premier et le troisième peuple, des deux universalismes, communiste et chrétien, en concurrence mimétique. L’action directe victorieuse est à la rencontre de la jacquerie paysanne, de la prouesse virile prolétarienne, et d’une capacité des professionnels à négocier. Les bornes de l’immédiateté rebelle à la stratégie sont ainsi compensées, sublimées aussi par la générosité des militants. Les chrétiens fascinés quoiqu’ils en aient par le mondialisme communiste. Les communistes, immergés dans le premier peuple habillant d’eschatologie la violence prolétarienne latente. Ainsi contraint à suivre mais feignant de précéder, le P.C. comme la C.G.T., tireront bénéfice du nouveau cours ouvrier, celui du troisième peuple et du bloc chrétien, unis même si c’est sur le mode du conflit, aux ouvriers prolétariens et à la C.G.T. Le choc de l’effondrement patronal de l’été 1955 scelle une alliance historique.

Note de 2015. Sur le témoignage le plus élaboré de la grève de 1955, celui du chaudronnier Louis Oury, un excellent dossier :
 
 
CAHIERS DE L HISTOIRE Revue d’Histoire critique
 
125 | 2014 : Rebelles au travail, Entrer en rébellion : la grève de Saint-Nazaire en 1955 dans le témoignage de Louis Oury, par Éliane Le Port

Ce bloc biculturel de la nouvelle hégémonie C.G.T.-C.F.D.T. fait alors école dans les sociétés de l’Ouest entre 1955 et 1980, infléchit le mouvement social français. La mue de la C.F.T.C. joue un rôle médiateur permettant de tourner le blocage de la S.F.I.O. et de F.O. par la naissance du courant unitaire qui  aboutit au Programme Commun de 1972.
 
L’Avant Mai 68
 
A ici un an d’avance dans une incroyable grève des mensuels, à moins qu’il ne commence, et c’est notre thèse dès 1955 Mai-Juin, en Basse Loire, a la double saveur  des sociétés de l’Ouest français en cours d’industrialisation, et des vieux sites industriels du Nord-est. C’est aussi la formule nationale du Mai 68 ouvrier quand le troisième peuple impose  son propre style ; à Flins ou Cléon à Caen, à Sochaux, pas à Billancourt. Les militants C.G.T. locaux et chrétiens iront très loin ensemble à Saint-Nazaire. Le veto parisien du P.C. saccage tout. La C.G.T. mettra cinq ans à s’en remettre.

Quand trois poules vont au champ, la troisième va... derrière. Alors que la majorité large des ouvriers devient qualifiée entre 1962 et 1982, à l’instar de sa base historique Force Ouvrière syndicat – virtuellement majoritaire en 1947[27] - semble se contenter de toujours suivre, alors qu’il tente en réalité de résister contre l’air du temps qui l’étouffe entre stalinisme et libéral-individualisme, entre 1955 et 1968. Il accueille alors les plus distants et se laisse ensuite marginaliser par l’accord C.G.T.-C.F.D.T... Stagnant d’élection en élection, il recule pour de bon, dans les années 80, a contrario de ses résultats nationaux, cible principale ici de la deuxième gauche son ennemie intime trop loin culturellement du deuxième peuple. La S.F.I.O.. reposait sur une base électorale plus vaste mais sur une base militante de même culture, il fallut qu’elle s’ouvre moins au troisième peuple qu’aux militants du bloc chrétien et à l’Unité de la Gauche pour éviter le même déclin. Finalement par le néo-chevénementisme de Joël Batteux, elle survit mieux pour avoir mieux su se métamorphoser que son syndicat nazairien frère et que son homologue politique nantais floué et digéré par le neutralisme attrape-tout du leader municipal Jean-Marc Ayrault assez habile pour faire accéder sur la scène nationale pour la première fois en position de leader un notable nantais mais cela se fait sur la base lisse du consensus euro libéral. On reviendra en dernière partie sur le détail de l’évolution actuelle de ces forces politiques et syndicales.

Dans les Trente Glorieuses, les légitimités culturelles basculent. Les nouveaux ouvriers ne sont plus des paysans d’âge mûr et faillis mais des jeunes gens dont le premier emploi est l’usine. C’est un temps de rejets quelque peu honteux, chez l’ouvrier ou coupables, chez le mensuel, -selon les distinctions de l’ethnopsychanalyse, - des soumissions traditionnelles; à moins que cette bonne volonté d’acculturation soit encore soumission à la culture dominante d’usine. Alain Touraine la repère dès la fin des années cinquante ;  au village on change plus tard, autrement, après 68 dans la famille, après 1974 pour le vote. Nombre de grèves sont des fêtes appliquées d’intégration à un rite nouveau. Dans un article de 1968 publié dans l’ouvrage collectif Carra : Le partage des Bénéfices (Editions de Minuit 1968), notait que la migration en ville des années soixante est l’occasion de lâchages culturels en bloc derrière une bonne volonté anticipatrice du changement.
 
 
PROLETAIRES ET POSSEDANTS DES ANNEES
QUATRE-VINGT DIX
 
Ces deux industrialisations, ces trois peuples, constituent un tissu exceptionnel de différences  avec les autres mondes ouvriers français: Extrêmes, -quel que soit le champ de la comparaison, les départements les aires d’emploi, la Loire Atlantique ou la France entière -, le taux d’ouvriers qualifiés, la masculinité, le tardif confinement domestique des femmes, les possessions dont la maison et le groupe domestique sont le centre, le maintien de ressources extra-salariales. Exceptionnelle aussi, par-dessus tout cela, mais paradoxale, une reprise aiguë de la prolétarisation qu’illustrent le taux de chômage le plus fort de France, l’isolement féminin monoparental, la délinquance, l’alcoolisme. Deux mondes autochtones exceptionnellement, comme cloués au sol, l’un par la possession l’autre par le dénuement.

Mais combien de temps encore la classe ouvrière organisée parviendra-t-elle à intégrer, en son sein, la société dualisante. De se placer ici sur l’échelle de la prolétarisation atténue le dessin des trois peuples. A sa place, une polarisation intense et croissante entre les ouvriers les plus dépossédés et les plus possédants. Dans le syndicalisme, -c’est à dire en quelque sorte dans ce qui reste, avec l’unité locale de la Gauche tant qu'elle fera sens, une classe ouvrière historique -, perdure une configuration du deux contre un héritée des luttes offensives du temps de l’Expansion; mais l’unité défensive reste toujours actualisable ; Dans la vie séparée, en revanche, le principe organisateur est celui des deux derniers peuples s’opposant au premier. Déjà, en appliquant à l’aire nazairienne la formule d’Immanuel Wallerstein décrivant les périphéries de l’économie-monde, le prolétariat n’est plus la classe ouvrière ; ajoutons, les ouvriers multiples ne forment quasi classe ouvrière que lors de ritualisations discontinues imposées par le temps du monde.

Le vingtième Siècle fordien, -défini par l’unité de la production de masse et de la consommation, non de masse, comme le répètent les manuels de la dite science économique-, de multitudes privatisées, effectivement  garantie par le salaire indirect des Etat-Providence -, fut trinitaire ; l’avenir est-il dualiste ? La réponse est dans l'affrontement indécis des procès de re prolétarisation qu'induit la mondialisation et les mobilisations pour l'affronter dans la vie familiale et domestique.

Aucun destin - et à plus forte raison aucune évolution, cette anhistoricité pour bêtes à cornes et sociologues courts-, ne l'adjuge hors d'une histoire ouverte dans l'Etat-nation France, société de et dans la mondialisation, pour autant qu'elle gardera assez de souveraineté pour sauvegarder ses industries navales et aéronautiques face au centre américain ou face à l'ainsi nommée Europe. Cette histoire requiert certes des sujets collectifs qui ici sont toujours bien vivants et d'autant plus que les sujet des formes de vie connaissent et pratique depuis si longtemps l'autonomie dans le bocage ambivalent des vies séparées des sociétés l'ouest français.  (J Réault, Nantes l'excès la ville .in Philographie. Lersco 1986.)
 
 
Entre 1955 et 1965, 80% des ouvriers nazairiens sont devenus propriétaires entre écarts ruraux ou hameaux urbains. "Relative deprivation", difficile à vivre pour les restants. HLM de la Bouletterie en construction La maison individuelle c'est  à dire commune à une famille, est conquise à Saint-Nazaire ( photo  ci-contre) mais surtout à Trignac et à Montoir-de- Bretagne en 1982, 27% seulement des ouvriers nazairiens habitent encore Saint-Nazaire
 
 
Mutations migrations rurbanisation
 
 En 1982, 27% seulement des ouvriers de l’aire habitent encore la ville. La rente foncière urbaine, le recul du travail ouvrier à l’usine, le tropisme du micro-domaine autonome surtout, expliquent cette mutation. Double par définition, l’espace rurbain  semble fait sur mesure pour tous, le nouveau canton de Montoir le résume. Venant de la ville et des champs, ils y sont à tous égards chez eux.

La population ouvrière ayant un emploi stable fond.. lentement, depuis les années quatre-vingt. Plus que 1700 dans le Chantier naval, encore dispersés par l’habitat.. Usine citadine, l’Aérospatiale résiste mieux mais elle est de moins en moins ouvrière. La ville aussi, moins ouvrière que sa périphérie, 37% des actifs contre 39% sur l’aire. La métallurgie dans son ensemble, tissu de la culture ouvrière, garde 13400 salariés en 1986 (16000 en 1982) mais son poids relatif recule lentement[28]. Ces employés dont croit le nombre, voire les techniciens, vivent-ils cependant dans des univers si séparés ?
 
Qualification une appellation moins contrôlée !
 
Les ouvriers nazairiens décomptés dans l’aires sont peut-être les plus qualifiées de France. L’écart persiste entre 1968 et 1982, le taux des ouvriers qualifiés passant de 51 à 71%. De la défaite des métiers à la qualification pour tous? Bizarre! Sous la diffusion d’une classification, un rétrécissement des compétences, de l’autonomie, avec la sérialisation des modules pré construits, Aéronautique, Navale, Bâtiment, unis. La réalité, dans le travail aussi, c’est la polarisation. Le savoir ouvrier migre chez le technicien; et prolifèrent des OP1 que certains chercheurs du Cereq[29] nommèrent  spécialisés qualifiés .Qu’est donc cette qualification  quadrillée par deux fois plus de contremaîtres qu’en 1968?L’autonomie module séculaire ici de la culture du travail recule. La migration des nouveaux ouvriers qualifiés de la périphérie de l’aire vers le centre semble se ralentir malgré la demande de la Navale et de l’Aéronautique. La chimie, l’alimentation, voire le bâtiment se cantonnent dans l’O.S. ou l’O.P. 1.
 
 
LES FEMMES AU CENTRE DE LA DOUBLE VIE
Hommes et femmes au travail
 
On reste dans un monde d’hommes, voire de pères de famille 11, 7% de femmes en 1982, 9, 3 en 1968; Si les ouvriers non qualifiés reculent c’est en se féminisant, 31% en 1962 contre 15 en 1968.Confinées dans l’alimentation et l’habillement, elles fournissent les cohortes de la surexploitation du travail saisonnier lié au tourisme après la disparition de la conserverie côtière. L’ouvrière est périphérique, dans les cantons de Pornic et de Saint-Gildas-des-bois. L’agglomération résiste à la féminisation du salariat, paradoxalement moindre à Saint-Nazaire qu’à Saint-Père-en-Retz et Saint Gildas. Sur trois cent quatre vingt zones d’emploi en France, la nazairienne est dans les trente plus masculines.35% de femmes seulement dans les salariés; seuls le Var, le Pas de Calais, la Corse font moins.
 
Un ménage mono professionnalisé rationnel ?
 
Pour comprendre cette situation, il faut briser le fétichisme du marché du travail. Même si prend un instant le marché pour ce qu’il se donne, l’offre de travail sexuée et bornée n’explique pas tout. La structure de la demande
compte aussi. L’offre renvoie à l’accumulation localisée du capital. Il a littéralement plu des emplois féminins non qualifiés dans tout l’Ouest entre 1950 et 1980; pourquoi pas là? La demande nous ramène à l’autonomie ouvrière dans son groupe domestique centre de vie, à la norme populaire des formes de vie. Sa base est à la fois culturelle et économique, dans des modes de reproduction. L’indicateur d’activité de la conjointe de 1982 très loin de la normalité française résume tout, indiquant où il faut creuser: dans les groupes et les territoires de vie, sous le marché du travail.
 
 
Dans l’Ouest qui fut un monde de contr'hégémonie rurale où primait l’élevage bovin qui marque encore l'agriculture post-paysanne, et intégrant séculairement le travail des femmes, l’aire se singularise par la convergence, en un écosystème de reproduction de compromis, des traits bretons moins activistes et des modèles ouvriers pluriels[30]. La civilisation briéronne  lie foncièrement l’activité productrice des femmes et le sol domestique. Si l’ouvrier-paysanne se fait rare et périphérique(8) la production domestique ne disparaît pas. Les cultures prolétariennes centrales, -et cela vaut aussi pour le professionnel nazairien classique-sont attachées à la femme -disponible pour les hommes -, ostentation de leur capacité virile à l’entretenir, mais économiquement stérile, réduite au marché des ménages et à la garde d’enfant .Plus traditionnel, mais d’une tradition activiste, le troisième peuple est plus moderne mais l’emploi précaire et sous-payé fait de la production domestique ajoutée au salaire indirect le choix le plus rationnel.

De l’avantage ambivalent au handicap double: revenu ou demi-revenu ?

La femme au foyer renforce ses échanges lignagers sur l’axe mère-fille accentuant la clôture culturelle du couple, alors que s’il est double actif, le couple ouvrier est un peu biculturel. Employée ou paysanne la conjointe favorise une culture des mobilisations privées (scolaire ou patrimoniale) à côté(ou à l’encontre) des attentes collectives, étatiques du prolétariat où, la femme au foyer redouble le ghetto culturel[31].

Le troisième peuple culturellement activiste (surtout au sud de la Loire), selon note typologie des formes de vie ouvrières (1989 Lersco) ajoute la salarisation des femmes à l’autoproduction, pour construire ou consommer même si c'est aux dépens de la scolarisation des enfants poussés jeunes sur le marché, trait culturel de l'ouest intérieur, relayé ici par l'ancienne hégémonie de la culture prolétarienne.

Ces modèles ne sont pas en l’air, ils font système avec les structures bien réelles, quoique secondaires et déterminées: l’offre d’emploi et la division du travail mais aussi les hauts salaires ouvriers, après 1955.Revenu central, le salaire masculin[32] est supérieur aux salaires nantais et bien placé nationalement. Les professionnels de la Navale et de l’Aérospatiale s’entraînent mutuellement; les autres ouvriers qualifiés suivent  selon les périodes, ou dans la pétrochimie, précèdent. Ces hauts salaires relatifs ont permis de retarder la salarisation des femmes d’ouvriers qualifiés de la ville non possessionnés, à plus forte raison celle des femmes de prolétaires inachevés du centre briéron.

Si l’exigence moderne de libération ou la course au revenu ne parviennent pas à combler le retard du travail salarié des femmes, c’est par ce verrouillage, scellé par la reproduction culturelle de rôles sexuels anthropologiques dans la famille, dans l’enseignement privé féminin, et par les bénéfices secondaires qu’en retirent les hommes. Attirer là le Tertiaire de bon niveau qu’évoque le Comité de Bassin de Saint-Nazaire, supposerait une demande fémininine féminine modernisée, individuée, non résignée au seul choix effectif actuel : le travail borné, sous-qualifiée, dominé voire saisonnier. L’autonomie des cultures ouvrières tourne là au cercle vicieux et approfondit l’écart inter-ouvrier. La femme d’ouvrier possédant, productive chez elle ne se déclasse tant qu'elle se protège du salariat. La femme prolétarienne dont le conjoint chôme en majorité, scelle le déclassement du ménage par son confinement.
 
Familialisme ? [33] Stabilisation/précarisation et isolement
 
En 1982, parmi les ouvriers de Loire Atlantique, c’est l’homme ouvrier nazairien qui vit le plus en famille nucléaire;  87 % des ménages dont la personne de référence est un ouvrier. Le couple est la règle, la famille est au centre de sa vie, sa maison bien mal dite individuelle, est à tous égards familiale. C’est la belle façade, illusion statistique qu’induit la polarisation sexuée des formes de vie! Le foyer monoparental, comme la vie isolée touchent d’abord les femmes-mères, ex-épouses, filles des ouvriers; mais quand elles sont actives, ces femmes sont pour l’essentiel, employées. Sauf la petite troupe travaillant à l’usine, la femme séparée ou divorcée perd l’indexation ouvrière attachée au travail du mari. Dans un tableau statistique, la précarisation des familles ouvrières est d’abord transférée par la catégorie socioprofessionnelle employés. Si l’épouse séparée n’a pas d’emploi, elle disparaît de la visibilité sociologique accrochée aux catégories socioprofessionnelles d’actifs.

L’habituelle description de surface crée l’illusion d’une famille ouvrière stable et rassurante alors que c'est - forte intuition d'André Siegfried, la propriété, religion séculière intégrée à la religion céleste, mais survivant à son délitement, qui la tient. Bel exemple de fétichisme statistique ! Pourtant les foyers monoparentaux sont plus fréquents ici que dans l’aire nantaise plus urbaine ! Les Employé(es dans leur ensemble-et pas seulement comme face cachée des mondes ouvriers (avec les chômeurs et les femmes seules sans profession marginalisées), sont exclus en majorité de la normalité familiale nucléaire vécue comme conjoint; vivant en monoparents ou isolé(e)s ou en mineur(e)s domestiques chez leurs parents. L’effet de protection relative à l’égard de la dissolution qu’apporte au couple la propriété familiale et la ruralité, est encore visible mais s’émousse. Prolétaires et possédants tendent à se ressembler dans la nouvelle précarité, celle du couple.
 
 
LES PROLETAIRES INACHEVES[34]
 
[2011] Nous avons formulé en 1977, dans une publication du LERSCO-CNRS, la problématisation qui constituera le socle de nos études ouvrières,
( quoiqu'elle puisse être importée à tout ensemble populaire travailleur, salarié ou à son compte dans l'histoire de l'accumulation du capital, de la prolétarisation inachevée, qui s'inscrit nécessairement dans une théorie plus générale et des typologies (1992- 2001 et sqtes) historiques de la prolétarisation. Ce texte s'intitulait déjà "La prolétarisation inachevée", les salariés de l'aire d'emploi de Saint-Nazaire." Cet article en constitue l'application empirique la plus achevée à l'échelle d'un milieu historique au sein des sociétés de l'Ouest français. C'est par la double approche des formes de vie (1989), et du vote politique (2007-2011) que nous l'avons systématiquement étendu à l'ensemble de la société française déjà en proie à la mondialisation.
 
Village de la Brière Eaux-fortes de J-E Laboureur, 1932
 
Les prolétaires inachevés nazairiens ne sont pas seulement des ouvriers que l’accumulation du capital n’a pas dépossédés jusqu’au bout ce qui les rend fréquemment éloignés de l’action de classe comme l’analyse Immanuel Wallerstein[35];  ils cumulent depuis deux générations au moins les mobilisations collectives et les mobilisations privées. Le groupe domestique n’est pas ici pure unité de consommation mais centre de mobilisation privée et de productions marginales si multiples qu’elles ne le sont plus. La maison sur son terrain, objet de tous les efforts, n’est pas seulement jouissance mais cadre et moyen de travail, cellier, lopin, garage-atelier.

Quel ouvrier nazairien non prolétarien ne travaille pas hors du travail ? Le type idéal du briéron classique est loin d’être figure du passé l’ouvrier paysan fiscal de la périphérie reste plus fréquent dans l’aire que dans le reste du département. La forme plus légère de l’ouvrier paysan au noir, perdure près du centre rurbain, par exemple, encore en 1985, à Saint-Malo-de-Guersac. L’entourage écologique, l’héritage technique polyvalent expliquent l’importance de la pêche, de la cueillette marine, de la chasse. Sur le marais, le fleuve, la mer, une production souterraine générale et systématique, souvent marchande. Même si l’on fait abstraction des compléments monétaires marginaux de revenus, l’ensemble des autoproductions domestiques masculine ou féminine et des échanges, à l’intérieur du lignage, de biens et de services se cumulent en un massif évitements du marché. Les liquidités monétaires dégagées permettent le projet la stratégie patrimoniale ou potentiellement scolaire.
 
L’homme à la barque Eaux-fortes de J-E Laboureur, 1932
 
 
Après le petit train la voiture ou l’autobus ont intégré les briérons à l’activité urbaine.
 
 
L’ouvrier petit-patrimonial, la vallée des castors et le HLM
 
Le patrimoine ouvrier est d’abord hérité, d’origine paysanne ou artisane. Les pères et grands-pères agriculteurs sont plus héritiers, plus propriétaires que leurs congénères départementaux: presque vingt points de plus que ceux de l’aire de Châteaubriant. En Brière centrale, le fonds paysan, passe entier en mains ouvrières. En 1962 les ouvriers sont ici plus propriétaires que les cadres. En 1982, malgré le prolétariat central, les ouvriers et employés restent plus souvent héritiers de leur maison que les cadres supérieurs ou moyens. Mais le patrimoine c’est d’abord ici, et de tous temps, une mobilisation, pas un attribut passif.

L’extrême mobilisation pour l’accession, bénie par l’Eglise, invoquée par l’Etat, souvent induite par l’entreprise, fut d’abord familiale. Débauche de travail même si le capital d’enracinement  s’ajoute à cet effort: le réseau du lignage rural aide et prête[36]

En 1982, 45% des ménages ouvriers sont ici accédants (28% sur la France), maximum absolu sur quatre vingt quatorze départements. L’accès au micro-domaine domestique est ici le modèle même de la vie accomplie. La maison-domaine est but, la propriété moyen. 60% sont propriétaires (43% pour la France ) mais 72 % maîtres de maison individuelle, autant que les cadres supérieurs, 94% en périphérie. En un siècle le modèle est devenu la norme. Pour tout l’Ouest de l’industrialisation des Trente Glorieuses, ce fut la vraie grande affaire ouvrière. Etonnante entrée en classe ouvrière par la propriété, pour le flux des fils de paysans souvent eux mêmes sans terre.! Mais le caractère exceptionnel de l’aire c’est le cumul de l’héritage, l’intensité de la mobilisation, et l’engagement auto constructeur. En 1990, on n’est plus que marginalement constructeur mais on reste, à vie, transformateur[37] Le H.L.M., -moins de 11% des résidences principales représente ici, pour le chef de famille stabilisé, le stigmate spatial de la prolétarisation achevée, de la vie privée de toute autonomie... La proportion de ménages anomiques, d’isolés de femmes monoparentes y est très forte, intense la délinquance. 
 
L’ambivalence de la possession
 
Haut (ou double) salaire, maison séparée, sol cultivé, construction récente, disposition minoritaire mais croissante de deux voitures voire d’une résidence secondaire... les plus avantagés, les plus mobilisés auraient-ils tout pour eux ? Trop d’écart révèle une tension intime. Nationalement l’accession corrèle avec l’alcoolisme et, dans une moindre mesure, le suicide[38]. L’invasion du temps libre par le travail immédiatement productif pour soi devient obstacle à l’investissement plus vital, la scolarisation, la formation continue. Le chômage, l’effet pervers de la désinflation sur les traites, la précarisation croissante des couples touche ce fragile équilibre. La somme de ces tensions c’est aussi l’intensité de la délinquance. Finalement la mobilisation domestique obsessionnelle peut produire ou rejoindre ce qui constitue sa négation: l’attentisme prolétarien et l’abandon aux processus économiques.

Depuis vingt ans toute cette mobilisation a modifié le paysage de l’aire. Trignac a fait un bond vers la propriété mais c’est surtout par ses nombreux immigrants récents arrivés des villages autant que de la ville;  certains prolétaires anciens qui restent locataires se sentent, eux, un peu moins chez eux[39]. Quant au prolétariat de la ville de Saint-Nazaire, il reste toujours aussi oublié. Le succès des uns contribue à enfoncer les autres. L’écart à la nouvelle normalité de classe devient stigmate supplémentaire. Difficile à vivre pour les restants !
 
 
QUEL QUATRIEME AGE NAZAIRIEN ?
 
Dans toute l’aire, sur le temps long du vote social entre 1935 et 1987, l’essentiel, malgré un recul continu, c’est la force et l’équilibre relatif des syndicats; c’est aussi la rupture de cet équilibre par l’ascension du bloc chrétien : 23, 5 % de voix de l’industrie en 1935, 42, 2 en1982 mais 41 en 1987 (pour la somme C.F.T.C..-C.F.D.T..) ;  le bloc laïc résistant autour de 55%.

L’ascension du bloc chrétien suit l’arrivée des dépaysannés, s’interrompant quand cesse la création d’emplois masculins. La tertiarisation des années quatre-vingt ne modifie pas l’équilibre sauf en contribuant au recul de F.O.. gardienne du métier masculin. L’entrée des femmes dans le salariat dessine les futurs rapports de force. Non par un clivage culturel hommes-femmes mais par l’ampleur et la rapidité de la contribution des trois peuples à ce dernier flux. Le bloc laïc, handicapé, progresse pourtant (par la C.G.T.) dans la campagne activiste.

Le maintien de la croissance chrétienne dans le centre rurbain est plus ambigu. Est-ce un renfort d’ouvriers d’un bloc laïc miné par l’accès à la propriété? L’effet patrimoine défavorise le communisme mais ne transforme que lentement les mentalités. Notre étude sur les années soixante, soixante-dix montre le lien étroit du bloc chrétien avec la propriété mais seulement dans son ancrage et sa genèse rurales, nous savons peu de choses des citadins. Le lien social du laïc est d’abord culturel avec l’école publique, et écologique, ancré sur l’estuaire et la côte. Les gains C.F.D.T.. dans le canton de Montoir et en ville procèdent en fait des migrations et du chômage sélectif vidant les usines des voix du premier peuple.

Avec l’épuisement du vivier paysan un simple chassé-croisé spatial relaie-t-il l’ascension du bloc chrétien? La défaite de la CGT. aux Chantiers en 1990 est-elle stratégique ou simple mouvement d’humeur de fin de grève ratée? Indécidable! Mais le jeu profond des blocs ne résume pas la réalité. La perte par F.O. de 24% de ses voix en dix ans menace la structure trinitaire de direction du mouvement social installée en 1947[40] comme expression des trois peuples. Sans cette trinité on changerait d’ère[41].

L’aire condense intensément l’immense mutation du  passage à gauche des salariés de la dernière industrialisation transférant l’unité syndicale rêvée en politique réalisée. Au vu des chiffres  de premier tour, le gain parait minime (43, 7% de voix à gauche sur l’aire en 1946, 48, 1 en1978). Mais le vrai point de départ est dans les 29% de 1958 .Si la Gauche de la ville ou de Trignac ne retrouve jamais les résultats plébiscitaires qu’obtiennent leurs maires en 1946, les cantons de la périphérie changent de monde (Herbignac passe de 20% en 1946 à 49% en 1988 au premier tour).

Le sud résiste davantage mais la Brière centrale tend vers l’unanimisme avec 65, 3% en 1988. Les étapes du passage sont attendues -personnalisation présidentielle du vote, Unité de la Gauche-et inattendu, le lien aux grèves extrêmes; ainsi en janvier 1956 et en Juin 1968, où, cas unique en France, le passage ne s’interrompt pas. Le bloc chrétien tire ici le mouvement de mai et renforce la S.F.I.O.. et le P.S.U...[42] La politique ouvrière fut ici bipolaire culturellement (droite et centre droit contre Gauche ) et trinitaire du point de vue partisan (M.R.P... S.F.I.O.. P.C.).L’éviction du M.R.P.. en 1964, l’entrée du bloc chrétien dans le P.S. mènent au bipartisme apparent;  mais c’est dans un P.S. devenu bipolaire qu’il faut suivre le chemin des deux blocs.

L’ultime question est aujourd’hui le maintien même du bipartisme dans une gauche survivante dévorée par une social-démocratie devenue libérale et européiste[43].

Le premier peuple lâche le P.C. qu’il avait rejoint entre 1946 et 1950. Le communisme originairement faible, était resté ici conquérant (c’est la S.F.I.O.. qui reculait avant la greffe chrétienne). Il culmine à 15,3% des voix sur l’aire en 1978 date d’apogée des sites ruraux. Trignac et les cités ouvrières de Saint-Nazaire, fiefs d’un premier peuple si proche lui même de la logique de citadelle assiégée, lui donnent un étonnant maximum de guerre froide en 1951. Liées à l’ancienneté ouvrière, ou à la clôture culturelle, plus qu’à la dépossession, les voix des martin-pêcheur du Croisic et du  noyau briéron culminent en janvier 1956 en Brière, dans le fil de l’épopée de 1955, ou en 1978 au Croisic.[44].

Le reflux se noue  entre 1978 et 1981. Mais, paradoxe, l’effondrement vient de la ville : 7, 5% des voix en 1988 au lieu de 23 en 1978. Les prolétaires en voie de re-prolétarisation lâchent plus le Parti que les briérons possédants étudiés par Julian Mishi. Trignac autonome et homogène maintient la fidélité malgré la relative entrée en propriété de ses prolétaires. Dernier verrou ou base d’une reconquête ? On a  l’habitude, ici, de l’isolement.
 
Le moment actuel (années 1990) [45]
 
Le moment actuel semble celui d’une homogénéisation par la propriété, l’école, la professionnalisation des femmes. Les deux blocs culturels avaient en commun une sorte d’anarchisme ethnocentré et localiste. La référence verbale à l’universalisme des Lumières pour les uns, à celui du Christianisme pour les autres, devient active lors des Trente Glorieuses derrière les militants d’un communisme conquérant et d’un christianisme anticipant ici Vatican II. L’un et l’autre s’éloignent avec l’affadissement des utopies les réflexes petits possédants.
 
Restent deux mondes interactifs plantés là.
 
 
Vers un conservatisme ouvrier ? (2009)
 
Mais ce quatrième âge  nazairien est aussi celui d’une polarisation accrue. Les vrais prolétaires et quelques autres basculent, hors de l’intégration de classe, dans la marginalisation. Entourés par l’aisance et la patrimonialisation de leur ex-classe, ils cumulent l’héritage sans terre, ni toit, la sous-qualification du travail, la précarisation de l’emploi et désormais celle du couple, l’érosion de la solidarité dans les espaces urbains qui n’intègrent plus, l’exclusion de l’école longue et du travail même. Ils sont les seuls à ne point avoir de peuple d'accueil. La fin de la migration paysanne en ville, son accélération à l’entours, son inversion même brouillent les cartes.

La partie mobilisée du bloc chrétien va-t-elle ici s’identifier au modernisme concurrentiel ? Qui saura garder un lien entre les peuples éclatés, entre le prolétariat nouveau et l’Etat, la société ?

L’identité ouvrière garde, comme dans la relativement homologue Manchester, une grande force ;  sa mobilisation reste culturellement possible mais la scission matérielle et sociale s’approfondit, au sein de l'ex (?) classe ouvrière, entre le premier peuple et les autres. Le décrochage du communisme dans la ville annonce-t-il la régression populiste xénophobe ? Le capitalisme tempéré a-t-il un horizon nazairien écrivions nous en 1991. En 2009 la question devient jusqu'à quand ce qui reste d'Etat français non asservi à l'appareil libéral européen paravent d'une nouvelle grande Allemagne, protégera-t-il la construction navale déjà happée par un capital étranger ?

Combien de temps ce même Etat tiendra t-il face à une Allemagne que l'on a laissé imprudemment et contre les Traités récupérer une industrie aéronautique et qui désormais parle haut du sein de ses intérêts nationaux réaffirmés sans complexe pour prendre l'hégémonie dans une EADS dont Hambourg serait la capitale ? Avec l'immense crise systémique qui s'installe et sur fond de réalignement de la France sur le système américain déclinant, via l'OTAN, la défense plus globale d'une aéronautique européenne redevient problématique ;  les américains n'ont qu'à laisser couler le dollar face à l'euro des vieux rentiers de l'Europe sans enfants pour que l'aéronautique européenne s'effondre.

Plus que jamais l'avenir ouvrier de Saint-Nazaire est dans tous les sens du terme, populaire, dans le vif tissu des solidarités infra populaires locales, dans la défense acharnée d'une souveraineté nationale, seule cadre de résistance conséquent face à la prédation générale que, plus encore que la mondialisation sa crise sans issue pensable, ne peut qu'hystériser. Et nous n'en sommes qu'aux débuts.      (2008-9) A la question de 1991, il faut désormais intégrer les métamorphoses apportées par le temps désormais toujours plus structuré et structurant de la mondialisation (réversible ? 2009). Les catégories politiques du 19° et du premier vingtième sont devenues caduques et leur sens radicalement inversé. Le mouvement que les progressistes survivants continuent de déifier les yeux opacifiés par l'idéologie fossile, n'est rien d'autre que le procès même de la mondialisation accéléré et verrouillé par les politiques de "réformes" de ses serviteurs politiques, euromondialistes affichés "à droite", eurolibéraux honteux "à gauche".

Le conservatisme, sur les acquis sociaux juridiques contractuels, et sur la maintenance des fondamentaux anthropologiques de la common decency, a désormais sens, subversif, de résistance. C'est ce que les euro-mondialisés tentent d'exorciser comme "populisme"...Hommage du vice à la vertu, cette résistance est effectivement  d'abord populaire. A la problématique tendancieuse du conservatisme ouvrier pourrait bien désormais devoir se substituer celle d'une résistance, par définition plus large que celle des appartenances liées au seul travail. Pourquoi ne pas conclure sur cette perspective, qui est celle de notre "les  ouvriers de la classe au peuple".
 
Vers une résistance populaire ?
 
Toutes ses composantes doublement enracinées ici dans le territoire et la mémoire, y compris celles des "luttes" possibles, sont réunies. Le sujet nazairien n'est pas mort, loin de là. Certes il n'a pas de nom conceptualisable encore... Un diktat sociologique ne saurait brusquer l'histoire plus que jamais ouverte. Le quatrième flux, celui des femmes, sera-t-il à son tour porteur de l’esprit de l’aire entière ou se contentera-t-il de reproduire les anciens partages des trois peuples ou des deux blocs et cela se fera t-il aux dépens de l’insularité[46] ? En 2009, il ne semble pas que n'en déplaise à beaucoup de prêt à penser politiquement correct, la généralisation, encore relative cependant eu égard à l'Ouest intérieur ou à la région parisienne, de l'activité des femmes tout au long de la vie, ait apporté un esprit spécialement nouveau. Ce quatrième flux ne saurait évidemment être un quatrième peuple.

Tout le moins peut-on dire que cette prolétarisation accrue du ménage populaire constitue en cas de cataclysme économique et de chômage thatchérien facilitera une survie adaptative plus ou moins provisoire. Dans ce viril univers breton et productif, l'acceptation culturelle d'un entretien des hommes par les femmes est un impossible. L'hypothèse du pire (jamais sûr comme on sait) pourrait aussi être celle d'une insurrection. Saint-Nazaire est de ces viviers de vitalité populaire de temps très long de l'histoire de France que trente ans de mondialisation et de régression sociale et économique ne sauraient avoir tari. Et si devait resurgir selon l'expression de Roger Dupuy, une "politique eu peuple", elle pourrait peut-être y retrouver un bastion. Les évènements de janvier 2009 en sont peut-être (ou pas ? ) le prodrome.
 
 
 
 
NOTES
Les ouvriers de Saint-Nazaire ou la double vie
 
[1] L'étude de l'aire ouvrière de Saint-Nazaire (Ouvriers  de l'Ouest II) se présentait dès son élaboration  en 1990-1, d'abord comme une monographie territoriale contextualisée, terrain-microcosme quoique singulier des ouvriers des sociétés de  l'ouest,  mais plus encore peut-être comme expérimentation, mise à vif  sur une personnalité collective historique, de la théorie de la prolétarisation qui constitue un axe de longue durée de nos travaux ouvriers depuis 1977. Nous l'avions délibérément minorée dans le texte de 1983. Ce texte d'une réédition en 2008 des ouvriers nazairiens (devenus de Saint-Nazaire pour cause de lisibilité par les moteurs de recherche) est largement remanié et complété dans son essai introductif et dans sa dernière partie et dans ses notes, Si ce travail repose d'abord sur un lourd défrichage et des élaborations statistiques et ethnographiques de première main, notre dette envers un très grand nombre de travaux est manifeste. Impossible de les détailler ici sauf les lus référentiels qui nous ont le plus nourri : Marthe Barbance, Nicolas Faucier, l’AREMORS,  Bernard Hazo, Louis Oury, et, surtout le Chanoine Vince dont le, Entre Loire Et Vilaine nous donna les pistes les plus féconde. Pain de l’analyse de première main, les documents des Unions Locales, les interviews de dirigeants (Paul Malnoë, Jean Lescure, Robert Bigaud) de dizaines de militants, avec l'aide de Patrick Delasalle, les séries et analyses l’I.N.S.E.E., du Comité d’emploi Bassin de Saint-Nazaire, la presse locale, Statistiques et Développement de l’INSEE des Pays de Loire. On s’appuie aussi sur nos travaux antérieurs avec Patrick Delasalle, publiés depuis 1977 ou en cours au Lestamp-Association et Habiter-Pips (Université de Picardie Jules Verne), et sur les travaux  menés dans le cadre du L.E.R.S.C.O. par Jean Pierre Fleury, qui nous emprunta sa grille d’analyse spatiale de la Brière, par Jean-Paul Molinari appliquant au recrutement communiste notre problématique de la prolétarisation, par Christian Morinière pour le regard d'économiste. Il n’est pas question d’actualiser tout ce qui s’est publié depuis la première édition de cet article sans notable renouvellement. Mentionnons une exception importante, pour la mise en œuvre d'une totalisation historique et un sens des complexités devenu si rare en sociologie politique, Julian Mischi, Traditions politiques locales et communismes ouvriers. L’implantation du Parti communiste français dans la région de Saint-Nazaire AREMORS. Saint-Nazaire 1998, et Entre le marais et l'usine Mise en scène briéronne du communisme dans la communauté ouvrière et rurale de Saint-Joachim. Institut d'Etudes Politiques Grenoble 1996. Il a depuis également publié un article sur la chasse ouvrière et élargi l'analyse à la politique populaire en milieu rural, thèmes que nous avions développés sous forme d'une communication aux journées du Lestamp de 2001, Acculturation des milieux populaires sur une double analyse de la chasse en Basse Loire et des données départementalisées de la chasse et du mouvement CPNT depuis son apparition aux élections européennes de 1984. Cette communication intervenant au moment où l'Université de Nantes nous privant des moyens matériels d'exister comme laboratoire, ces journées, dont le traitement de texte nous fut dérobé, n'ont jamais été éditées,
 
[2a] Un chantier (canterus, pièce de bois, cheval de bois, celui de Troie fut aussi un chantier) n’est jamais originairement qu’un échafaudage d'abord de bois quelque peu géant et spectaculaire qui étaie une construction ;  celui qui y travaille est toujours quelque peu acrobate et sa vie exposée quotidiennement à une nature sans aménité et toujours dans l’imaginaire réalisable de la chute mortelle ou de l'écrasement. Le chantier, construction toujours fugace, est un comme un cirque profane ou nul public ne vient pour frémir ou applaudir hors la liturgie restitutive finalement du lancement ou de l’inauguration. 

[2b] En un an étaient apparus 2000 chômeurs à Saint-Nazaire, plus de 700 dans le village de Trignac et autour de 400 en Brière. Le leader de la CGT Jouhaud qui s'exprime à Nantes, Jouvence, dénonce "l'absurdité du système capitaliste destructeur de biens, organisateur de gâchis, qui détruit le blé, laisse le charbon dans la mine, alors que tant d'êtres humains souffrent de froid et de faim"? C'est localement oublier la prolétarisation inachevée qui permet la survie des villageois et des ruraux, mais le contexte mondial devient lui tragique, 7 jours après l'arrivée des nazairiens à Nantes, Adolf Hitler devient chancelier du Reich.
 
[3a] Pour la fonction qu’incarna le premier maire de la Section Française de l'Internationale Ouvrière (SFIO), François Blancho, voir Marthe Barbance, Saint-Nazaire, Le port, la ville le travail, Crépin-Leblond et Philippe Le Pichon in Ecomusée de Saint Nazaire, Saint-Nazaire et la construction navale. 1993)

[3b].Sur la singularité et la singularisation en miroir de Nantes avec qui les militants nazairiens furent, dès la refondation portuaire et industrielle de Saint-Nazaire autour du port et de la construction navale, en concurrence à la fois antagonique et mimétique, voir J Réault, Nantes L'excès-La-Ville. Un essai d'identification in Lersco, Philographies. Nantes ACL Crocus 1987. Dès la première édition de ce texte dans La Tribune de Loire-Atlantique l'orwellienne année de  1984 (signé Lauter), nous profilions une ville aux ouvriers chassés  vers les confins de l'agglomération ou intégrés à ces "moyennes" couches  salariées, improbables héritières des flamboyants excès. En 2008. Ce sont bien les cadres très insuffisamment nommés, tertiaires, mais aussi patrons et les clientèles de l'Etat culturel décentralisé, si puissant ici, qui tiennent idéologiquement la ville. Voir sur l'interférence entre un secteur économique culturel pléthorique et les pouvoirs locaux, Guinebreteau et alii..(Economica 2004), Nantes, de la belle endormie à la capitale culturelle de l'Ouest et notre communication ( De la Basse-Loire au Lieu Unique, sublimation ou inversion culturelle), au Colloque du CEFRESS à Flixecourt, Friches industrielles et mémoires : du paternalisme aux réhabilitations, 22, 24 mars 2007 Université de Picardie Jules Verne
 
[4] Le salarié typiquement anthropologique autant qu'historique, de la fulgurante analyse de Marx. Réduire le salarié à la figure d'une aliénation (sauf la réduire au sens de vente  - de sa force de travail - c'est ignorer et la contradiction dans l’essence même des hommes en rapports sociaux et l'intelligence d'un  Marx souvent plus fasciné par le réel que par son latent marxisme.
 
[5] 2006. Sur ce thème depuis 1983, le maître-livre de Roger Dupuy, La politique du peuple. XVIII°, XX° siècle. Racines, permanences et ambiguïtés du populisme Albin Miche2002
 
[6] Bobos ? David Brooks, Les bourgeois bohèmes . Le Livre de poche 2000. Le terme désigne en France "l'upper"  classe culturelle (Todd 1998) cumulant tous les avantages de salaires, de position centrale urbaine, de monopolisation des scènes médiatiques, drapés dans la référence plus que l'appartenance, « de gauche », l’empire du bien moralisateur, caritatif sous caméras, européiste voire mondialiste ... et surtout l'antipeupliste. (E. Todd, L'illusion économique Seuil 1998). Sous son règne, l'insulte de la disqualification politique est "populisme"
 
[7] Bobos inséparables des classes parlantes, selon l'expression du chanteur et critique culturel Jacques Bertin dans ses chroniques de Politis:  En deçà des étranges écrans médiatiques, la finance mondialisée, et toutes sa nébuleuse de médiateurs idéologiques et cultureux, déverse, pour mieux dissoudre les sujets politiques, la souveraineté du fantasme (P. Legendre) vers ceux qu'elle infantilise, irrationnalise, désinstituant ceux qui se croient citoyens. Leur arrogance de monopolisateurs des scènes leur donne l'illusion d'être les maîtres d’une nation désymbolisée et désinstituée (Dany-Robert Dufour), quand ils ne sont peut-être que les prédateurs relatifs et résistibles de ses mémoires, de sa langue, de ses cultures et des institutions tout ce qui peut  représenter des sujets de l'histoire et permettre de résister à la mondialisation. La toute puissance est leur principale imposture, souvent relayée par un verbalisme gauchiste ancré dans le bourdivinisme momifié dont l'affichage critique radical les éternise par l'idéologie fixiste de la reproduction. Chaque vote pourtant contredit leur pouvoir sur les esprits non massifiés, c'est à dire l'immense majorité des adultes travailleurs, de 1992 à 2007(?) en tout cas 2005, à l'instar des vagues de révolte que ce peuple engendre pour le moins du printemps 1789 au solstice d'hiver de 1995 (.2006-8)
 
[8a] On ajoute ici le pluriel au concept d'anthropologie historique de Roger Dupuy.(Op.cit).

[8b] Sur l'évènement évoqué, l'effondrement de la passerelle servant à la visite du navire terminé, lire le très bel article du 22 mars 2009 (sur de multiples sites Web) de Luc Douillard, dont la pertinence double anthropologique s'impose dans une société de la mondialisation c'est à dire de la servitude (Guy Bois), au ou à proximité du supposé pays de la soumission. Son titre et son texte sont disponibles, Une cause méconnue du drame de la passerelle du Queen Mary : la sécurité-gardiennage ? La soumission à l’autorité ?
 
[9] Porte immédiate de l’Aquitaine antique, par la profonde Vendée et ce troublant Pays de Retz, le Pont de Saint-Nazaire merveille de puissance aérienne, arabesque au dessus de la vaste copulation de la Loire et de l’Océan, Pont de La Roche-Bernard sur la Vilaine, frontière très magique d'une renaissante celtitude de prospérité.
 
[10] Le groupe financier EADS qui englobe Airbus industrie n’existe en dernière instance que grâce aux ambitions flamboyantes de l’apogée du Gaullisme (entre Le Concorde et Ariane) n’a-t-elle pas son siège en Hollande et quatre autre composantes nationales,  allemande, anglaise, et espagnole ?
 
[11a] 2006.Les transformations inséparablement techniques/économiques  offrent un registre où l’on peut invoquer une évolution (et encore en évacuant l’historicité du rapport du mode de production à l’usage sélectif des technologies via l’organisation. Pour le reste décidément, pensons histoire, territoire et entre les deux, anthropologie.

[11b] Classe ouvrière ? Anachronique référence, (Voir newsletter www.sociologie.cultures, notre introduction à Où en est la classe ouvrière Pour un lieu commun des sciences sociales. Qui plus est en novembre 2008 ! Certes, et déjà en 1991  lorsque nous écrivions  cela ; mais s'il reste une ville en France encore hantée, donc habitée encore par cet immense sujet historique qui dura deux siècles, ce ne peut-être qu'ici où c'est la Loire qui irrigue toujours l'atlantique économie-monde. La Loire emporte mes pensées? Mais sommes nous si loin dans l'homologie des conjonctures, de l'Aragon des Ponts de Cé de juin 1940 (Les Yeux d'Elsa, Seghers 1942, 1962). La Forme pourrait-elle sans lui encore engendrer ces navires si fascinants et si identifiants pour toute une nation, que les quasi gouverne -ments d'un pays à souveraineté limitée de la poreuse Europe, sont contraints, N Sarkozy compris,  de se porter encore garants de sa pérennité.
 
[12a] L’aire d’emploi de Saint-Nazaire révélée sous la grille administrative, fédère, sans les effacer, les anciens pagi gaulois, cantons, virtuellement pays (pagi) La configuration de l’aire a varié depuis que l’on perçoit les réalités sociales par cette médiation vers 1967 au tournant récessif des Trente Glorieuses ; Notre méthodologie statistique passant par les unités locales cantons et communes, on a u en passer par le quadrillage spatio-administratif. Il faut faire d’entrée une réserve. Socialement et culturellement, la singularité du Sud de la Loire en Pays de Retz déjà aquitain, est très forte et l’intégration à une culture unique d’aire beaucoup plus problématique - sauf au bord de l’eau - que celle des cantons plutôt bretons du Nord même lointains. Ainsi le canton morbihannais de La Roche-Bernard fait encore partie de l’aire en 1968, pour ses migrations alternantes présentes mais aussi pour ses liens historiques anciens, alors qu’on peut hésiter sur celui de Bourgneuf au sud dont même les migrations alternantes restent faibles avec le Centre urbain. Dans une étude de 1977 nous l’avions conventionnellement exclu. Le pont a fini par la réintroduire. En 1968 on a donc dix cantons en Loire Atlantique (onze si on compte Bourgneuf) sept au Nord, trois au sud. Au total 54 communes. En partant du centre, le centre urbain-rurbain d’abord c’est l’ancien vaste canton de Saint-Nazaire, auquel on peu adjoindre celui du Croisic et la fraction côtière de celui de Guérande. On a ensuite le centre rural anciennement salarisé (la Brière dépecée, sans doute intentionnellement, par les cadres administratifs, autour de la commune de Saint Joachim à l’ouest du canton de Pontchâteau), et le canton de Guérande de 1990. Au Sud le canton de Paimbœuf a d’anciennes proximités fonctionnelles avec le centre nazairien ; le canton de Pornic est le pendant sudiste de celui du Croisic. Les périphéries sont constituées au Nord par les cantons bretons gallo ruraux de Saint-Gildas-des-Bois et d’Herbignac de surcroît maritime et des cantons de Saint Père et de Bourgneuf au Sud. Pour les phénomènes de bloc culturels nous isolons fréquemment les cantons côtiers de Pornic et du Croisic pour la résistance laïque de leurs communes maritimes, des cantons ruraux du sud pour leur cléricalisme. Souvent les faits culturels et sociaux induisent un regroupement du centre urbain et des cantons côtiers. Les migrations intenses ont atténué ces contrastes. Le canton de Savenay est plus marginal périphérique par le nord et polycentré par l’est où l’influence nantaise est dominante, mais il est presque séculairement ancré à Saint-Nazaire par la circonscription politique, séculairement charcutée pour y diluer les cultures ouvrières. En 1990 l’ancien canton de Saint-Nazaire, est scindé en quatre cantons de Saint-Nazaire Ouest avec Pornichet, Saint-Nazaire -centre et Saint-Nazaire-Est et de Montoir-qui contient Trignac la rouge et condense toutes les traditions et métamorphoses ouvrières ; La Baule, station bétonnée des loisirs en archipel de la mondialisation, forme désormais un canton séparée de celui de Guérande. On néglige d’autres remaniements communaux dans le sein des cantons existants. Au total dans le même espace en Loire Atlantique qu’en 1968, 14 cantons.

[12b] Le Marx de la section VI du Livre I du Capital, qui, emporté par sa fascination à l'égard de la bourgeoisie fait de la reproduction du travailleur une simple fonction de l'accumulation du capital, avait au moins l'excuse du délire théorique inventeur. Ses épigones lointains et prétendus sociologues qui réduisent les vies des travailleurs à une zoologique "domination" toujours reproduite, et leur appropriation privée du monde (la maison etc., ) la maladie d'un imaginaire prolétariat, - celui de Staline et de l'admirateur de ses Questions du léninisme transposées en "sociologie de la classe ouvrière" -, ne sont plus que des idéologues et des imposteurs.
 
[13a] On ne traite pas ici de la morphologie pourtant très spécifique de l’espace urbain reconstruit à la soviétique, tournant le dos à la mer, centré sur la mairie longtemps sans espace accueillant de convivialité urbaine. Voir, Ecomusée de Saint-Nazaire, Saint Nazaire et la construction navale 1991. En revanche l'institution municipale, acteur toujours plus séparé (Engels) ne pouvait plus, dans les rééditions de  2006-8,rester allusive

[13b] Nous nommons peuple ici, dans un usage à moyenne portée , tout ensemble de catégories ou d'ex "fractions de classe"(?) coexistant  par l'habiter et les formes de vie, en milieux sociaux spatiaux hétérogènes ayant leur  propre unité culturelle mémorielle, modalement dans une temporalité plus longue que certaines de ses composantes. Au sein de ces milieux populaires, (populaires aussi parce que communalisés en milieux,) le ton peut-être donné par tel ensemble catégoriel : paysan, catégorie ouvrière, instituteur, mais le propre d'un peuple dans cette grammaire restreinte, est l'existence d'une koinèe : communauté culturelle d'ascendance, pérenne.
 
[14] Peuple encore,  2006 sur ce concept historique dans le prisme des sociétés de l’Ouest, nous avons publié depuis la première édition de cet article, in Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, "Les trente glorieuses de la CGT nazairienne et les aléas de la mondialisation”. In La CGT en Bretagne un centenaire Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest. PURennes 1995-3, et avec J. Deniot, Du Commun, et Des cultures populaires (disponible sur ce site)  On s'y référera cet article leur empruntant peu.
 
[15] Bernard  Edelmann, La Légalisation de la classe ouvrière. Christian Bourgois
 
[16] Gilbert Declercq, tribun exemplaire du moment (dépassé) d'une CFTC ouvriérisée.
 
[17] Gauche culturelle alias classe culturelle. Sens à situer entre E Todd, l’illusion économique, sur la classe culturelle anti-peupliste, o.c., et l’Etat culturel à référence Jack Langiste qui  fournit à cette oligarchie un cadre institutionnel et idéologique. Nantes est devenue une des capitales idéologiques de cette culture unique d’Etat et d’oligarchie enrobée de (post) culture sous l'égide d'un binôme organiquement lié depuis 25 ans, J Blaise et J M Ayrault. Pour une principauté territoriale néo féodale d'un l'estuaire dépaysé fantasmatiquement affranchie de la souveraineté française ? La critique la plus aigüe de l'Etat culturel ne pouvait venir de la post-gauche qui l'a engendré dans sa dépopularisation, à l'exception quasi unique de Jacques Bertin (Chroniques du malin plaisir Corlet 2004) qui a payé cher son courage intellectuel. Il faut d'abord lire la pensée d'en face quoique souvent marquée par un radicalisme du désespoir : Marc Fumarolli, le plus modéré mais  inventeur de la formule sur une base uniquement culturelle, Philippe Muray, interviewé par E Lévy, Festivus Festivus ou dans les essais d'Après l'histoire, et, le plus  conséquent philosophiquement, donc le plus réfutable, Renaud Camus, La grande déculturation, Fayard 2008. C'est l'objet de nos travaux en cours,  proposant un étayage plus totalisant du concept  entre la critique anthropologique d'E. Todd (op.cit. sur la "classe culturelle"), l'approche culturelle de la mondialisation de  Denis Duclos, Naissance de l'hyperbourgeoisie (Monde Diplomatique août 1995), et une réintégration autour de ce que nous nommons, rapports sociaux de la mondialisation, d'un apport créatif de la pensée marxienne au 21 siècle. J Réault, L'Etat culturel et ses classes, Etats d'Arts, Journées d'étude Lestamp-Habiter-Pips. Nantes 17 avril 2008. Encore inédit.
 
[18a] Dans La vie des Travailleurs C.F.T.C..que nous avons intégralement dépouillée,  en 1935 ce poème que résument ces vers. Tu vas partir Fanchon pour une grande ville, n’oublie pas.// et j’en serais tranquille, d’aller et d’adhérer au syndicat chrétien. La configuration de nos blocs, gramsciens (?), croisant ceux de Gérard Althabe décrivant la situation nantaise en 1983 (La Tribune de Loire Atlantique Novembre1983) ; mais notre  Bloc laïc n’est pas son noyau partisan intégriste caricaturé par la 2° Gauche, mais le socle culturel historique et authentique du mouvement ouvrier républicain.
 
[18b] Les élections prud'homales de décembre 2008 ont peu touché aux équilibres, le souffle qui portait le bloc catho est bien tombé. Est-ce à dire que cette problématisation dualiste a perdu sa vis heuristique. La mondialisation et la crise systémique qu'elle vient d'engendrer bouleverse tout ? On fera à cela deux réserves. D'une part, la  prolétarisation inachevée qui en est la base familiale économique et sociale est toujours aussi puissante ici (et avec elle peut-être une place pour les dérives troubles et régressives du ségolénisme, ajoutant dans l'Ouest, à la  verticalité du père primitif de la communication de masse, le maternalisme latent du catholicisme d'Ancien régime). D'autre part, on sait avec Braudel, ou sans lui par tant d'inerties historiques, que les mentalités sont prisons de longue durée.
 
[19] Sur le lexique des Chantiers, entre roman et témoignage sur l’épopée de 1955, Louis Oury, Les prolos. Denoël. 1973
 
[20] Le patronat des Forges de Trignac ne pouvait, contrairement à celui des Chantiers navals, spéculer sur la double activité ouvrière, il faut des services et des œuvres, que le concept de paternalisme simplifie par trop, pour le logement, la santé, le transport, voire la consommation, bases de socialisation de classe collectiviste des trignaçais, rare à l’Ouest. Sur Trignac, le bel apport à la fois scientifique et authentique  de Bernard Hazo, les anarchistes bleus .Les Paludiers 1980. Sur une culture prolétarienne, voir moins l'obsession malveillante de la marge et du bas du Michel Verret, Où en est la culture ouvrière aujourd’hui ?, In Sociologie du travail 1989-1, et de Chevilles ouvrières, l'Atelier. 1995 que le chef d’œuvre de F Engels, La situation des classes laborieuses en Angleterre et Hoggart. The use of litteracy, abusivement traduit par La culture du pauvre, par ceux qui prétendent en 1968 traquer le misérabilisme  pour y sombrer avec La Misère du monde. M. Verret, P. Bourdieu, S. Beaud,  O. Schwartz: même retour du refoulé du mépris dans la logomachie de l'achevable "domination" du "bas", ce trou noir conceptuel de la déliquescence intellectuelle achevée du marxisme stalinien privé de son fantasmatique prolétariat  massifiable.
 
[21] Document joint. infra.
 
[22] Sur ce point les témoignages généreux et lucides de Job Kergozien, facteur, militant CGT et communiste. (Archives personnelles).
 
[23].Sur la C.G.T.U., Jean Péneff Autobiographies de militants C.G.T. C.G.T.U. .L.E.R.S.C.O., Nantes 1980. Sur les votes syndicaux, nous nous sommes livrés sur les archives de la Direction Départementale du travail à une collecte exhaustive, et à un travail d'interprétation historique in  Jacky Réault, Patrick Delasalle (collab.), Evolution des Forces syndicales dans l’aire d’emploi de Saint-Nazaire -1936-1945 et  Comptes de l’unité et de la division. Nantes, L.E.R.S.C.O.. 1980: Lors de la grève de 1947: la C.G.T. n’obtient 18% et ne l’emporte que chez les dockers. En 1968, 23% de femmes adultes salariées dans le canton-le plus briéron, celui de Pontchâteau, 26 dans celui de Saint-Nazaire, mais jusqu’à 43 dans le sud plus activiste de Saint Père en Retz et Pornic. Deux univers anthropologiques entre nord et sud.!
 
[24] La Brière forme un univers spécifique à forte identité culturelle tissé par une intense endogamie réduite à moins d’une dizaine de lignages pour la majorité de la population et  inscrit dans un genre de vie séculaire polyvalent pour compenser une nature ingrate et malsaine, le marais de remblaiement maritime bordier de l’estuaire de la Loire au Sud-est de Saint-Nazaire. la Brière, immortalisée par le romancier Alphonse de Châteaubriant, fut un des viviers principaux de la qualification ouvrière artisanale présupposée de l’industrialisation sans laquelle la construction navale contemporaine n’aurait pu naître et perdurer. On approche la Brière grossièrement dans la grille communale (elle est par ailleurs éclatée entre plusieurs cantons) distinguant le noyau culturel Briéron Saint-Joachim (Canton de Pont- château), La Chapelle des marais(Canton d’Herbignac), la Brière économique encore humide : Crossac Besné, Sainte-Reine de Bretagne (Canton de Pontchâteau) Saint André des Eaux (Canton de Guérande) Saint-Lyphard (canton d’Herbignac), la Brière seiche suburbanisée Donges, Montoir, Trignac, Saint-Malo-de-Guersac.(ex. canton de Saint-Nazaire). En 2007, fin d'un dernier cycle déjà anachronique dans l'anatopisme (M Tournier, Vus de dos Gallimard) : la mairie de Saint Joachim échappe au PCF.Sur la Brière. Outre les deux ethno-historiens également épris de l'univers magique du marais briéron, le chanoine Augustin Vince, Brièrons ...Naguère. Le Fur Saint-Nazaire 1981, et l'instit.  Fernand Guériff, Brière de Brume et de Rêves, Bellanger, Nantes 1979, lire le beau mémoire de maîtrise d'ethnologie (Paris V, R Descartes, 1989) de Marie Capdecomme, Le renouveau de la situation de "contage" en grandeBrière et en pays guérandais.
 
[25]  Dans le marais briéron, la double vie a sa forme accomplie. Le type idéal de l’ouvrier briéron : Il vit, et avec les siens produit (jardinier petit éleveur, bricoleur polyvalent ancestral) sur son sol, dans sa maison construite par l’entraide, il ajoute au salaire d’ouvrier qualifié, la récupération et la bricole, les produits voire les revenus noirs de la pèche et de la chasse, de double activité ouvrier-paysan pas si résiduelle. Jean Pierre Fleury, Ouvriers-Paysans ruraux en Brière. Thèse de 3° Cycle en sociologie, Nantes 1980
 
[26] Marthe Barbance. Voir aussi la sagacité savante et populaire de Roger Cornu dans Saint-Nazaire et la construction navale, o.c., et , l’A.R.E.M.O.R.S
 
[27] La scission avec la CGT, inscrite dans l'année terrible (Desanti), 1947 ne fut institutionnalisée qu’en 1948.
 
[28] L’industrie ne regrouperait plus en 1988 que 39% de la population active, mais 44, 5 (contre 50 en 1982) avec les transports, secteurs très ouvrier, mais c'st notamment ignorer les intérimaires, noyés dans les services marchands rendus aux entreprises, euphémisation de l’ouvrier sous-traité. Sur les transformations techniques et la division du travail : Jean Paul Molinari In Enquêtes et documents G.I.R.I. 1984.
 
[29] Centre d’Etudes et de recherches sur les qualifications, dans les années 70, le CEREQ, irremplaçable et irremplacé savant collectif, de ce concept spécifique de la société salariale française des Trente Glorieuses, fut détruit par un gouvernement de cohabitation.
 
[30] Sur les écosystèmes de reproduction populaire à l’échelle française, Jacky Réault, Formes de vie ouvrières et écosystèmes sociaux de reproduction dans la société française. LERSCO. Nantes Novembre 1989 (En réédition)
 
[31].En 1989, 31% seulement des hommes vivant en couple et sans travail, ont leur conjointe active. Si l’on isole les 25-29 ans, la conjointe active est encore minoritaire (44%).
 
[32] Approchés par les Déclarations Annuelles de Salaires (Agglomération au lieu de travail.)
 
[33] Familialisme : Ce mot n’est pas pour nous une insulte ni a plus forte raison ce moulin à vent de la conventionnelle dénonciation des tenants d'une quasi sociologie animale de la domination, tel l'étonnant R. Lenoir, (une vie entière pour traquer le familialisme au nom de la dite sans rire, sociologie comme science). On pense avec C. Meillassoux que la famille populaire est modalement le sanctuaire de  toutes les résistances essentielles, des fondamentaux anthropologiques comme des cultures du commun, face aux hauteurs mondialisées des classes culturelles et au mépris postmoderne d'oligarchie modernisatrice.
 
[34] Nous avons créé  ce concept, J. Réault la prolétarisation inachevée Nantes LERSCO-CNRS 1977, sans les  connotations d'aliénation qu'y introduit d'André Gorz Adieu au prolétariat, Galilée1980, sinon d' Immanuel Wallerstein, o.c.infra
 
[35] Immanuel Wallerstein, Le capitalisme historique; La Découverte. La plus pertinente des analyses marxiennes avec celle de Claude Meillassoux, de la prolétarisation comme concept d'anthropologie économique à l'échelle mondiale orientée par le concept fondamental que nous avons adopté d'accumulation primitive continue sur fond d'organisation du monde entre centre(s) et périphérie's).
 
[36] A l’apogée de l’autoconstruction, en 1968 la production du chez-soi qui selon le second Bachelard ironique et profond vient juste après l'en soi et le pour soi. (Poétique de l'espace, PUF)- Jacky Réault in Bilan réflexif Amiens 2008- peut s’ajouter pour l’ouvrier des Chantiers à plus de 46 heures de travail hebdomadaire ; Mai-Juin 68, fut une aubaine, il y fut maçon, électricien ( mais c’est la femme qui est peintre pour la maison jamais achevée (Interviews de 1978 via Patrick Delasalle).
 
[37] Quelques cohortes de prolétaires nazairiens, ruse de l’histoire des baraquements de la Reconstruction, prirent goût à la maison individuelle (J. Kergozien). Dans les années quatre-vingt d'autres font le saut à leur tour mais à contre cycle.  Loïc Rousselot les suivit sous notre direction in  Itinéraires résidentiels des parents isolés dans l’agglomération de Saint-Nazaire. Maîtrise de sociologie Nantes 1987.
 
[38] Cf. nos écosystème populaires de l’ouest du développement des 30 Glorieuses, o.c.1989.
 
[39] Vu dans un prisme de la CFDT et du féminisme, Dominique Loiseau, Les femmes et le militantisme nazairien de 1936 à 1967. Maitrise en sociologie Nantes 1989 et autres travaux.
 
[40] Jacky Réault, Patrick Delasalle, 1980, op. cit., Note 5.
 
[41] En 2006 les lambertistes du Parti des travailleurs et les néo-chevènementistes se partagent politiquement l’héritage, bien estompé et en 2008, de plus en plus à la remorque du candidat à une royauté de l'estuaire (?) J M Ayrault flanqué de J Blaise.
 
[42] Jacky Réault Mai 68 à Saint-Nazaire et dans l’Ouest, Colloque Acteurs et Terrains du mouvement social de mai 1968.Novembre 1988. (non publié)
 
[43] L’extrême gauche a cependant toujours plus que des virtualités ici. Le Chevènementisme, quoique quelque peu dégradé désormais, maintient une ligne de résistance plus conséquente à la mondialisation (2006). Sur le double lien organique de résistance conju- guée de classe et de nation (E. Todd, Aux origines du malaise politique français. Fondation Saint-Simon 1995). Le maire de long cours actuel, Joël Batteux  semble courir désormais  après une image vendable et médiatique, de sa ville à l’instar, mais vingt ans plus tard, de son modèle nantais, est-il encore chevènementiste ?  Le propos emphatiquement antilibéral n’est-il pas un dernier leurre. Rien de moins "libéral" que le capitalisme mondial (Braudel, La dynamique du capitalisme, Arthaud) et la mondialisation (Guy Bois, Une nouvelle servitude, Essai sur la mondialisation, François-Xavier de Guibert 2003). Novembre 2008 Joël Batteux quitte pour la deuxième fois le PS en perdition qu'il avait rejoint après la trop audacieuse pour lui, campagne présidentielle de J. P. Chevènement en 2001-2002.
 
[44] J-Paul Molinari Les ouvriers communistes. Présence du Livre Thonon-Les-Bains 1991.
 
[45] Cette conclusion de 1991 n’a nul besoin d’une révision. Les compléments de 2006 concernent la seule  mutation du municipalisme et son nouveau contenu politico-culturel.
 
[46] Aperçu commenté de nos Travaux originaux ayant servi  à cette synthèse. Les éditions de laboratoire sont accessibles chez l'auteur et en partie à la bibliothèque en ligne palissy.humana.univ-nantes.fr qui a recueilli la bibliothèque du Lersco. J Réault, la prolétarisation inachevée- les ouvriers (ou la classe ouvrière dans une autre édition) de l’aire d’emploi de Saint-Nazaire. LERSCO-CNRS Nantes 1977Ouvrage inaugural éprouvant la validité méthodologique et théorique de l’aire d’emploi sur la problématique des formes et degrés de prolétarisation dans un milieu et un espace temps populaire déterminé.