Joëlle Deniot, une nouvelle anthropologie de l'art passant par une sémiologie

 Ouvriers de Saint-Nazaire
 La Star Ac 2005
 
L'envers du décor
 
De la bricole à l'œuvre
 La passion de l'automobile
 Militer pour exister
 Parlers ouvriers 

 Nicolas et Ségolène-2007
 Le marché des services

 Ethos de la juste mesure
 Militer au féminin
 Europe et main d'
œuvre 
 Le parcours des étudiants   

 Images pour une voix E Piaf

 

Essais de Joëlle Deniot Jacky Réault

 Inter-dit sociologique

 Apocalypse à Manhattan

 En bordure de voix

 Sociologies ouvrières 

 Ethos de la juste mesure

 Du commun Du populaire

 Rapport à l'écriture

 Enjeu d'un dépassement 

 Alter/Anti-mondialisme   
 
Peuple politique social sociétal
 
L
ieu commun Sciences sociales 

 

 Les peuples de l'Art
 Libre prétexte
 De
Bretagne... d'ailleurs
 D'encre et de lumière
 En bordure de voix
 Compétences relationnel ll es
 French popular music
 Territoire&profession

 Espaces,Temps-Territoires

 
Tribune libre suivi d'un essai de Jacky Réault, Retour des peuples Voir aussi Sociologie politique (nouvelles)

Retour des peuples  ?
New-New-York 2011 

     Eros turannos

L'autre  pays du mensonge déconcertant

DSK 

l'hyperbourgeois

ou le hoquet de la  toute puissance

dans la crise systémique de la mondialisation

_____________________________

A mes trois mères

-A propos de l'abandon

programmé de la langue française

dans la recherche.

Un manifeste de fureur amoureuse

 D'abord diffusé sur la @ liste

 de l'Université de Nantes

le 21 février 2008-

_______

Joëlle Deniot 1997 La chanson réaliste. Colloque Lestamp Université de Nantes Photo jr.

Joëlle Deniot

 La Chanson réaliste 

Colloque Lestamp

 

 Université de Nantes 1997

Edith Piaf, la voix,

 le geste, l'icône

Esquisse

anthropologique

Joëlle-Andrée Deniot

illustrée

par 

Mireille Petit-Choubrac

Lelivredart Edition

Paris 2012

Une neuve

socio-sémiologie

de l'art 

 


Encre et Gouache Mireille Petit-Choubrac Copyright Lestamp Edition-  Pour l'Edith Piaf de J. Deniot. 2012

_____________

L'Eté du Lestamp 2012  s'est déroulé les 28 29 et 30 juin 2012

  sur le thème 

Des  Hommes Des Femmes  Inerties et métamorphoses anthropologiques


 

T 06 88 54 77 34,
0977093713

 email: jacky.reault@wanadoo.fr

Lestamp Association, Laboratire d'Etudes et de Recherches Sociologiques sur les Transformations et Acculturations des Milieux Populaires depuis 1995


 





 

 

Sociologie politique Sociologie des cultures populaires Sociologie de la société française

Peuple politique Peuple social Peuple sociétal 

 

   (RETOUR DES PEUPLES II)

                     

Essai d'anthropologie politique

 

(Hiver 2008-2009, en cours de correction et révision en 2015

 

 

 

 

                  Jacky Réault

 

Jacky Réault 2015

 Bref essai intermédiaire sur le peuple et les niveaux de médiation du  populaire pour un lieu commun des sciences sociales a d'abord été conçu pour éclairer l'analyse du référendum "européen" de 2005 intitulée Retour des peuples. S'y référer

 

Ce texte constitue l'édition originale de cet essai complémentaire au texte d'analyse immédiate et immédiatement politique de 2005 Retour des peuples, Les milieux populaires du non français.  (Copyright 28 janvier 2009). Quoique ayant déjà sa cohérence fondamentale autour de la trinité du populaire et du peuple il peut être l'objet d'élaborations supplémentaires lors de l'hiver 2009. Consultez régulièrement ce titre (dernière intervention de lissage graphique et infirmes compléments 21 novembre 2009

 

_____________

 

 10° ETE DU LESTAMP

 30 JUIN 1° et 2 JUILlET

NANTES

 

LE MAL

Aux LIMITES des sciences sociales

__________

 

10ieme.ete.du.lestamp.2016.le.mal.

Pour soumettre un projet de com.: joelle.deniot@wanadoo.fr

et jacky.reault@wanadoo.fr

 

Entrée libre 

________


      Notre conception du populaire (J. Réault," Mondes ouvriers et peuples horizontaux", in Deniot, Dutheil, Crises et métamorphoses ouvrières L’Harmattan 1994, Les ouvriers nazairiens ou la double vie, in Ecomusée Saint-Nazaire et la construction navale 1991, et Les Trente Glorieuses de la CGT nazairienne Annales de Bretagne 1995), interfère avec celle de J Deniot, telle que nous l'avons croisée dans l'essai sur le commun, sur ce site, Pour un lieu commun des sciences sociales). C'est au sein du Lestamp alternatif, c'est à dire associatif librement engendré par la destruction institutionnelle du Lestamp, que nous l'avons réélaborée et complétée en janvier 2004. Elle se refuse à  l'absurde opposition des deux termes latins  populus et plebs, dérivant anachroniquement dans, alors que le second est irréductiblement daté depuis 2500 ans et donnant finalement matière au rejet quasi racial du peuple politique par P Rosanvallon (Pour le moins depuis l'article explicite publié dans Les lieux de mémoire), ou la "science politique" personnifiée de l'idéologie de la mondialisation, id est de la désouverainisation des peuples désymbolisés. Elle enjambe la république aristocratique romaine pour retrouver le système d'opposition fondateur, celui d'Athènes. L'antinomique du pouvoir, sans garant (Castoriadis), du peuple (démocratia), est le pouvoir d'un petit nombre séparé (olig..), spéculant sur les légitimités de l'antécédence ou de l'exprtise (..archia).  Nous le pensons dans l'unité organique toujours problématique de trois configurations complexes et interférentes, qui signifie la singularité la plus spécifique de toute société, formation sociale, pour mieux conceptualiser, en tout cas une unité d’humanisation.

C'est l'interférence

-mobile,

 - complexe 

- et irréductiblement floue...

...puisqu'elle est unité de trois mouvements, de ces trois identifications elles même inégalement floues mais néanmoins réelles, du peuple et du populaire : le peuple anthropologique des nations humanisantes (1) à la fois séparées et condensées-infléchies dans un Etat, le peuple social (2) des sociétés de classes, celui des rapports sociaux, qui interfère avec le premier précisément dans le rapport à l'Etat, l'un et l'autre et leurs rapports dans et hors l'Etat, étant  toujours en interférences avec les milieux symboliques de diverses modalités du commun du peuple sociétal, que la langue les coutumes les rituels temporels et spatiaux, voire le religieux, expriment notamment. (3) On ajoute que si les combinatoires réelles de fait social total des identifications du peuple se saisissent essentiellement dans les milieux réels, avant d'être variablement construits, (4) géographiques et pratiqués, des espaces appropriés et défendus, dans les quotidiennetés des formes de vie et d'habiter, en un mot dans les petits pays (de l'empaysation, comme on l'a écrit dans un essai sur la ruralité), elles ne sont en aucune façon exclusives mais organiquement complémentaire des modes d'unification à distance ou liturgies politiques mémorielles ou guerrières de la nation en ces moments rituels festifs ou dramatiques d'ostentation de son unité.

1 D'abord il y a Un peuple singulier historiquement singularisé et perçu comme tel dans le concert contemporain, le Populus, romain, français, chilien serbe,.. et dans les démocraties représentatives contemporaines issues des révolutions américaine et française, il est le peuple invoqué et consulté et souvent bafoué dans l'exercice de la souveraineté populaire, celle que précisément met en cause la mondialisation et ceux qui en sont l'avant-garde dans leurs propres nations se définissant de facto comme oligarques l'antagonique des peuples dans la problématique grecque inventant et instituant la démocratie. C'est d'évidence le nouveau concept opérant de la sociologie politique du 3° millénaire, dans le carcan de mépris de la dite construction de l'Europe. En réalité, sa déconstruction.

Tel que le droit romain nous en a transmis le concept, y compris dans la formule qui dans le même mouvement désignait son état donc son Etat, dans la séparation et l'organicité, senatus populusque romanus ; le Tout écrivions nous pour frapper l'auditoire un jour de colloque en 1994. Ce peuple c'est donc d'abord Un  peuple, parmi d'autres, dans le concert babélien qui fonde le socle de l'humanisation, différencié de son voisin, les français, les hollandais etc., qui veut durer sur un territoire spatial et mémoriel et pour cela  s'instituer faire Loi pour être milieu constitutif d'une  nation. Un peuple singulier est toujours la médiation première, l'universel concret, de toute humanisation et de toute identification primordiale, de l'enfant comme de la société ;c'est en son seul sein que la filiation de ego s'inscrit dans une tension féconde entre le monde via ses civilisations au large, larges familles de peuples, et en prise directe et charnelle avec la petite patrie territoriale première expérience, entre microcosme et métonymie de la grande, espace interne des peuples horizontaux vivant en milieux jouant dans l'identification la fonction concrète de première médiation en même temps qu'expérience de l'altérité coopérante ; c'est cette transversalité du populaire qui passe par le commun des milieux spatialisés proches dont nous faisons notre quatrième critère..

Le Populus est rappelons le au passage à un lectorat français qui croit que l'on est encore dans l'héritage des grandes politiques culturelles qui ont fait ce pays depuis mille ans, le  peuple et le  populaire du TNP Théâtre National Populaire, de Jean Vilar et de la fondation du Festival d'Avignon, cette utopie réalisée selon l'expression de Laurent Fleury (J. Deniot A. Pessin,
Les peuples de l'art L'Harmattan 2005), celui qu'institutionnalise André Malraux quand il fonde son ministère, en y intégrant de facto les militants de "l'éducation populaire" qui participent certes, mais dans des équilibres variés selon les organisations, de la deuxième acception de peuple celui qui à l'époque est clairement celui des classes, ouvrières artisanes et paysannes: peuple (2) qu'il est devenu  beaucoup plus approximatif voir trompeur de spécifier  comme classes populaires..

C'est tant le Peuple du Populus  - une identification nationale de résultante nécessairement positive, en un mot les français, leur langue leur histoire, leur culture- , que  le populaire de classes dont les tenants de l'éducation populaire  constituaient l'élite (entre instituteurs et militants ouvriers), ses syndicats, ses mouvements sociaux, ses modes d'appropriation du territoire (la chasse), ses votes, ses gouts, etc. ,  que va s'ingénier obstinément à détruire par la conjonction de la force, de l'assèchement des subventions et du mépris, redoublé et alimenté par les ex-intelligentsia soviétisantes ou maoïsantes, l'Etat culturel de Jack Lang. Il fut en cela à  l'avant-garde de la privation de souveraineté que la mondialisation et le mode de construction oligarchique de l'appareil européen vont développer . Il est probable que nous vivons de cet Etat culturel central, ( ses formes féodales décentralisées lui succèdent en plus nulles et plus tyranniques) les derniers soubresauts avant son absorption résistible dans le secteur culturel et créatif du capitalisme et du nivellement des nations qu'a programmé le Traité de Lisbonne, ratifié sur ce point en actes après avoir été repoussé par tous les votes de
peuples à qui on a laissé le choix. A ceci près que la crise systémique qui déroule les prémisses de son maelstrom pourrait bien être l'heure du retour des peuples.

-
2  Peuple social celui de la production de la société au sein des rapports sociaux, de production et de centre-périphérisation urbaine et rurale, celui des cultures "populaires", virtuellement noyau dur du peuple sociétal

3 Complexification : de la virtualité du peuple social a se constituer comme le socle résistant du vouloir vivre viable de la société comme communalité de formes sociales, de culture et de mémoire, ou peuple sociétal.

Quelques mots d'abord sur cette double formulation, le peuple social celui que l'on a circonscrit  ci dessous dans le  corps de cet essai, se saisit comme partition de la société inséparablement structuralo-fonctionnelle d'une part et inscrite dans des rapports sociaux, d'autre part, au sens, si l'on veut et sous réserve d'inventaire, le plus marxien qui soit : c'est à dire de rapports contradictoires inégaux mais interactifs de par les mobilisations résistantes ou offensives (luttes). Emmêlés concrètement les attributs fonctionnels et les mobilisations résistantes offensives ou passives jouant des contradictions sont logiquement différenciés et leur résultante toujours à analyser dans une conjoncture singulière. L'ensemble forme le peuple social. Cette dualité contradictoire du fonctionnel et des rapports sociaux, plus abstraitement des contradictoire (bases  (?) d'éventuelles mobilisations conflictuelles quand en gros ou en détail l'histoire d'une transformation résistante ou offensive s'ouvre) nous sépare radicalement du marxisme comme idéologie close dans l'exclusive logique des rapports sociaux et à plus forte raison de ses succédanés de café du commerce sociologique sur une essentialisation possible (et exclusive de toute autre logique anthropologique) de "dominants" et de "dominés", catégorie de bazars pour camelots quasi-éthologues. Mais cela ne nous empêche en rien d'intégrer l'heuristique marxienne qui nous semble indépassable des rapports sociaux - dans la production sociale de leur existence les hommes entrent dans des rapports... - au sein de multiples contradictions propres aux positions dans la mondialisation, aux positions dans l'insertion sociétale des modes de production, à leurs interférence et à de multiples autres principes possibles d'exploitation de tentative de contrainte violente de disqualification culturelle ou institutionnelle. Nous ajoutons à cette approche sociale, déjà complexe donc, une autre thèse que nous ne développerons pas ici car elle demanderait des développements trop importants. Les modalités d'interférence des attributs du peuple social et du Populus national comme subjectivation instituée de l'ensemble de la société considérée dans sa souveraine séparation, nous suggèrent la thèse à explorer d'un peuple sociétal. Pour ne pas alourdir le propos nous en renvoyons un profilage rapide en annexe.

Au sein d'un
peuple-populus   se constituant en  Etat - bloc de classes et d'appareils monopolisateurs de violence et de reliances symboliques, pour faire face,  -nous résume peut-être un peu trop vite Engels de l'Origine de la famille-, précisément aux contradictions de la cristallisation de classes dans de contradictoires rapports sociaux, apparaîtrait dans la société Le peuple, dans sa deuxième acception, partition dû populus, à ceci près que c'est, dans cette problématique, de lui multitude le socle de la société, que le bloc historique des classes liées à l'Etat et ''Etat se sont séparées. Dans cette genèse qui n'est pas sans intérêt heuristique nous voyons le double intérêt de fonder la thèse corollaire du lien organique peuple nation et du peuple social dans ce que appelons le peuple sociétal. Dans cette formulation des multitudes majoritaires constitutives du Populus, seraient de ce fait deux fois peuple, Nous hésitons, cependant avec l'essentiel des sciences sociales et cette incertitude est sans doute indépassable sur la substantivisation

Le
peuple, non qu'on puisse prétendre qu'il n'existe mais
que l'on ne peut connaître que dans des métonymies concrètes, en général localisées ou sectorisées, sauf vastes mouvements de révoltes (émotions populaires) ou de révolutions, où le peuple n'est jamais seul. Sociologiquement il est plus prudent de partir essentiellement de référence irréductiblement mouvantes dynamiques et contradictoires, selon les pratiques auxquelles on l'attribue, que sont certaines propriétés sociales en structures ou en situations et pratiques dites populaire (sociabilités, cultures, langages, morale esthétique, formes de vie, alimentation, produits). La sociologie et l'histoire ne sont pas en manque pour illustrer cela à ceci près qu'une partie très idéologisée des sciences sociales prétend nous asséner la thèse, du temps de la mondialisation, qu'ils nomment village mondial ou autres balivernes, de l'obsolescence du populaire comme de toutes les acceptions du mot peuple.  

En tout cas rien de ce que l'on peut qualifier de peuple ou de populaire au temps historique d'où nous parlons ne peut se dénoter  et à plus forte raison devenir intelligible par l'
anachronique plebs qui était supposée désigner le peuple social, non sans une certaine préciosité désuète dans la vieille littérature universitaire réactivée dans les années 80 au temps du retour de l'antipeuplisme de mépris. Laissons le une bonne fois aux idéologues de l'humanitaire, de la victimisation ou de la déconsidération et aux sociologies courtes peu soucieuses d'anachronisme ou pire colportant avec elle leur condescendance à l'égard d'un supposé bas, ce vocable réapparu jusque dans la littérature sociologique de la fracture sociale active des dépités des totalitarismes de volk ou de (pseudo) classe du 20° siècle.

Nous ne disposons pas de substantif conceptuel alternatif disponible suffisamment universalisé pour désigner ce qu'une sociologie de la culture important  de facto les stratifications verticalisantes anglo-américaines, assigne comme classes populaires, catégorie parfois commode mais sans aucun principe d'intelligibilité que d'être intégrée par le bas (encore) dans des topiques dont la plus célèbre et éculée est la tripartition des cultures, terme devenu totalement syncrétique, lorsqu'avec l'Etat culturel et sa novlang Le sens même des mots comme un donjon tomba (Jacques Bertin). Qualifier des classes plutôt que d'autres de populaires c'est de surcroît les essentialiser, contre ses principes revendiqués. Cependant dans classes populaires l'apport gnoséologique le plus explicite reste peut-être le premier mot classes (moins comme groupe mais comme marqueur à moyenne portée de rapports sociaux) quel que soit son usure historique. Mais il faut aller plus que toute cette prudence par trop inhibante de toute analyse aboutie.

Sortir de trop de prudence épistémologique guettée de relativisme

Le populaire des classes populaires (plus ou moins désigné comme la métonymie du peuple, son noyau phénoménologique visible en quelque sorte, dans le discours politicien du 19° siècle) renvoie dans la tripartition indo-européenne aux laboratores, ceux qui travaillent, (Georges Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme. NRF1978) par rapport à ceux qui relient par les rites et liturgies et ceux qui combattent (dans un continuum politique et militaire). S'il fallait un substantif contemporain - quoique l'attribut populaire nous semble épistémologiquement supérieur jusque dans son incertitude robuste - nous proposerions  en approximation plus ou moins provisoire, les travailleurs , et puisque c'est le salariat qui en constitue le mode, ajoutons, les travailleurs libres, libres (concept qui chez Marx, tout le monde l'oublie, a valeur civilisationnelle positive). Aux salariés cependant il est nécessaire d'adjoindre les non salariés non ou peu salarisant  (ce qui n'est d'ailleurs pas contradictoire avec la première théorie marxienne de la prolétarisation des Formen dans le brouillon hégélianisant dit Grundgrisse)) .

Encore pensons nous indispensable d'ajouter pour penser les attributs du populaire, - et  ceci dans le fil du Richard Hoggart de The use of litteracy-,  les critères complets de l'existence sociale ce qui donne, pour le populaire l'ensemble des cultures genres de vie formes de sociabilité, performances esthétiques, des travailleurs libres dans leurs unités et formes de vie (tout le monde ne travaille pas) en leurs milieux , d'habiter, de mémoriser et de symboliser le monde: ce que  nous avons qualifié (J Réault 1989, Lersco) d'ans les espaces temps du territoire français comme écosystèmes sociaux de reproduction (majoritairement) populaires..

Les classes ou plus concrètement sans doute en 2008, les milieux sont plus ou moins  populaires en ce qu'elles, doublement, vivent de leur travail- ou sont entretenus par le travail de leurs liens de vies,  et coexistent entre elles. Nous pensons ici nécessaire d'ajouter un concept marxien quoique nécessairement déductible de la deuxième accumulation du capital celle qui engendre la première industrialisation, celui de prolétarisation, qui ne devient sociologique qu'en l'interprétant en termes d'historicité (moment) de formes et de degrés et qui scinde de ce fait d'entrée la dite classe ouvrière historique qui fut quoique inégalement toujours hétérogèue dans son rapport à cette accumulation.

Les moments degrés et formes de prolétarisation des ouvriers les distribuent dans différents sous ensembles "horizontaux, JT 1989, 1992) du peuple social correspondant aux différentes modalités de leur prolétarisation et déprolétarisation. Les peuples propriétaires pour dire vite, ouvriers compris, ne sont pas moins populaires que les peuples plus séparés de leurs conditions d'existence, matérielles ou immatérielles (liens savoirs). On dirait même au contraire dans le fil d'une analyse quasi millénaire (sociétés antiques, Révolutions française et américaine) du lien entre peuple et appropriation d'un territoire y compris propriété. Une analyse actuelle des métamorphose du populaire ne peut faire l'économie des modalités du passage ouvrier "de la classe au peuple" (jr 2008) 

Toutes ces pluralités
co-existantes leur est constitutive  du Populus comme du peuple social sauf que sauf que cette dernière est toujours partielle, singulière, mais immédiate dans des territoires milieux (localisés ?)  qui constituent les espaces de médiation de cultures communes intermédiaires entre la culture commune nationale, la plus abstraite mais pas toujours (exemple la guerre, l'intégration politique, la communauté médiatique, etc.) , les milieux territoriaux qui constituent les espaces plus ou moins quotidiennement expérimentés de la vie pratique. Sur ces lieux communs concrets nous revenons plus loin.


Entre les entités parfois robustes des deux peuples entrelacés ou séparés, penser plus généralement le populaire comme attribut autant que comme substantifs de groupes essentialisés. Généralisation du Commun et du Milieu localisé comme introduction à l'idée de transversalité.


Pour qualifier concrètement le populaire sociétal et même d'une certaine façon l'unité du peuple national nous venons d'en passer par deux critères transversaux qui font que ne peut être dit populaire ce qui serait l'apanage de classes ou vaste ensemble en ayant le monopole, le populaire, notamment culturel se révèle dans les géométries variables selon les époques les politiques, les systèmes scolaires etc., de l'extension partagée des communalités sachant que l'espace commun ou séparé est une détermination trop fondamentale ; pas seulement depuis la révolution néolithique séparant les villes et les campagnes mais plus que jamais dans les sociétés affrontant la mondialisation.

C'est par ces deux entrées que l'on peut à la fois comprendre et étudier les transversalités du populaire social mais aussi national tant il est vrai que l'identification solidaire à son peuple comme au peuple ne peut jamais être absolument préjugé. Il est même historiquement répétitif que les classes les moins populaires sociétalement sont souvent celles qui sont les plus enclines à se désolidariser. De ce point de vue le temps de la mondialisation a été exemplaire. C'est de l'archipel des capitales mondialisées monopolisées par les classes parlantes et les oligarchies (inassimilables mécaniquement ou éculées classes supérieures de la sociologie poussive attardée en 1974) que la dépopularisation, dans tous les sens du terme, l'antipeuplisme le plus méprisant, et l'abandon des cultures nationales, sont les plus avancées.

Politique populaire politique du peuple ?

A l'interférence des deux peuples, serait requise l'analyse de ce qu'un historien des temps modernes Roger Dupuy a défini par un maître livre, La politique du peuple (Fayard 2003) portant sur temps moyennement long de l'ancien régime et des républiques issues de la révolution française. Cette question est trop centrale dans la politique ou la post-politique au delà d'un seuil de mondialisation pour être exécutée rapidement. On ne la note ici que pour mémoire et on renvoie outre à R Dupuy à l'autre historien, Guy Bois qui a si magistralement problématisé la nouvelle donne politique de la mondialisation et du caractère central des peuples nationaux dans l'alternative d'une résistance. Cette question centrale, interfère, par trop d'ailleurs dans la dite "science politique" instituée en solidarité totale avec le pouvoir politique et celui des media, avec les différentes modalités d'un populisme. Il y aurait pourtant grand besoin d'un concept de sciences sociales désintriqué des usages vulgaires, quoique se prétendant savants,  tendancieux et insultants, qu'en ont fait les classes parlantes à partir en gros de l'année orwellienne de 1984, celle du Vive la crise des intellectuels dépopularisés. Alors que la souveraineté nationale (populaire 1) était l'objet d'un premier et radical abandon (l'asservissement du franc au mark fort de la déflation et de la décroissance), et que les acquis populaires (2)  étaient ridiculisés avant d'être démolis un à un, il s'agissait de de désolidariser les classes (moyennes ?)  devenues culturelles  c'est à dire instruites, (E Todd, l'Illusion économique) dans le sillage de l'oligarchie mondialiste des classes parlantes, et des classes populaires présentées comme porteuses de toutes les tares de l'arriération politique et culturelle.. Antinationisme (P A Taguieff) et Antipeuplisme (Todd, etc. ) surgirent ensemble et constituent historiquement une véritable leçon de chose expérimentale de l'enlacement organique du peuple du peuple national et du peuple social - et ou sociétal ?- , dans la réalité comme dans toute science sociale qui ne renonce pas à saisir des complexités concrètes sinon contradictoires dans le sens marxien et non logique du terme.

- 3 Le peuple sociétal, est celui du commun de la strate la plus largement commune de la culture sociétale qui dans un pays historiquement et anthropologiquement complexe comme la France est le commun de multiples sous-cultures sociétales (écosystèmes sociaux de reproduction populaire, J Réault Nantes LERSCO 1989, et sur ce site Nicolas et Ségolène (Sociologie des élections présidentielles? 2010)... Cliquer

 

Il y a donc un peuple sociétal fragile compromis historique et multiples peuples (sous) sociétaux. C'est ce peuple sociétal précieux et fragile qu'a violenté le viol législatif de l'ainsi nomme "mariage pour tous", et qu'a seulement violenté, en y perdant des plumes la grotesque aventure de l'idéologie du genre qui se heurta au butoir de la common decency, en l'occurrence de la raison.

 

« Il y a forcément entre les individus, même des classes les plus opposées ou castes les plus distantes, un fond indivisible d’impressions, d’images, de souvenirs, d’émotions. L’âme individuelle soupçonne à peine tout ce qui entre en elle de vie sociale, par les oreilles et par les yeux, par les habitudes collectives, par la communauté du langage, du travail et des fêtes, par les tours de pensée et ces passions communs à tous les individus d’un même groupe que les influences multiples de la nature et de l’histoire, du climat, de la religion, de la guerre, de l’art ont largement façonné ». (la patrie) « la multiplication de l’âme individuelle par l’âme de tous »

Jean Jaurès, cité part J P Rioux Jean Jaurès, Perrin 2009. Via Philippe de Saint Robert, Valeurs actuelles 8 au 14 octobre  2009-

              C'est celui qu'a remarquablement défini Jaurès avec précisément les mots simples et communs, indiquant dans le même mouvement sa fermeté théorique et l'incarnation de de son appartenance au commun français. Un texte totalement contradictoire avec toute récupération par la post-gauche française desséchée complémentairement dans les idéologies sociologistes de la rupture "d'avec le sens commun", dans l'identité négative voire le déni de l'histoire de Franceet dans l'antipeuplisme qui accompagne depuis 1984, la liquidation de la souveraineté nationale, id est de la démocratie même en même temps que de l'indépendance qui en est le présupposé. - Nous n'avions pas évoqué ce peuple du commun, meilleure formulation certes, que peuple sociétal; dans l'analyse essentiellement politique de 2005 quoique son élaboration est ancienne (J Réault 1992, l'intersection du populus et de la plebs) et J Réault, J Deniot, J Réault, 2006. Le commun, Pour un lieu commun des sciences sociales). Nous revendiquons l'ajout de ce concept transversal indispensable à la compréhension des deux populaires et de leurs interférences, sa spécificité se trouvant précisément dans leurs interférences. Pas de peuple sans communalités ;  - celles de la nation sont à la fois plus lointaines nécessairement plus instituées et inscrites  nécessairement sur soubassement anthropologico-culturel et mémoriel volant de perdurance de la constitution politique autonome, -celles pas toujours moins concrètes (les langues maternelles (Th Nathan)  que - les communalités immédiates de milieux petits pays régions. Le commun c'est tout ce qui se trouve en amont des diversités et qui permet de faire à toutes échelles, locales ou nationale, peuple comme tendanciellement unité constituée ou simplement comme sociabilité "naturelle : les universaux relatifs des linguistes et des anthropologues de la culture, ou plus récemment du bel ordinaire de Joëlle Deniot ou la connaissance ordinaire de Michel Maffesoli),  mais aussi la common decency d'Orwell, redécouverte par Jean-Claude Michéa, sur le socle démocratique mais d'abord anthropologique du common sense, voire de la common law, britanniques. Ainsi en France la langue reste, quoiqu'on nous affole avec un analphabétisme très sollicité, commune, l'excellence alimentaire ( J Réault 2004),  reste une communalité propre à tous les ensembles sociaux, la mémoire de vastes mouvements populaires capables d'infléchir l'obsolescence d'institutions politiques en est une autre, etc.

Il faut cependant faire un sort au commun plus particulièrement propre aux multitudes (ou classes vite dit travailleuses. IL y a deux angles aux révélations différentes pour l'aborder -  - - C'est  d'abord à son propos que l'on désigne des dites et éventuellement avec pertinence, cultures populaires, elles sont à la fois faites d'items communs à l'ensemble du Populus mais plus ou moins devenues obsolètes dans les classes les plus liées au pouvoir et à l'intégration culturelle contrainte, soit spécifiques souvent soit localisées et historiques (milieux) soit liées aux pratiques travailleuses et à leurs interférences dans des koinés de coopérations partielles l'armée de conscription en fut une), reliant artisans paysans ouvriers etc...) On considère ici comme pur et vain jeu d'intellectuel incapable de s'exposer dans une pensée qui les inscrit dans un populaire quel qu'il soit la fausse querelle du populaire de déperdition des classes distinguées et du populaire spécifique. Les deux mon général et revenons aux choses sérieuses.

- Le commun c'est surtout et plus profondément, ce qui est transversal au plus grand nombre (englobant les laboratores, comme G Duby le trouve dans les textes médiévaux), de la culture dans toutes ses acceptions et d'abord les langages verbaux et non verbaux, les sociabilités de convenance ou plus profondes, les mémoires, et en France, au premier chef les chansons, les genres de vie, et du temps de la mondialisation inversant les valeurs des mondialisés, la common decency anthropologique. C'est ce fondamental transversal du populaire qui rend le plus malvenu une qualification du populaire de deuxième sens essentialisé dans des groupes spécifiques. En 1950, l'école primaire de la république avait achevé de produire une communauté de langue qui plus est baignée dans les partages inégaux mais communs et universellement valorisés du "Pays de la littérature" ( J Lepape). Les politiques d'après 1974 se sont tous conjugués pour mettre en pièce et la langue et sa littérature, acculturant par la violence d'Etat ce qui avait été un des peuples les plus instruits et cultivés du monde. Il fallut une sociologie du plus bas étage pour louer les pouvoirs responsables de cet ethnocide, par une des plus serviles contributions apportées par des universitaires au pouvoir politique. Cette contribution se présenta comme Le niveau monte.

L'antiphrase est une spécialité des novlangs totalitaires. La récompense ne se fit pas attendre l'auteur ne devint pas ministre, ce qu'il avait espéré, ou au moins conseiller proche, mais pire on lui confia la chaire des sciences sociales dans ce qui restait un des derniers sanctuaires de la haute culture. Grand moment de l'assomption de la "sociologie comme science". Tout était évidemment et reste définitivement dans le "comme". En d'autre temps ont aurait proposé sa tête au peuple ce qui serait trop d'honneur ; nous ne lui souhaitons que l'oubli, après disparition des derniers manuels les plus aboutis sans la novlang antithèse de la langue et de la raison commune, ceux des dites Sciences Economiques et Sociales qu'aucun pouvoir ne semble avoir vraiment envie d'abolir.

Au total le peuple et le populaire s'adjugent dans cette trinité le tout national, le pôle populaire des rapports sociaux, et à l'interférence et sous l'interférence, le commun. L'actualisation contemporaines des pensées du populaire étaient enformée dans l'aporie  de ce dualisme syncrétique qui faisait coexister sans interférence les logiques hétérogène de la vieillerie anachroniques colportée par le droit et les sociologies courtes du populus et de la plèbe. Le contradictions et les illogismes de ce bric-à-brac faisaient beau jeu aux idéologues (Rosanvallon en tête mais aussi Touraine et les tourainiens), de la fin des peuples, alias l'expression quasiment mécanique du processus et des politiques conjuguées de mondialisation, alias dédifférenciation pré-Babélienne des peuples alias abolition de la souveraineté populaire des nations.

4
- L'affinité substantielle du populaire et du spatial.

Ecosystèmes français de reproduction populaire J Réault

Carte synthétique extraite de "Nicolas et Ségolène..." (Sociologie des présidentielles et formes de prolétarisation J Réault 1989, 2010.)

Nous empruntons les systèmes familiaux à E. Todd, dans notre problématique des écosystèmes sociaux (populaires) du développement. (JR Lersco 1989).

Erratum du chorème pouvant encore subsister sur le site, pour le "Vaste bassin parisien" (Nord-est) Lire Prolétarisation achevée  et non prolétarisation inachevée. Cette dernière concerne essentiellement l'Ouest de la contre-révolution ( A Siegfried), première droite,  et de la dépaysannisation tardive qui devient vivier de la Deuxième gauche;  l'Aquitaine est est une forme oliganthropique et première gauche radical-socialiste de la prolétarisation inachevée. Extrait de J Réault Nicolas et Ségolène 2007 ou le mystère de la dame de Vix.in J Deniot, J Réault, Espaces Temps et territoires. Ed. Cahiers du Lestamp-HP, 2, Nantes 2010. Egalement disponible sur ce site.  Fin d l'insert éditorial 2010



L'approche anthropologique sociologique et historique complète, notamment et pas seulement dans les espaces-temps qui constituent la structure spécifique de la mondialisation (centre (s)périphéries, centrages décentrages), requiert de ne pas se borner à ces trois entrées génériques de l'universel concret de chaque société, et d'introduire d'une part, sous chacune ses rapports à l'espace territorial, d'autre part les unités concrètes non universelles qui constituent les milieux de l'expérience des fondamentaux des formes de vie d'habiter de travailler, de socialiser Là se trouve (quels que soient les media unificateurs qui correspondent aux entrées génériques), les segmentations anthropo-historiques, génériques (villes/campagnes etc.) liées à l'histoire des espaces-temps du développement (Autour de la ligne Saint-Malo-Genève"), et singulières, les entités régionales, notamment si spécifiques de la France-diversité (F Braudel), aux découpages à la fois souples et robustes et en tout cas multi-critères, ce qui n'exclut pas de vastes ensembles connus de l'anthropologique historique (Nord/Sud, de la langue, du droit, de la romanisation etc, Ouest d'A Siegfried et autres interférence surdéterminée par les civilisations agraires, Vendée, pays etc...) Ce que nous avions qualifié dans nos travaux des années 1989-1995, de peuples horizontaux (1992 publié 1995), et d'écosystèmes sociaux de reproduction. (Jr 1989)

Les rapports très intenses du populaire et du spatial ne constituent pas une thèse qui serait nouvelle ou théoriciste, leur connaissance de réalité résistante s'impose depuis longtemps aux historiens géographes anthropologiques notamment de l'espace français, mais il est important pour la grande ignorance modale des sociologues à cet égard de préciser que l'efficace de l'espace dans la détermination des pratiques se vérifie toujours autant dans toutes approches empiriques qui ont la probité de ne pas l'oublier, Au point que non seulement sur les variables aussi sensibles et apparemment conjoncturelles des formes et modes de vie d'habiter et de consommation, la description économique (Nicole Tabard) pose comme empiriquement toujours vérifiée la correspondance du populaire et du rural, mais plus généralement les grandes enquêtes d'opinions quasi quotidiennement réitérées dans la contemporanéité la plus immédiate possible, mettent en évidence que parmi toutes les variables "indépendantes" explicatives du plus grand nombre de pratiques et bien avant la CSP en obsolescence rapide, le diplôme et la situation spatiale étaient les plus vérifiées, soit ensemble (remarque précédente) soit exclusivement. L'expulsion du peuple des villes dans les sociétés de la mondialisation ne peut que renforcer ce phénomène. Une anthropologie du populaire doit donc intégrer tout cela d'autant plus que le politique est, même dans la conscience sociale, devenue l'expression politique de cette réalité, les grandes villes archipel de la mondialisation étant de plus en plus le monopole résidentiel des franges bobos et culturelles de l'hyperbourgeoisie mondiale et de ses relais dépopularisés et dont le noyau dur (Vert) se dit dénationalisé.

A l'âge de la mondialisation la spatialisation des grandes polarisations sociales et politiques, celle des peuples et des oligarchies mondialisées étant l'axe du monde, est dimension intrinsèque de toute problématisation du populaire.
Depuis longtemps les sociologues des consommations et genres de vie ( N Tabard) ont mis en évidence l'équation du populaire et du rural, que nous avons développés dans nombre de nos travaux( 1989, 2002, 2004). Les grandes villes de l'archipel de la mondialisation n'abritent de plus en plus désormais que les classes parlantes nimbées de plus ou moins de classes culturelles dont l'hyperbourgeoisie, ou du moins la culture de son pouvoir est la référence, et de leurs assistés ethnicisés des périphéries du monde. Les mondes travailleurs et populaires les plus refoulés constituent, avec leurs formes propres de résistance (le mouvement chasseur par exemple) les indigènes des ruralités plus ou moins abandonnées, mais aussi de ces mondes intermédiaires où les mondialisés des grandes villes les repoussent dans ces nouvelles ambivalentes et  porteuses de dynamiques sociales brouillant les cartes, les rurbanités.

La désymbolisation générale des peuples et du populaire ou la question principale des sociétés de la mondialisation.

En gros ne tournons pas autour du pot tout est bon qui, 209 ans après la révolution française veut nous réhabiliter les catégories de pensée, et virtuellement les statuts réinstitutionnalisés en gros de tout ce qui désigne l'infériorité et donc est supposé refonder l'inégalité, dont la plus radicale est la substitution d'oligarchies à la souveraineté des peuples, et la médiation tendancielle la discrimination instituée, qu'importe qu'elle soit positive ou négative, elle est toujours infériorisante comme l'insertion assistée est la véritable et la seule exclusion. On peut dater ce surgissement de sociologies et de politiques inégalisantes désormais organiquement liées au tournant (de 1983,4, dans nos travaux). C'est de là que pour nous et beaucoup d'autres observateurs s'ancre ce qu'Alain Supiot, a tardivement (2008, article du Monde) mais judicieusement qualifié de sécession des élites.

Il y a pourtant bien longtemps que d'abord les media et les politiques nous ont stigmatisés les archaïques, les frileux, les  frustrés à chaque élection, derrière les idéologues fascisants de la France moisie, qui devait entériner des choix oligarchiques consensualisés par les "partis de gouvernement". C'est plus récemment que des sociologues se sont mis, dans le fil du misérabilisme tardif d'un Bourdieu, à nous problématiser de nouveaux vieux ouvriers réduits au regard humanitaire  méprisant et victimisant d'une quasi racialisée condition ouvrière,  agrippés à des acquis ringards (le langage et l'inversion politique du directeur de Libé ont fait école). Qui ne connait par cœur toute la litanie de la de la classe parlante s'adressant à la classe culturelle les soirs d'élection. D'abord ils votent mal, et pour cause, personne ne veut plus les représenter-, à  cette exclusion sans appel populiste peut se dévider toute la panoplie de ce racisme de classe ( les beaufrs, les chasseurs viandards, les Bidochon, les familialistes, les ruralistes, jusqu'à la classe raciste de l'ancien chef de la multinationale sociologique de la classe ouvrière version stalinienne, etc..)

Alors que pour occuper la place du peuple efface on a de si bons objets post populaires, nouveaux parias de Stéphane Beaud  et Pialoux, (Retour sur la condition ouvrière), "sans-papiers" des intellectuels et artistes manifestants de l'empire du bien cherchant des caméras (les artistezés de l'authentique révolte faux rebelles si bien campés par Jacques Bertin qu'il en a perdu son emploi à Politis), et pire encore, le "bas" des idéologies sociologiques nostalgiques du stalinisme réfugiés dans le mépris sociologisé pour la dite classe raciste, les ouvriers du  Michel Verret du dernier âge (1999) hélas ! mais qui dès le début des années 80, et le premier peut-être avait systématiquement introduit le vocable du bas  pour faire d'un coup un sort de relégation radicale dans une Sibérie de la pensée et du statut politique, à cette ex classe ouvrière qui n'avait pas accompli ses prophéties et pas été digne de sa mission (une union soviétique mondiale ?).

Ah cette fascination pour les borderline, et cette mode durable des classes parlantes et culturelles, des sociologues disciplinaires et des media si unis sur ce point, pour les soi disant outsiders, ce marqueur jamais épuisé de la pensée sociologique de convention bien-pensante et de la posture esthétisée du faux rebelle, le bobo. Cette géniale invention d'un peut-être "néocons" américain. Le dernier avatar du reformatage misérabiliste de la vision de la société qui finalement s'avère correspondre avec celle des oligarchies des sociétés mondialisées, conjugue tout, le mépris vertical du Verret terminal et la désidentification par l'humanitarisme à fort relent assistanciel 19° siècle, Annie Collowald et Olivier Schwartz prétendent-ils dépasser par le haut le couperet binaire du haut et du bas en lui ajoutant, le fragile ? Si la sociologie instituée dans l'Etat en est là, ne vaudrait-il pas mieux qu'elle s'abolisse ; les sondeurs du marketing ne font pas pire avec désormais leurs classes modestes (Ipsos, TNS-Sofres), proche du sobriquet humanitaro-médiatique des "plus démunis". On se prend à rêver de l'urgence d'un grand vent anarchiste imposant la fin de l'Etat sociologique devenu le laboratoire de l'accompagnement du procès et des politiques de mondialisation, par les concepts de la radicale néantisation du populaire et des peuples.

++
Voir nos articles , Les ouvriers de Saint-Nazaire ou la double vie et  Les ouvriers, de la classe au peuple.

Marx avait déjà noté que la science sociale la plus profonde n'était pas à prendre dans la bien pensance des deux libéralismes de gauche ou de droite, le même selon Claude Michéa (Impasse Adam Smith; Edition Climats), mais dans les affres enracinés et complexes des profonds réactionnaires, si ce mot a encore cependant un sens, (sinon à l'âge de la mondialisation, où les nations qui parviennent à maintenir leur vouloir-vivre constituent les principales réserves d'alternative antisystémiques possibles au sein de leurs braudéliennes civilisations),  celui de résistant à côté du peuple social, encore faut-il pour cette conjonction que le leurre obsolescent du partage droite-gauche des appareils de pouvoir n'illusionne plus sur son inadéquation radicale aux périodes de salut public à l'ordre du jour, et dans ce registre il est particulièrement mal venu de faire la fine bouche.

Jacky Réault Décembre 2008-2 février 20095 avril 2009
Viatique bibliographique de l'auteur 21 mai 2009.

Sur la distinction si tardivement élaborée dans les sciences sociales et à laquelle nous avons contribué au premier chef par de multiples travaux depuis 1977 (voir notre auto-présentation (cliquer checheurs du lestamp) sur www.lestamp.com, ) on renvoie le lecteur à la publication d'un texte plus théorisé qui condense et simplifie un enseignement développé pendant trente, pour l'essentiel publié en textes gris d'usage universitaire dans "Le travailleur libre des sociétés centrales du capitalisme historique". Cet article est intitulé

-Prolétarisation Prolétarisation inachevée Prolétarisation achevée dans les mondes ouvriers, c'est le texte de la première de nos deux communications au Colloque du LERSCO-CNRS Crises et métamorphoses ouvrières- Université de Nantes LERSCO-CNRS dans l' Axe  6,  8-10 Octobre 1992. Non publiée faute de place, elle est disponible sur le site  www.lestamp.com sous son  titre de 1992.

Parmi nos autres références où se croisent souvent explicitement les problématiques de prolétarisation de classes et de peuples dont l'interférence permanente constitue pour nous un des axes biographiques principaux de nos travaux, on signale,

 

DERNIERES PARUTIONS

 

-Préface à Joëlle Andrée Deniot Edith Piaf la voix le geste l'icône esquisse anthropologique. Paris Lelivredart 2012

 

-Nicolas et Ségolène 2007 ou le mystère de La dame de Vix, in Joëlle Deniot et Jacky Réault avec Léonard Delmaire, Espaces, Temps et Territoires Cahiers du Lestamp-Habiter-PIPS ea 4287 de l'UPJV, Nantes Mai 2010, Lestamp-Edition., - reproduit sur ce site voir l'index bas de la colonne centrale.

 

AUTRES REFERENCES

 

 

-Nantes l'excès -la ville. Texte (restreint) d'accueil distribué (signé Lauter) aux congressistes du Colloque Les cultures populaires organisé à Nantes par la Société d'ethnologie française et le LERSCO CNRS en 1983, et publié alors  par la Tribune de Loire-Atlantique avant d'être édité in extenso in Lersco CNRS, Philographie, Mélanges offerts à M. Verret. 1987 Sur la périphérisation rurbaine des ouvriers de Nantes après  leurs flamboyants excès et sur le bocage mental des sociétés de  l'Ouest.  Disponible revu et annoté in www.lestamp.com Cliquer articles, J Réault

 

Prolétarisation prolétarisation inachevée prolétarisation dans les mondes ouvriers. Colloque du LERSCO 1992 édité in vr aussi articles  www.lestamp.com-Prolétarisation Prolétarisation inachevée Prolétarisation achevée dans les mondes ouvriers. 2° communication (non éditée avant 2010) in extenso in www.lestamp.com Cliquer Articles Cliquer J Réault.

- Ouvriers de l'Ouest -II-, Les ouvriers de Saint-Nazaire ou la double vie, in -
www.sociologie-cultures.com., un texte quasi doublé et actualisé en 2006 et 2009 de Les ouvriers nazairiens ou la double vie ; cette  édition originale plus restreinte in Ecomusée de Saint-Nazaire, Saint-Nazaire et la construction navale. 1993 était depuis longtemps  épuisée. Elle persiste intégrale dans la version développée sur ce site voir dans l'index la rubrique Articles (' en haut à gauche)

-
Les Trente glorieuses de la CGT nazairienne, in Annales de Bretagne et des pays de l'ouest, 1995-3, Tome 102,  La CGT en Bretagne, un centenaire, Dir. Claude Geslin, Presses Universitaires de Rennes, 

-Mondes ouvriers et peuples horizontaux. in J Deniot (avec C Dutheil) Crise et métamorphoses ouvrières. L'Harmattan 1995. e&-&dition web par Google

- Formes de vie ouvrière et écosystèmes sociaux de reproduction populaire. Lersco-CNRS, Université de Nantes. 1989

- Ouvriers de l'ouest, in ATP CNRS, L'Ouest bouge-t- il ?  Son changement social et culturel depuis 30 ans. Nantes Vivant 1983

L'usine des Batignolles à Nantes. L'histoire d'une usine au 20° siècle, L'usine La "vie". in Norois Revue géographique de l'ouest et des pays de l'Atlantique Nord. Octobre-Décembre 1981 N° 112, pp 661-673. disponible in extenso sur www.persee.fr/web/revues/.../noroi_0029-182x_1981_num_112_1_4006.

- La prolétarisation inachevée, Approches sociographiques de la  classe ouvrière de l'aire d'emploi de Saint-Nazaire. Nantes LERSCO-CNRS Octobre 1977 (ouvrage épuisé réédition envisagée)

-Les ouvriers de la classe au peuple, Après l’émancipation, -  sur ce site Octobre 2008-Février 2009

Dernières publications de J. Réault

 

 Eros et Liberté, Trois essais de sociologie et d'histoire.

Paris Le Manuscrit 2014 avec J Deniot...

Cliquer sur les images J. Deniot, A Mouchtouris, J Réault Eros et Liberté. Paris  Le Man2014

 

 

 

Jacky Réault De Poulantzas à Castoriadis, Itinéraire sociologique à Nantes

 

 

J. R., A Nantes à l'Université de 1968 à 2008

De Nicos Poulantzsas à Cornelius Castoriadis,

deux ponctuations grecques grecques

d'un itinéraire sociologique en France à Nantes (1968-2009).

 in A Mouchtouris, P Christias,

Actualité de la pensée grecque.Paris Le Manuscrit 2014

jacky.reault.printemps2012.joie.a.contretemps.du.politique.

 

 

Eté du Lestamp Et Dieu... 15 au 17 sept 2015

 

(cliquer) APPEL à COMMUNIQUER

 

 

ult Lzersco 1989, et su'rr    


LIENS D'INFORMATION

 

Contact  I   Équipe d'enseignants   I   Master culture 1   I   Master culture 2   I   Conférences culture    I  Infos étudiants master  I  Accueil  I  Libres opinions   Sociologie cultures   I   Publications lestamp  I  Sociétés de mondialisation  I   Publiez vos textes  accueil  I  abc de la chanson francaise  I  abc parole de chanson  I  anthropologie de la voix  I  auteur chanson francaise  I  chanson populaire  I  contact master culture ecouter chanson  I edith piaf et chanson infos master culture   I   parole chanson   I   parole de chanson francaise   I   parole et chanson  I  partition de chanson  I  starac chanson  I  lca consultants
management public   I  sociologie cultures  I  association lestamp chanson réaliste  I  lca formation  I   formation formateur   I  formation communication  gestion ressources humaines  I  devenir consultant  I  texte de chanson  I  lca performances ltd  I formations gestion ressources humaines  I  prise de parole
knowledge management  I  Formation de formateur  I  Formation communication  I  Formation management  I  Formation consultants I  Gestion du temps
Bilan des compétences  I  Art  I  Formation ressources humaines   I   Formation gestion stress   I   Formation coaching    I  Conduite de réunion   I   Gestion des conflits  I  Ingénierie de formation  I  Gestion de projets   I  Maîtrise des changements   I  Outplacement   I   Formation Ressources Humaines   I   Prise de parole en public   I   Certification formateurs   I   Orientation professionnelle   I   Devenir consultant   I   Sociologie de culture    I   Laboratoire  lestamp
Master culture   I   Formation management   I  Info culture  I  Lca consultants     I   
Formation de formateur    I    Formation gestion conflit     I    Formation communication   I   Formation coaching   I    Ressources humaines Formation management   I   Conduite de réunion  I   Formation consultants   I  Gestion stress   I   Gestion du temps   I  Devenir formateur   I  Certification formateurs Consultant indépendant  I  Ingénierie de formation  I  Outplacement  I  Bilan de personnalité   I   Bilan de compétence   I   Évaluation manager 360°   I   Coaching de progression  I   Stratégies internet E-commerce   I  Management internet marketing   I   Création site internet   I   Référencement internet  I  Rédiger une offre internet Gestion de projets e-business   I   Droit des nouvelles technologies    I    Intelligence stratégique    I    Négocier en position de force   I   Conduite des changements  Management de la qualité   I    Orientation professionnelle   I   Gestion ressources humaines   I   Ingénierie de formation   I  Gestion des conflits   I  Management et performances    I    Communiquer pour convaincre    I    Développement personnel    I    Intelligence émotionnelle   I   Prise de parole en public    I    Gestion stress   I   Conduite de réunion
Formation coaching   I   Gestion du temps   I  
Conduite des entretiens   I   Réussir sa gestion carrière    I    Communiquer pour convaincre    I   Prospection commerciale   I  Formation coaching commercial   I   Formation vente  I  Management commercial  I  Négociation commerciale  I Responsable formation
Knowledge management   I   Formation leadership  I  Recrutement consultants  I  Gestion de projet internet   I   Toutes les formations LCA  
  Formation consultant  I  Direction ressources humaines  I  Formation devenir consultant  I Directeur ressources humaines  I  Formation consultant formateur   I   Vente en ligne  I  Formation marketing internet  I  Internet management  I  Stratégies internet  I  Manager commercial  I  Information et communication  I  Force de vente   I   Stratégie.communication   I   Communication entreprise   I  Stratégie de communication   I  Communication interne   I    Vendre sur internet
Formation commerciale     Conduite du changement   I   Ressources humaines   I   Gestion des connaissances   I  Formation gestion connaissance  I  Chef de projet internet  I  Management des connaissances  I  Performance management  I  Formation manager  I  Manager  I  Métier consultant   I   Consultant expert   I   Devenir formateur   I   Formateur   I   Projet web   I    Communication internet   I   Gestion de projet   I   Management de projet   I   Conduite de projet  I  Chef de projet  I  Accueil chanson réaliste  I  Contact  I Infos chanson réaliste  I  Colloque mondialisation  I Art populaire  I Newsletter sociologies
Lestamp sciences sociales  I chanson realiste star academy chanson realiste silence de la voix  I chanson realiste toile noire  I  Auteur chanson francaise   chanson realiste damia frehel piaf   I   Chanson realistee
voix secrète   I   Chanson realiste orient voix   I  Chanson realiste proche et lointaine   I  Chanson realistes et peuples de l'art  I  Chanson realiste et voix de femmes  I  Chansons  I  Formation formateur  I   Formation communication  I    Gestion ressources humaines   I   Devenir consultant   I   Prise de parole en public  I  Lca consultants  I  Management public  I  Lca formation  I  Contact master culture  I  Infos


© Site web réalisé par lestamp association, tous droits réservés